C’est une journée très venteuse si bien qu’on passe du soleil avec un beau ciel bleu à une température nuageuse en l’espace de quelques minutes.

Durant la semaine, avec un redoux incroyable, le tapis de neige a diminué beaucoup dans les champs donc ma première sortie pour aller à St-Blaise voir le bruant vespéral n’a rien donné, il n’est plus là, ni la chouette lapone.

Donc, je dois trouver une autre alternative en espérant que le vent cessera, je décide de tenter ma chance à l’Ile-des-Soeurs pour voir le moqueur polyglotte.  C’est une rareté pour nous, je l’ai croisé régulièrement lors des mes randonnées en Floride et même au Texas, ce serait ma deuxième fois seulement au Québec.

Arrivée sur les lieux, il est sur une pancarte de stationnement.  J’attends patiemment qu’il retourne dans les baies d’argousier.

Cette première photo dans ces baies

Il s’est envolé vers un autre arbre où j’ai pu bien le photographier alors que le soleil est ressorti.

Il n’a pas chanté durant ma courte présence, je me souviens par contre de ma première rencontre avec cet oiseau.  Il peut interpréter à peu près tous les sons, allant de la sirène d’une voiture de police à la cloche d’une école.  La toute première fois, il m’a même persuadé qu’il y avait un cardinal rouge alors que c’était lui qui interprétait à merveille ce chant.

Je me demande quel chant il aurait fait depuis qu’il se trouve à cet endroit.

Donc, courte journée de photographie puisque les vents sont trop forts, peu d’oiseaux osent les braver.

Je termine cette courte journée en ajoutant une espèce pour un total de 37 espèces dont 2 lifers.