Tag Archive: Tyran tritri


C’est une très belle journée, un moucherolle à ventre jaune vu la veille au Parc Armand-Bombardier et André-Corbeil-dit-Tranchemontagne me décide à aller tenter ma chance.

A mon arrivée, le marais était totalement contre-jour.  Je crois l’avoir aperçu, mais je n’ai pas eu le temps de prendre une photo, je ne saurai jamais si c’était vraiment le moucherolle à ventre jaune ou pas.

Je décide d’aller me promener un peu plus en forêt en attendant que je puisse réaliser de bonnes photos au marais.

J’aperçois un pic chevelu, j’ai le temps de prendre cette photo

Il y a plein d’immatures pics flamboyants.

J’ai l’opportunité d’être près d’un jeune pic lors de son nettoyage des plumes.  On distingue alors très bien ses plumes jaunes à la queue.

J’ai pris également cette photo alors qu’il s’était étiré l’aile pour la nettoyer.

En revenant vers le marais, je peux enfin photographier le moucherolle phébi, un autre immature.

En train de se nettoyer les ailes lui aussi !

C’est la période des immatures, je vois aussi ce bruant chanteur, du moins, c’est ce que j’ai identifié.

Je vais diner et je décide d’aller à la Sablière de St-Lazare voir s’il y a présence de limicoles.

L’endroit a beaucoup changé depuis que je n’avais pu y venir.  Les hirondelles ne semblent plus y nicher, l’eau s’est rempli si bien qu’on a l’impression d’avoir perdu des sentiers.

Malgré tout, je repère un grand héron.  Je n’ai pas le temps de l’approcher car il s’envole, d’où cette photo.

Il y a quelques limicoles, vraiment très peu.  J’ai le plaisir de photographier ce Grand chevalier.

Très joli avec sa patte en l’air, comme s’il dansait !! 🙂

Il semblait trouver de quoi se nourrir.

Puis, il y a deux bécasseaux minuscules.

J’ai eu le temps de le photographier également de dos, ils étaient très actifs au niveau de recherche de nourriture.

Il y a également un pluvier semipalmé, c’est un de mes limicoles préférés.  Pour le photographier, faut suivre son tempo.  Il fait quelques petits pas, s’arrête un peu, et repart aussitôt.  Donc, faut être prêt à déclencher lorsqu’il s’arrête un peu.

Ils sont tellement mignons !

Vînt le tour maintenant au Pluvier kildir.  Ils ont deux colliers et plus grands que les pluviers semipalmés.

A ce temps-ci, ils ne montrent plus leur plumage orangé au croupion.

J’ai la chance d’avoir aussi un Goéland à bec cerclé, très près.

En train d’hérisser ses plumes.

La luminosité tombe de plus en plus, les dernières photos ont été prises sans la présence de soleil.  Je décide donc de mettre fin à cette merveilleuse journée.

A la sortie, il y a 3 tyrans tritri.  J’en photographie un sur le fil d’électricité.

Je termine donc avec 67 espèces dont 8 lifers et le coeur remplit de joie d’avoir enfin pu revoir des limicoles !

Je décide de me rendre à l’Ile Bizard, j’aime beaucoup cet endroit !!

A mon arrivée, c’est un canard colvert qui vient le premier pour que je le prenne en photo !!

Le mâle n’a toujours pas sa pigmentation entièrement verte au niveau de la tête

Canard colvert _MG_6782

Un autre canard colvert vient faire son tour aussi avec à peine un peu de vert

Canard colvert _MG_6791

La sterne pierregarin est toujours là, eh oui, je la prends encore en photo !!!

Sterne pierregarin _MG_6856

C’est quand même assez tranquille sur le grand marais. Je suis quasiment à la sortie quand un bruant des marais vient près de moi sur une belle branche d’un arbre.

Bruant des marais _MG_6945

Arrivée au second marais, soit le petit, un moucherolle phébi est sur le bout d’une belle branche, c’est certain que je fais une photo

Moucherolle phébi _MG_7027

Il y a toujours la famille de Tyran tritri, les oisillons ont grandis et il ne semble être que deux maintenant.

Les deux se disputent pour être en haut complètement en pensant surement être plus nourri que l’autre.

Tyran tritri _MG_7059

Malheureusement, les juvéniles ne savent pas bien volés encore. Cette chicane provoque que l’un des deux tombe à l’eau n’étant pas capable de se raccrocher au bout de la branche. Il est alors 10h11 a.m.

Il est malheureusement loin et je ne peux pas l’aider à remonter dans son nid 😦

Les parents s’affolent, un des deux revient surveiller celui qui est resté tandis que l’autre essaie de guider son bébé pour le faire sortir de l’eau.

Tyran tritri _MG_7136

J’ai alors appelé à l’accueil du parc pour leur expliquer ce qui s’est passé afin de trouver un moyen d’aider le petit à l’eau, malheureusement, la réponse fût non, rien ne pouvait être fait, c’est la loi de la nature ! 😦

Au bout d’un certain temps, comme les parents n’ont pas réussi à aider le juvénile à l’eau, ils ont abandonnés et se sont concentrés à nourrir le dernier qui reste au nid.

