Après presque 2 ans d’absence à photographier les oiseaux, cause maladie, je recommence quelque peu en 2019 à reprendre des photos.

Ça ne sera pas une année record, j’ai encore quelques problèmes de santé qui m’empêchent de faire de la photo quand et où je veux, mais quand même, je recommence un peu.

Comme je ne peux pas marcher encore longuement ou être trop longtemps partie, j’ai décidé en ce 2 janvier d’aller au cimetière de Laval puisque la majorité des photos est prise à partir de l’auto.

Le premier oiseau qui se laisse photographier, c’est un beau bruant hudsonien, oiseau qui vient nous rendre visite que l’hiver dans ma région.

Le voici sur une branche dans un arbre, tout dégagé

Bruant hudsonien - American Tree Sparrow

Bien sur, sur la neige, se dirigeant vers les graines de tournesol qui sont tombés sur le sol.

Par la suite, c’est un bruant chanteur qui se laisse photographier sous la mangeoire.

Et pourquoi pas un autre bruant, soit le bruant à couronne blanche. J’avoue que c’est l’oiseau de ma destination choisie de ce matin car j’aime beaucoup ce bruant.

Pendant le temps où j’étais au cimetière de Laval, il n’est venu que deux fois.

Voici tout de même une des photos que j’ai réussi à prendre.

J’ai eu la visite très brève d’une tourterelle triste.

Une personne est venu mettre des graines de mais concassés non loin des mangeoires. Un écureuil roux s’est alors approché pour en manger avant de se faire chasser par les Geais bleus.

Voici la photo que j’affectionne le plus.

Je ne pouvais terminer cette journée sans photographier le Geai bleu.

Pris sur une branche d’un arbre, dégagé, ce qui n’était pas facile car il avait souvent une branche qui passait sur lui.

Il est venu par la suite sur une branche très près de l’auto.  Heureusement qu’il a penché sa tête, sinon, je ne l’aurais pas cadré.

Ce fût une courte journée, très ensoleillée mais un peu froide.

Pour cette première journée, j’étais heureuse d’avoir pu aller à la rencontre de mes amis ailés et d’être enfin à l’extérieur de la maison, autre que pour aller et venir de l’hôpital.

Sans faire une année record, j’aime bien compter le nombre d’espèces que j’ai pu photographier.

Je commence donc 2019 avec 5 espèces.