Tag Archive: Snow Goose


C’est une belle journée, je décide d’aller à Baie-du-Febvre.

Habituellement, il y a toujours des canards ou fuligules très intéressant sur les deux bassins d’épuration.

C’est un cormoran à aigrettes qui attire mon attention.  A ce temps-ci de l’année, on voit très bien ses aigrettes.  On les voit que durant le printemps alors qu’il fait sa nidification.

Contrairement à la dernière fois, il ne reste plus beaucoup de petits garrots.  J’ai repéré seulement un seul couple, assez loin, j’ai quand même pris cette photo.

Le fuligule à tête rouge commence à arriver également, ils seront plus nombreux un peu plus tard, je me contente de celui qui est là pour l’instant et qui a bien voulu venir plus près de moi.

Il ne restait plus beaucoup d’oies des neiges.  J’ai manqué le temps où elles sont arrivées très nombreuses ou tout simplement, il y en a eu moins que d’habitude.

Je photographie celle dans le bassin.

L’espèce la plus nombreuse qu’il y avait ce jour-là, c’était les fuligules milouinans.  Je le considère comme un lifer puisqu’avant cette journée, si j’en ai photographié, je n’avais jamais pu le distinguer avec précision puisqu’il se confond facilement avec le petit fuligule.

Tandis que maintenant, les éléments de comparaison sont plus visibles, j’ai également eu confirmation par d’autres ornithologues sur place.

La forme de la tête ainsi que le bec, c’est la seule façon de faire la différence.

Voici le mâle

Et sa femelle

Il y avait parmi eux, quelques petits fuligules, voici celui qui s’est approché le plus près somme toute.

On voit très bien sa pointe au sommet de sa tête.

Je n’ai pu attendre qu’ils approchent davantage, côté santé, je devais mettre fin à ma journée, à regret.

J’étais très heureuse tout de même de les avoir vus, un jour, je les aurai plus près.  J’essaierai de ne pas manquer leur retour l’année prochaine car ils ne restent malheureusement pas.

Je termine tout de même cette journée avec 33 espèces dont 4 lifers.

 

Publicités

C’est une très belle journée, je décide d’aller à Baie-du-Febvre comme à chaque année pour revoir les oies des neiges.

Je fais cependant un petit arrêt à Contrecoeur car la veille, au Parc des Moulins, il y a mention de plusieurs oiseaux que j’aimerais bien voir et photographier si possible.

A mon arrivée, c’était tranquille, pas d’oiseaux, pas de canards non plus.

J’ai cependant un beau rat musqué très près qui ne demande qu’à être pris en photo.  Il est occupé à manger et ne s’est pas aperçu de ma présence.

Le voici pendant une pause de manger

Lors d’une séance de grattage, ses pattes ressemblent tellement à nos mains.

Un couple de bernache du Canada est passé lentement devant moi, je n’ai pu photographier qu’un des deux puisqu’une trop grande distance les séparait.

Puis un carouge à épaulettes s’est posé le temps de chercher des brindilles pour faire son nid. Alors qu’il émettait son chant que j’aime bien entendre car ça m’indique le retour du printemps.  C’est toujours le premier oiseau à revenir, des fois un peu tôt car il y a encore de la neige. On voit très bien son épaulette quand il « chante ».

 

Il est temps pour moi de poursuivre ma route vers Baie-du-Febvre.

Je fût très surprise du peu d’oies des neiges pour un 22 avril, je m’attendais à ce qu’elles soient plus nombreuse.  C’est à une des dernières haltes sur la route 132 que j’ai pu réaliser quelques photos.

Dans le champs non inondé jusqu’à cet endroit.

Celle-ci trouva un restant d’épi de mais, elle dût s’enfuir avec pour ne pas se le faire prendre par les autres oies.

Dans le champs inondé, j’ai photographié l’oie des neiges de forme sombre.

Je suis allée par la suite à la route Janelle, aux deux bassins d’épuration.

Dans la cache, j’ai eu la visite d’une hirondelle bicolore de très près. Eh oui, elles sont déjà arrivées, faut croire qu’elles ont assez d’insectes pour survivre car il ne fait pas très chaud encore.

J’ai eu la chance de faire des photos du Petit garrot, mâle et femelle, d’assez près.

Voici le mâle avec ses belles couleurs

Voici sa femelle

Alors que le mâle secouait ses ailes, il était malheureusement plus loin.

J’ai vu des pluviers kildirs, ils étaient trop loin pour réussir une photo.  Sur la route Janelle, j’ai même vu un harfang des neiges, tellement loin que sans les jumelles, je pouvais penser à une petite motte de neige non fondue.

Les canards, autres que les petits garrots, n’ont pas approchés le bord de la route, à regret.

Je termine cette journée avec 21 espèces dont 3 lifers.

C’est encore une très belle journée, pas trop froide.

Je me dirige vers St-Césaire pour voir et photographier le cygne tuberculé.

A mon arrivée, je me rends compte que nous sommes très loin de la rivière, si bien que finalement, cette journée sera plus une journée de très belles observations qu’une journée de photographie.

J’ai tout de même pris quelques photos pour le plaisir d’avoir un souvenir de cette belle journée.

Au début, j’avais repéré l’oie rieuse qui se promenait sur la rivière.

Comme j’étais très loin, mes photos sont très recadrées et moins bien détaillées.

Je ne voyais pas le cygne tuberculé, donc, je pensais qu’il n’était pas encore là.  Un observateur me dit qu’il dormait et m’oriente vers la boule blanche que j’avais pris pour une grosse boule de neige, c’était le cygne.

Je n’ai pu photographier son réveil, mon focus n’a pu se faire sur ce cygne car il était entouré de beaucoup de bernaches du Canada.

Voici deux photos dans l’eau que j’ai pris avec ce long cou majestueux.

Sur celle-ci, on distingue un peu plus la bosse noire près de la racine d’où le nom de cygne tuberculé.

Dans l’après-midi, je décide d’aller à St-Louis-de-Gonzague car une oie à bec court a été vue et photographiée la veille.  Comme j’ai manqué ma chance de voir cette oie à l’Ile Ste-Thérèse, je tente ma chance.

Sur la route pour y aller, je vois une belle buse à queue rousse.  Je réussis à m’arrêter sans la faire s’envoler.

Voici la photo sur la première branche.

Elle prit un peu plus tard son envol, par bonheur, pour s’approcher plus près de l’auto.

Arrivée à St-Louis-de-Gonzague, malheureusement, les oies des neiges sont loin contrairement à la veille, du moins, c’est ce qu’on m’a dit.

J’ai attendu quelques heures afin de voir si l’oie à bec court arriverait, mais en vain.

J’ai tout de même eu l’occasion de prendre quelques photos des oies des neiges.

Lors d’une envolée car un avion qui passait assez souvent les faisaient levées.

J’ai ciblée un petit groupe alors qu’il voulait amerrir sur la glace.

J’ai pris ces deux oies des neiges alors qu’elles ont passées plus près de moi.

Une oie de Ross a été vue par un observateur, malheureusement, comme elles étaient très loin, je ne peux être certaine de l’avoir photographiée parmi le groupe.

Il est temps que je retourne chez-moi.

Ce ne fût donc pas une journée de photos mais une journée de très belles observations somme toute car on ne voit pas très souvent des cygnes et l’oie rieuse.  L’oie rieuse, on peut la voir au printemps et l’automne, quand au cygne, c’est exceptionnel dans ma région.

Je termine cette très belle journée avec 43 espèces dont 2 lifers.