Tyran tritri _MG_7339

Je suis donc resté là, à encourager le petit juvénile et espérer très fort qu’il s’en sorte vivant. Je lui envoie toutes les ondes positives que je peux.

Il avance très lentement, ralenti par les nénuphars, malgré qu’il peut se reposer dessus sans caler trop dans l’eau.

A 12h11, il réussi à monter sur une petite branche afin de se laisser sécher et attendre que ses parents puissent le nourrir de nouveau.

Tyran tritri _MG_7196

Lorsqu’il fût un peu plus sec, il réussit à monter jusqu’à la seconde branche.

Un des parents se rendit compte alors que le juvénile est toujours en vie et hors de l’eau.

Il alla attraper des insectes pour le nourrir à nouveau et lui redonner des forces. J’ai poussée un cri de joie de voir qu’enfin un des parents vient s’en occuper !!!!

Tyran tritri _MG_7537

A 13h31, enfin, il est avec un des parents et il peut manger et reprendre des forces !!

Je ne pouvais pas partir durant ces 3 heures, ma concentration était pour envoyer des ondes afin que le juvénile s’en sorte.  Je ne me suis jamais sentie aussi désemparée !! Je ne pouvais rien faire pour l’aider.

Fort heureusement, il va bien, il ne fera surement pas son nid près de l’eau quand il sera parent à son tour cependant !!!

Quel soulagement !!! 🙂

A partir de là, je peux réussir à voir les autres oiseaux, dont une hirondelle à ailes hérissées que je prends en photo

Hirondelle à ailes hérissées _MG_7494

Il fait très chaud avec un taux d’humidité élevé.  Je décide donc d’entrer dans la forêt et me rendre tranquillement au troisième marais.

Trop chaud, c’est très tranquille.  J’attends patiemment, en mangeant enfin un peu. Que d’émotions !!!

C’est alors qu’entre les roseaux, une petite famille de canard branchu arrive

Canard branchu _MG_7655

Sur des branches assez hautes se tient un Pioui de l’Est, que j’ai pu prendre en photo à un moment donné alors qu’il s’est quelque peu approché.

Pioui de l'Est_MG_7696

C’est le tour des bruants à venir, j’ai vu le bruant familier, mais trop contre-jour pour réussir à faire une belle photo.  Par contre, le bruant chanteur s’est gentiment placé dans le bon angle de lumière pour une belle photo.

Bruant chanteur_MG_7760

Je décide de revenir vers la sortie, bien entendu, je repasse par le petit marais.  Les deux juvéniles ne sont plus là. En regardant les parents, j’ai compris qu’ils ont réussi je ne sais trop comment à réunir les deux juvéniles à l’intérieur de la forêt, d’où ils ont continués à les nourrir.

Avec mes jumelles, j’ai bien vu les deux juvéniles ensemble.  Au moins, s’ils se chicanent encore, ils ne seront plus au-dessus de l’eau et risquer ainsi de se noyer.

Je suis soulagée de savoir qu’ils vont bien, je continue vers le grand marais où j’entends un troglodyte des marais. Il n’est pas très loin, donc, avec mon appareil, je réussis à le voir et prendre ainsi une photo.

Troglodyte des marais _MG_7664

Il transporte encore des matériaux pour faire un nid.  Les troglodytes des marais font plusieurs nids afin de ne pas indiquer à ses prédateurs dans lequel les oisillons naîtront.

Très ingénieux, mais ça leur prend plus de temps pour faire tous ces nids.

Je me souviendrai toujours de cette journée remplie d’émotions !!!

Je termine avec 109 espèces dont 8 lifers et surtout, très heureuse que tout se soit si bien terminé pour le juvénile qui est tombé à l’eau !!

J’aime beaucoup les rapides de Lasalle, endroit que je vais régulièrement à chaque année, c’est donc ma destination choisie aujourd’hui.

Il ne fait pas très beau, couche nuageuse, mais on nous annonce du beau temps. J’ai commencé l’année en me disant qu’à moins d’avoir une grosse pluie ou tempête de neige, j’étais pour faire de la photo, donc me voici.

A mon arrivée, c’est un grand héron qui m’accueille !!

Malgré que j’ai plusieurs photos du grand héron, je ne me lasse jamais de le photographier

Sur une branche d’arbre, en train de faire sa toilette

Grand héron _MG_5883

En train de pêcher, il marche très lentement dans l’eau jusqu’à ce qu’il sent un poisson, je peux le regarder des heures et des heures !

Grand héron _MG_6001

Par la suite, c’est un carouge à épaulettes immature qui attire mon attention.  Il est sur le gazon avec son frère ou sa soeur, quémandant la nourriture à leurs parents !

Carouge à épaulettes _MG_5817

Un peu plus loin, je prends ce mâle sur le dessus des herbes… trop cute !

