Tag Archive: Pioui de l’Est


Encore une journée très chaude et avec une humidité élevée.  Je décide de retourner au Parc Michel Chartrand tôt le matin et faire comme hier, revenir à l’air climatisé en début d’après-midi.

En arrivant, je m’aperçois que les juvéniles Pluviers Kildirs sont actifs. Ils doivent se rendre compte qu’il fera très chaud encore aujourd’hui et ils en profitent pendant que c’est légèrement plus frais.

Je m’installe et je commence à les photographier.

Voici la mère, jamais loin des petits

Pluvier kildir _MG_8367

Voici la photo d’un des juvéniles.  Ils sont vraiment très chétifs.

Pluvier kildir _MG_8399

Ils se dirigent où est l’ombre, je les comprends !!! Pas de photos de famille !

Je suis le chemin où on m’a dit que le Passerin indigo avait été vu.  Je m’installe et j’attends en observant et écoutant les sons autour de moi.

Furtivement, ce Pioui de l’Est est venu l’espace de 2 photos et il est reparti aussi vite, sans aucun bruit et sans son.

Pioui de l'Est _MG_8480

C’est la première fois que je vois un Pioui de l’Est dans ce parc.  C’est également la première fois que je vois un Pioui sans chanter son nom, si bien, que je me demandais si c’était vraiment un Pioui de l’Est ou un Moucherolle des Saules ou des Aulnes.

Mon frère fût le premier à me confirmer qu’il s’agissait bien d’un Pioui de l’Est ainsi qu’une personne sur le site où j’ai demande l’aide à l’identification.

Par la suite, assez loin, j’entends un troglodyte familier.  Il est très en voix lui !!

Je le repère et je prends une photo, malgré la distance.

Troglodyte familier _MG_8454

Aucun signe du Passerin indigo et il commence à faire de plus en plus chaud.  Je vais faire une dernière tournée près des mangeoires.

Pas tellement loin, je vois un Jaseur d’Amérique, je prends alors cette photo.

Jaseur d'Amérique _MG_8513

Dans les chardons, il y a quelques chardonnerets jaunes, dont celui-ci qui a bien voulu coopérer pour cette jolie photo

Chardonneret jaune _MG_8545

Je m’asseois à une table de pique-nique près de la mangeoire, un peu à l’ombre enfin.

Je vois des Merlebleus de l’Est avec leurs petits.

Je photographie un des parents avec un juvénile sur le fil électrique

Merlebleu de l'Est _MG_8601

A ma surprise, sur la table de pique-nique voisine, le Merlebleu de l’Est est dessus, d’où cette photo

Merlebleu de l'Est _MG_8660

Non loin des mangeoires, il y a un vacher à tête brune qui cherche quelque chose à manger.  Il retourne les feuilles comme les bruants font.

C’est un jeune de cette année, il commence à avoir légèrement ses couleurs d’adulte.

Vacher à tête brune _MG_8638

Au pied des mangeoires, il y a plusieurs bruants familiers.

Pas facile de les photographier sur le gazon, l’autofocus prends souvent une brindille d’herbe au lieu du bruant, d’où la majeure partie des photos vont à la poubelle.

Voici une des photos où l’on remarque très bien sa calotte rousse.

Bruant familier _MG_8777

Cette dernière est la photo d’un immature bruant familier, sa calotte n’est pas encore rousse.

Bruant familier _MG_8774

Il arrive près de midi, la chaleur est si intense que j’en ai mal au coeur, je reviens à l’air climatisé, le coeur gros d’abandonner une si belle journée ensoleillée et être en compagnie de mes amis ailés.

Je termine cette courte journée avec 112 espèces dont 9 lifers

 

Je décide de me rendre à l’Ile Bizard, j’aime beaucoup cet endroit !!

A mon arrivée, c’est un canard colvert qui vient le premier pour que je le prenne en photo !!

Le mâle n’a toujours pas sa pigmentation entièrement verte au niveau de la tête

Canard colvert _MG_6782

Un autre canard colvert vient faire son tour aussi avec à peine un peu de vert

Canard colvert _MG_6791

La sterne pierregarin est toujours là, eh oui, je la prends encore en photo !!!