Carouge à épaulettes _MG_5940

C’est enfin la rencontre avec le Harle huppé !!! C’est un « lifer » pour moi, je n’en avais jamais vu.

La femelle est là avec ses bébés, très loin, mais voici tout de même les deux photos que j’ai pu réaliser

Sur la roche, avec deux bébés qu’on distingue bien

Harle huppé _MG_6019

Après s’être promenés et mangés, les voici sur une branche

Harle huppé_MG_6392

Je rencontre une personne qui vient de me dire qu’au début du sentier, il y a des Sternes Caspiennes, je retourne donc sur mes pas pour avoir l’opportunité de les voir.

La différence est évidente, surtout quand on a les deux ensemble, la Sterne Caspienne est beaucoup plus grande, ses pattes sont noires et elle n’a pas de noir au bout de son bec.

Voici les deux photos en vol que j’ai pu prendre, malgré que le soleil est plus ou moins présent.

Sterne caspienne_MG_6111

Celle-ci avec un arrière-plan des arbres

Sterne caspienne _MG_6120

Un autre « lifer » pour moi !!

Je reviens à mon endroit préféré où je peux voir des canards assez près habituellement.

C’est le Canard colvert qui est le premier à vouloir prendre la pause, se promenant tranquillement devant moi

Canard colvert _MG_6495

Un immature qui est tout seul, sans ses parents. Seul son bec orange m’a aidé à l’identifier.  Il a de très petites ailes, il n’est pas très vieux.

Canard colvert _MG_7327

J’ai eu la surprise de voir un canard d’Amérique avec son bébé, c’est la première fois que je vois un petit de ce canard. Sans la mère, je n’aurais jamais pu l’identifier seule.

Canard d'Amérique _MG_6534

Ce fût le tour au canard noir, pas toujours facile de le différencier du canard colvert !!

Son bec nous donne une bonne idée, mais la couleur de son dos beaucoup plus brunâtre que roux nous aide beaucoup !

Canard noir _MG_6528

Une grande aigrette est également venue parmi les canards pour se laisser prendre en photo !!

Sur une branche, à l’affût si un poisson passe par là !

Grande aigrette _MG_7421

Sur celle-ci, après s’être ébouriffée ses plumes !!

Grande aigrette _MG_7457

En revenant vers la sortie, là où se tenait le martin pêcheur, c’est un Tyran tritri que j’ai vu avec plaisir.

Très photogénique, c’est toujours un bonheur de pouvoir le photographier !

Tyran tritri _MG_6673

Vers la fin de la soirée, là où il y a de grosses rapides, les sternes pierregarins s’amusent à pêcher.

Celle-ci pêchait ou du moins, elle essayait et revenait se poser sur cette pierre.  On m’a dit qu’elle a passée sa journée à cet endroit.

Sterne pierregarin _MG_7644

J’ai fini cette journée par les berges de Verdun. J’avais repéré la Sterne caspienne parmi un groupe de goéland.  Malheureusement, le temps de sortir du parc des rapides et me rendre aux berges, la sterne n’est plus là.

J’ai malgré tout pris ce goéland marin après s’être lavé dans l’eau

Goéland marin _MG_6756

Je termine ma journée avec 107 espèces dont 8 lifers !!

Malgré des périodes moins ensoleillées, les oiseaux étaient présents et j’ai pu ajouter 2 nouvelles espèces et voir des bébés que je n’avais jamais observer avant.  La vie est remplie de belles surprises !!

L’Ile Bizard – 27 juin 2015

Encore une belle journée.  Cette fois-ci, ma destination pour la journée est le Parc-nature du Bois-de-l’Ile Bizard.

En commençant la randonnée, sur le grand marais, il n’y a pas beaucoup d’activité.

Pas de sternes, ni de troglodytes, à la toute fin du marais, j’ai la chance d’avoir un bruant des marais

Bruant des marais _MG_5366

Je me dirige alors vers le petit marais.

Je découvre avec joie une famille de Tyran tritri !!

Les parents sont en train de les nourrir, j’ai compté 3 oisillons.  Le nid est au beau milieu de marais, dans un vieux tronc d’arbre.

Voici une des photos où un des parents a de quoi les nourrir.

Tyran tritri_MG_5513

Celle-ci où le parent veille sur ses bébés tandis que l’autre est parti chercher des insectes

Tyran tritri _MG_5441

De l’autre côté du marais, il y a un ouaouaron qui lui aussi se nourrit de libellules

C’est la première fois que j’en photographie un en train d’en manger une. On dirait qu’il a une main et de ses doigts, il dirige la libellule dans sa bouche.

Ouaouaron _MG_7110

Ensuite, il est monté sur une petite branche du marais, complètement à découvert

Ouaouaron _MG_7125

De l’autre côté du marais, j’ai eu l’opportunité de photographier des carouges à épaulettes, pas trop loin.

Voici la photo du mâle

Carouge à épaulettes _MG_5365

Dans une posture assez spéciale pour se tenir sur un tronc d’arbre

Carouge à épaulettes _MG_5523

Cette femelle se tient sur un tronc d’arbre alors qu’habituellement, je la vois plus dans les roseaux, complètement à terre ou sur de la terre.  C’est la première fois que je vois un carouge à épaulettes chercher des insectes sur les troncs d’arbres.

Carouge à épaulettes _MG_7096

J’ai vu cette petite libellule, jusqu’à maintenant, elle a réussi à ne pas se faire attraper par ses nombreux prédateurs.

Libellule _MG_7145

C’est de plus en plus nuageux, je décide de revenir au grand marais, j’espère qu’il y aura plus d’activités, sinon, je serai plus près de la sortie, bien qu’on n’est pas supposé avoir de la pluie aujourd’hui.

En revenant, c’est un bihoreau gris que j’aperçois dans le marais. J’attends l’occasion où il sera un peu plus à découvert.

Voici l’unique photo que j’ai pu réaliser car il était en mode pêche.

Bihoreau gris_MG_7205

Les canards colverts ont commencés eux aussi à se promener sur l’eau.

A cette période de l’année, la pigmentation du mâle au niveau de la tête est quelque peu spéciale.

Voici la photo où le vert n’est pas complet

Canard colvert _MG_7244

Sur celle-ci, il se cale dans l’eau au niveau du cou. La pigmentation de la tête est vraiment spéciale.

Canard colvert _MG_7241

Sur un tronc, j’aperçois une tortue, mais ce n’est pas les tortues peintes que je suis habituée de voir dans ce marais, la forme est très différente.

Je la prends donc en photo dans l’espoir de l’identifier plus tard.

Selon mes recherches, la seule tortue que nous avons au Québec et qui lui ressemble est la tortue géographique.  J’ai demandé à un ami de son côté ce qu’il en pense et il a également affirmé que selon ses connaissances, c’est bel et bien une tortue géographique.

Le blanc au niveau des lèvres est le premier élément que j’ai pris en considération pour l’identification de cette tortue.

Voici la photo alors qu’elle cache sa tête

Tortue géographique_MG_5584

Alors qu’elle avance sur ce tronc d’abre

Tortue _MG_5770

Cette dernière au repos.

Tortue géographique_MG_5774

Non loin de là, je vois un rat musqué en train de manger les racines des plantes

Rat musqué _MG_5635

Avant de quitter, j’ai eu l’opportunité de revoir les sternes pierregarins.

C’est un très bel oiseau, même si je les ai photographiés déjà, je m’arrête une fois de plus pour les observer et faire quelques photos supplémentaires.

La sterne pierregarin est sur le même tronc d’arbre où se trouvait la tortue géographique, je ne l’ai pas vu plonger à l’eau, cependant la tortue n’y est plus.

Photo de la sterne après avoir ébouriffée ses plumes

Sterne pierregarin _MG_5644

Celle-ci sur un tronc d’arbre qu’il y a dans le marais

Sterne pierregarin _MG_5571

Et cette dernière où la sterne a étirée ses longues ailes

Sterne pierregarin _MG_5744

Je pense que ces sternes n’ont pas trouvées de conjoint, elles ne sont pas en mode pêche non plus.

Encore une très belle journée, malgré que le soleil nous a fait faux bond dans l’après-midi !

Je n’ajoute pas d’espèces en 2015, donc, je demeure à 104 espèces dont 6 lifers.

J’ai cependant ajoutée une tortue géographique que je n’ai vu qu’une fois dans ma vie avant aujourd’hui, de plus, j’ai passé une merveilleuse journée à voir les oisillons du Tyran tritri, le ouaouaron, le carouge à épaulettes avec un comportement que je ne connaissais pas… j’ai encore appris de mes amis ailés !! Ce fut une journée enrichissante!!!

Dundee – 24 juin 2015

Depuis longtemps, j’entends parler de Dundee et de la présence des Grues du Canada, c’est donc ma destination pour aujourd’hui.  Il fait beau mais humide, j’espère avoir la chance de les voir.

Je commence dans la région de Dundee car le long d’un chemin, un viréo à gorge jaune a été vu au cours des derniers jours, j’espère qu’il y sera encore malgré que nous sommes un jour de congé.

Je m’arrête près d’un boisé et j’attends.  C’est un viréo aux yeux rouges que je réussis à prendre en photo. Il doit avoir une famille à nourrir car c’est la première fois que je le vois avec un insecte dans le bec.

Viréo aux yeux rouges _MG_3391

Par la suite, c’est le chant de la paruline couronnée qui attire mon attention.  Plus tôt en saison, j’avais eu l’opportunité de la prendre en photo, voici qu’elle vole encore d’un côté à l’autre du chemin.

J’ai encore le loisir de la prendre en photo, un peu différente de la première fois.

On voit très bien ses barres sur le dessus de la tête et sous le menton, ainsi que les gros pois sur le ventre.

Paruline couronnée _MG_3405

Celle-ci, un peu plus de face afin de montrer d’autres détails de cette belle paruline couronnée !

Paruline couronnée _MG_3422

Le défi avec ces parulines couronnées, c’est qu’elles se tiennent à l’ombre alors qu’il fait plein soleil sur les feuilles, pas évident de ne pas les brûler.

Je n’ai finalement pas vu le viréo à gorge jaune, malgré l’attente, donc, je décide d’aller à la digue aux aigrettes pour voir la Grue du Canada.

En arrivant, c’est le Tyran tritri qui se montre très coopérateur et se laisse photographier à souhait. C’est la première fois que je photographie cet oiseau sur les fruits du vinaigrier.

Tyran tritri _MG_3551

J’ai le bonheur de le photographier par la suite sur une branche, endroit qu’il aime bien s’installer pour chasser les insectes et ainsi se nourrir.

Tyran tritri _MG_3594

Je continue à faire le tour, aucune présence jusqu’à maintenant de la Grue du Canada.

J’arrive à l’observatoire. Je monte en haut et droit devant moi, sur une branche d’arbre, se tient un Balbuzard pêcheur avec un gros poisson.

Alors que je commence à le prendre en photo, un autre balbuzard arrive avec son poisson.  Il est cependant en difficulté, il tient son poisson que par une patte et pendant qu’il vole, il essaie de remonter le poisson pour le prendre avec sa deuxième patte. Il a failli frapper avec son poisson le premier Balbuzard pêcheur qui a déjà entamé son poisson !!!

Balbuzard pêcheur_MG_3826

Il continue sa route par la suite pour se percher sur une branche, un peu plus loin de l’autre Balbuzard pêcheur et plus près de moi.

Je l’ai donc en plein vol avec son poisson !

Balbuzard pêcheur_MG_3815

Une fois sur la branche, il essaie de monter le poisson pour commencer à le manger, il doit avoir peu d’expérience car il a laissé tomber son poisson. 😦

Je le prends donc en photo alors qu’il vole en descendant pour essayer de retrouver son si gros poisson.

Balbuzard pêcheur _MG_3883

Finalement, il n’a jamais pu le retrouver, du moins, pas pendant que je suis restée en haut de l’observatoire.

Un troisième Balbuzard pêcheur est arrivé sur une branche, sans poisson.

Balbuzard pêcheur _MG_3864

Je n’avais jamais eu la chance au Québec d’avoir l’opportunité d’observer des Balbuzards pêcheurs aussi longtemps et ce, droit devant moi. Je me sens vraiment chanceuse !!

Je descends et je continue à suivre le sentier.  C’est deux grèbes à bec bigarré immatures que je vois sur l’eau, facile à reconnaître avec les couleurs qu’ils ont lorsqu’ils sont immatures.

Je peux les photographier, mais je n’aperçois pas les parents.

J’espère qu’ils ne sont pas loin car je les trouve encore trop jeunes pour subvenir à leurs besoins !

Grèbe à bec bigarré _MG_3911

Pour finir, c’est un Jaseur d’Amérique que je réussis à prendre en photo, malgré qu’il n’est pas très près, j’arrive à trouver un angle pour le dégager des branches.

Jaseur d'Amérique _MG_3941

Je termine la boucle et je n’ai pas vu la Grue du Canada !  Ce n’est que partie remise, je reviendrai un jour.

Je finis cette journée avec 98 espèces dont 6 lifers.

 

C’est une superbe journée, ensoleillée avec un très beau ciel bleu, aucun nuage !

Durant la semaine, un phalarope de Wilson ainsi qu’à bec étroit ont été vus aux bassins de la route Janelle à Baie-du-Febvre.  Comme je n’ai jamais vu le phalarope de Wilson, c’est le lieu que je choisis pour cette belle journée.

A cause de l’angle du soleil, il ne faut pas y être trop tôt, donc, je quitte vers 9h30 ou 10 heures environ.

Lorsque j’arrive aux bassins, je vois le phalarope de Wilson, il se tient très près des herbes, je n’arrive pas alors à faire une photo pendant qu’il est dans l’eau.

Je vais dans la cache, au milieu des deux bassins, j’attends mon opportunité.

En attendant, c’est un carouge à épaulettes qui vient s’installer sur un roseau, je ne peux m’empêcher de le photographier.

Carouge à épaulettes _MG_9843

Le bruant chanteur va sensiblement sur le même roseau, pourquoi pas !  Il est vraiment mignon !

Bruant chanteur _MG_9894

J’ai enfin ma chance avec le phalarope de Wilson, un lifer pour moi ! 🙂

Il vient s’installer, sur le gazon en avant de moi, pour se nettoyer les plumes !

J’en profite alors pour prendre quelques photos !

Phalarope de Wilson _MG_9714

Il est resté là des heures, sans s’approcher, se nettoyant, dormant un peu. Il y avait un deuxième qui est venu le rejoindre à un moment donné, mais de trop courte durée et plus bas, si bien que je n’ai pas pu le prendre en photo.

Je suis allée faire un tour par le sentier, après le deuxième bassin d’eau.  J’ai vu un tyran tritri et un monsieur avait repéré le nid, il est venu me l’indiquer.  Je demeure dans le sentier, je n’approche pas trop, on voit que le tyran est possiblement en train de couver ses oeufs. Je ne prends que quelques photos car le nid est très à l’ombre, il leur faut aussi de la tranquilité, surtout pas de stress.

Voici la tyran tritri couvant ses oeufs. Ma photo est recadrée, j’étais plus loin du nid !!

Tyran tritri _MG_9971

Celui-ci, était sur une des branches, en train de s’assurer que tout va bien sûrement, ou être disponible pour prendre la relève.

Tyran tritri _MG_9903

Je poursuis donc mon chemin, les laissant tranquille !

J’entends beaucoup de parulines masquées, mais impossible de les localiser.

Je reviens donc vers la cache. Le phalarope de Wilson est toujours là, au même endroit.

Sur la clôture entourant les bassins d’eau, je vois, le temps de prendre deux photos, une des parulines masquées. Voici le résultat !

Paruline masquée _MG_9929

Sur l’eau, les canards commencent à approcher la cache, je commence donc à prendre cette petite famille de canard colvert. J’avoue que j’ai eu un peu de misère à l’identification, car le bec est orange avec les taches noires (colvert), mais le miroir est violet (canard noir). Je sais cependant que ces deux espèces de canard s’accouplent ce qui fait des hybrides. Par contre, c’est peut-être aussi l’éclairage de la journée qui fait ressortir un violet comme miroir.

Canard colvert _MG_9831

C’est vraiment une journée de chance, j’ai des fuligules à tête rouge qui sont près de la cache, j’ai jamais pu en photographier un d’aussi près !

Voici le mâle, dans toute sa beauté !!

Fuligule à tête rouge _MG_0031

La femelle du fuligule à tête rouge

Fuligule à tête rouge _MG_0134

Et une photo du couple ensemble, car les femelles fuligules, sans le mâle à ses côtés, c’est difficile de les reconnaître aussi facilement.

Fuligule à tête rouge _MG_0073

C’est au tour du canard chipeau à venir assez près de la cache.

Voici une photo lorsqu’il battait des ailes.

Canard chipeau _MG_0389

Celle-ci, juste après, où on peut distinguer ses plumes rousses que nous voyons rarement.

Canard chipeau _MG_0384

Pour clore cette magnifique journée, c’est le tour du canard souchet.

Un peu jaloux de la photo que j’ai prise du canard chipeau, il a décidé de battre des ailes lui aussi !!!

Canard souchet _MG_0399

La femelle du canard souchet avec son bec très large

Canard souchet _MG_9670 bon

J’ai repris une photo du mâle avec toutes ses belles couleurs, c’est un très beau canard!

Canard souchet _MG_9643

C’est vraiment une journée magnifique, remplie de belles surprises et d’espèces que je n’avais pas pensé prendre en photo si près un jour, vu leurs côtés assez farouches.

Je n’ai pas vu le phalarope à bec étroit, semble-t-il qu’il a déjà quitté l’endroit.

La vie est remplie de merveilleuses surprises et découvertes lorsqu’on sait les regarder avec émerveillement !

Je termine donc avec 89 espèces dont 6 lifers maintenant !

 

 

L’ile Bizard – 23 mai 2015

Je décide aujourd’hui d’aller à l’Ile Bizard.  L’an passé, les ponts des deux marais que je visite n’étaient pas réparés, ce qui fait que je n’ai pas pu y aller à ma guise.

Depuis que j’y suis allé cette année, où j’ai photographié le butor d’Amérique, j’ai bien vu que nous pouvions facilement faire la randonnée de ces deux marais sans problème, donc, me revoici pour voir s’il y a plus d’oiseaux sur les marais qu’au Parc de la frayère.

C’est jamais évident le matin de choisir un endroit où aller, j’ai tellement d’endroits et trop peu de temps, car je suis limitée à la fin de semaine, si dame nature nous donne du beau temps !! 🙂

En arrivant, il y a sur un tronc d’arbre dans le marais, des sternes pierregarins. Ils sont trois.

Comme à tous les printemps, le sterne mâles doit pêcher et apporter beaucoup de poissons à la femelle avant que celle-ci accepte de devenir sa conjointe. Elle sait que si le mâle peut la nourrir, il sera bon pêcheur lorsque viendra le temps également de nourrir les petits.

Donc, j’ai resté quelques heures à observer et photographier leur comportement.

Ce fut long avant l’échange du premier poisson, la femelle le refusant, ou c »est le mâle qui finalement décide de ne pas le lui donner.

Voici enfin une photo de l’échange du poisson entre le mâle et la femelle

Sterne pierregarin _MG_0085

J’ai pris cette photo alors que cette sterne hésite à s’envoler ou rester sur le tronc !! Elle est restée !! 🙂

Sterne pierregarin _MG_0597

La dernière que j’ai choisi, c’est le mâle qui a un beau poisson, mais n’a pas été l’offrir à la femelle et l’a semble-t-il mangé en s’envolant.

Sterne pierregarin _MG_5432

J’ai d’autres photos que je n’ai pas mis, car l’une d’elles, on voit le mâle offrir le poisson, la femelle, le bec grand ouvert, prête à l’accepter, mais au final, ce que la photo ne montre pas, c’est que le mâle a finalement jeté le poisson à l’eau.

Par la suite, c’est un arrêt obligatoire pour les troglodytes des marais. Je ne suis pas encore arrivée au bon moment, on dirait que le printemps a commencé plus tôt pour eux que pour nous.  Donc, c’est déjà la confection des multiples nids, le troglodyte ne monte plus sur le dessus des quenouilles pour se chercher une conjointe.

Le troglodyte des marais peut créer plusieurs nids afin de déjouer ses prédateurs, de cette façon, on ne peut savoir dans quel nid la femelle va vraiment pondre les oeufs.

Voici une photo que j’ai réussi malgré tout à prendre, lors d’une pause de celui-ci

Troglodyte des marais _MG_0553

Je me dirige maintenant vers le second marais

C’était quelque peu tranquille, beaucoup d’hirondelles, mais sur l’eau, il n’y avait absolument rien.

J’ai donc commencé à prendre une belle hirondelle rustique sur une branche

Hirondelle rustique _MG_0229

Ensuite, il y avait quelques tyrans tritri dont un est venu faire la pose sur une belle branche, comment résister à son invitation ! 🙂

J’aime beaucoup cet oiseau, les poses qu’il fait, c’est toujours un plaisir de le photographier !

Tyran tritri _MG_0279

Puis vint le tour du héron vert !

Il se tenait au fond du marais, ensuite, sur le côté droit, jusqu’à un moment, après une longue attente, il vint dans le marais, sur une branche à hauteur de l’eau d’où il pouvait pêcher à sa guise.

C’est là que j’ai pris les plus belles photos de ce héron vert !

Héron vert _MG_0442

Sur cette même branche, mais il y avait un effet d’eau vert-jaune dans l’eau, j’ai pas pu m’empêcher de prendre la photo !

L’arrière-plan donne un effet différent, malgré qu’il est sur la même branche !!

Héron vert _MG_0469

En revenant vers le premier marais, j’ai vu la famille Bernache du Canada se promenant déjà avec des petits !

Bernache du Canada _MG_9969

Les sternes sont toujours là, en vol, en train de pêcher, une femelle sur le tronc !!

En revenant, dans le boisé, j’ai vu une mésange à tête noire en train de préparer son nid, à moins qu’il y a déjà des bébés.  Elle n’a pas d’insectes dans le bec, je crois que non.

Je n’ai pris qu’une photo, car comme l’arbre est très près du sentier, ne connaissant l’étape où en était rendue cette mésange, j’ai préféré continuer mon chemin en passant de l’autre côté pour ne pas trop la déranger.

Mésange à tête noire _MG_5443

Il y a toujours un endroit inondé au printemps, là, où une année, j’avais vu beaucoup de grimpereaux bruns.

Je n’en vois pas, mais c’est un couple de canard colvert qui se nourrissent et font leurs toilettes pour se faire beaux.

Le mâle est plus dégagé, je fais quelques photos dont celle-ci

Canard colvert _MG_9935

C’est le retour à la maison, après une si belle journée passée à l’extérieur et pouvant observer les oiseaux !

Je termine donc cette journée avec 83 espèces dont 4 lifers.

Une superbe belle journée s’annonce,  et comme c’est le temps de la migration, je décide d’aller au Parc de la Frayère, pour voir tous les beaux oiseaux qui y sont de passage.

Je m’installe tout près de la rivière ou rigole, et c’est une belle paruline jaune qui m’attire. Elle est dans les herbes au sol, avec une clarté très douce car il est 7 heures du matin.

Paruline jaune

 

En continuant d’observer, je constate un aller-retour fréquent de la part d’un couple de merle d’Amérique.  Je pense qu’ils sont en train de faire un nid, mais quand je vois le merle avec beaucoup de vers dans le bec, c’est certain qu’avec cette quantité de nourriture, ils sont en train de nourrir des petits.

De l’autre côté de cette petite rivière, à hauteur de mes yeux, je vois le nid, avec 4 oisillons. Quelquefois, les parents les nourrissent et entre ça, le père ou la mère vient les garder au chaud comme lors de la couvaison.

Il ne fait pas encore très chaud pour le moment.

C’est la première fois que je vois des oisillons de cet espèce.

Etant loin du nid, j’essaie de trouver un angle pour faire une photo, ce n’est pas extra, car il y a beaucoup de branches et d’herbe, mais je garde un souvenir visuel de ce beau moment.

Merle d'Amérique

 

Je quitte l’endroit pour les laisser tranquille, et je me dirige vers un petit boisé que les parulines semblent apprécier.

Comme il y a déjà quelques parulines de passage, j’observe le boisé et c’est la paruline à tête cendrée qui revient me rendre une petite visite, comme la veille.

Les parulines sont difficile à photographier car elles changent de branches continuellement et demeurent très peu inactive.

Je suis très heureuse d’avoir pu faire ce cliché, c’est ma plus belle photo de cet oiseau !

Paruline à tête cendrée

 

 

Ce fut le tout de la paruline rayée, très difficile, et elle était un peu contre-jour, si bien que je n’ai pas réussi à faire ressortir son oeil, ma superbe photo sera pour une prochaine fois !

Cependant, on peut quand même voir les détails de cette paruline.

Paruline rayée

 

 

Entre l’attente pour que les parulines se dégagent et que je puisse bien les photographier, c’est un chardonneret jaune qui attire mon regard.

On dirait qu’il est en train d’avoir ses couleurs d’été, car le noir commence à se former sur sa tête, et il n’a pas encore la couleur jaune vif du corps.

Dans mes livres, il n’y a aucune mention de ce phénomène. Donc, c’est soit le temps où il reprend ses belles couleurs d’été, ou c’est une autre raison que j’ignore.

Chardonneret jaune

 

Ce qui est génial, c’est que même lorsque j’attends plusieurs heures pour un certain oiseau, j’ai souvent une autre espèce qui passe et s’arrête à l’occasion pour me permettre de faire une photo.

Tout comme ce pic chevelu. Il semble se nourrir en-dessous des feuilles qui poussent de cet arbuste.

Pic chevelu

 

En me rendant vers le marais, où l’eau est très haute, c’est bien sur les hirondelles bicolores qui attirent mon attention.

Comme il y a plein de cabanes pour les accueillir, ces hirondelles sont en train de les modifier à leur goût pour s’y installer.

J’ai pu réaliser cette photo, lorsqu’une hirondelle bicolore a décidé de demeurer non loin de sa cabane pour la protéger, lors d’une pause.

Hirondelle bicolore

 

Comme il y a très peu d’activités, à part des hirondelles bicolores, sur le marais, je m’en vais du côté du boisé Langevin.

J’ai à peine fait quelques mètres, que des parulines flamboyantes viennent sur les branches des arbres près du sentier.

J’en profite donc pour faire une pause photo pour essayer de les prendre en photo !

Le mâle est plus facile à photographier, tandis que la femelle, surement en train de finaliser son nid, se montre très peu.

J’ai donc fait quelques photos du mâle, qui à un moment donné, nous a laissé le temps de bien le photographier.

Il était sur une branche, bien dégagé, et avec une douce lumière, et surtout à hauteur des yeux.

Paruline flamboyante

 

Et j’ai eu la chance d’avoir la femelle près de moi, le temps de quelques photos avant qu’elle s’envole pour continuer surement de préparer son nid.

J’ai eu une occasion incroyable de pouvoir la photographier et qu’elle demeure assez longtemps pour faire ma plus belle photo de cette femelle.

De plus, elle est entièrement dégagée, je ne peux souhaiter mieux !

Paruline flamboyante

 

 

Je retourne du côté de la petite rivière, le soleil ayant changé de place, me donne l’opportunité de photographier d’un nouvel angle.

Sur les arbres près de cette petite rivière, il y a beaucoup de branches sans feuilles, sur lesquelles, les Tyran tritri aiment bien se tenir pour se nourrir près de l’eau et venir se reposer sur ces branches.

J’attends patiemment qu’un tyran tritri vient se poser sur une belle branche pour bien le photographier.

Tyran tritri

 

Depuis le début de ma journée, j’ai entendu beaucoup chanter les bruants chanteurs, qui à ce temps-ci de l’année, sont aussi présents dans ce parc que des moineaux dans ma cour !

Cependant, ils étaient tous contre-jour, ou un autre espèce avait attiré mon attention.

C’est maintenant son tour, il est trop beau sur cette belle branche, à chanter pour se trouver une âme soeur, je ne peux m’empêcher de réaliser quelques clichés.

Bruant chanteur

 

En faisant une dernière tournée sur le marais avant de quitter, dans les arbres près du marais, je vois une hirondelle différente de la bicolore.  J’ai le temps de faire seulement 2 photos, avant qu’elle reparte elle aussi se nourrir ou se trouver un nid.

En revenant, j’ai très hâte de pouvoir l’identifier.  C’est une hirondelle à ailes hérissées, un lifer pour moi, j’en ai souvent entendu parler, lu dans différents livres, mais c’est la première fois que je la vois !

Ce n’est pas ma plus belle photo car il y a beaucoup trop de branches à l’arrière et je n’ai pas eu la chance de pouvoir la prendre à un meilleur endroit, mais c’est ma toute première photo de cette hirondelle !! 🙂

Hirondelle à ailes hérissées

 

A son retour, au printemps prochain, j’aurai peut-être l’occasion de la prendre à un meilleur endroit.

C’est ce qui termine ma superbe journée de photographie et d’observation des oiseaux.

Je termine donc avec 53 espèces dont 12 lifer depuis le début de l’année.