Sterne pierregarin _MG_6856

C’est quand même assez tranquille sur le grand marais. Je suis quasiment à la sortie quand un bruant des marais vient près de moi sur une belle branche d’un arbre.

Bruant des marais _MG_6945

Arrivée au second marais, soit le petit, un moucherolle phébi est sur le bout d’une belle branche, c’est certain que je fais une photo

Moucherolle phébi _MG_7027

Il y a toujours la famille de Tyran tritri, les oisillons ont grandis et il ne semble être que deux maintenant.

Les deux se disputent pour être en haut complètement en pensant surement être plus nourri que l’autre.

Tyran tritri _MG_7059

Malheureusement, les juvéniles ne savent pas bien volés encore. Cette chicane provoque que l’un des deux tombe à l’eau n’étant pas capable de se raccrocher au bout de la branche. Il est alors 10h11 a.m.

Il est malheureusement loin et je ne peux pas l’aider à remonter dans son nid 😦

Les parents s’affolent, un des deux revient surveiller celui qui est resté tandis que l’autre essaie de guider son bébé pour le faire sortir de l’eau.

Tyran tritri _MG_7136

J’ai alors appelé à l’accueil du parc pour leur expliquer ce qui s’est passé afin de trouver un moyen d’aider le petit à l’eau, malheureusement, la réponse fût non, rien ne pouvait être fait, c’est la loi de la nature ! 😦

Au bout d’un certain temps, comme les parents n’ont pas réussi à aider le juvénile à l’eau, ils ont abandonnés et se sont concentrés à nourrir le dernier qui reste au nid.

Tyran tritri _MG_7339

Je suis donc resté là, à encourager le petit juvénile et espérer très fort qu’il s’en sorte vivant. Je lui envoie toutes les ondes positives que je peux.

Il avance très lentement, ralenti par les nénuphars, malgré qu’il peut se reposer dessus sans caler trop dans l’eau.

A 12h11, il réussi à monter sur une petite branche afin de se laisser sécher et attendre que ses parents puissent le nourrir de nouveau.

Tyran tritri _MG_7196

Lorsqu’il fût un peu plus sec, il réussit à monter jusqu’à la seconde branche.

Un des parents se rendit compte alors que le juvénile est toujours en vie et hors de l’eau.

Il alla attraper des insectes pour le nourrir à nouveau et lui redonner des forces. J’ai poussée un cri de joie de voir qu’enfin un des parents vient s’en occuper !!!!

Tyran tritri _MG_7537

A 13h31, enfin, il est avec un des parents et il peut manger et reprendre des forces !!

Je ne pouvais pas partir durant ces 3 heures, ma concentration était pour envoyer des ondes afin que le juvénile s’en sorte.  Je ne me suis jamais sentie aussi désemparée !! Je ne pouvais rien faire pour l’aider.

Fort heureusement, il va bien, il ne fera surement pas son nid près de l’eau quand il sera parent à son tour cependant !!!

Quel soulagement !!! 🙂

A partir de là, je peux réussir à voir les autres oiseaux, dont une hirondelle à ailes hérissées que je prends en photo

Hirondelle à ailes hérissées _MG_7494

Il fait très chaud avec un taux d’humidité élevé.  Je décide donc d’entrer dans la forêt et me rendre tranquillement au troisième marais.

Trop chaud, c’est très tranquille.  J’attends patiemment, en mangeant enfin un peu. Que d’émotions !!!

C’est alors qu’entre les roseaux, une petite famille de canard branchu arrive

Canard branchu _MG_7655

Sur des branches assez hautes se tient un Pioui de l’Est, que j’ai pu prendre en photo à un moment donné alors qu’il s’est quelque peu approché.

Pioui de l'Est_MG_7696

C’est le tour des bruants à venir, j’ai vu le bruant familier, mais trop contre-jour pour réussir à faire une belle photo.  Par contre, le bruant chanteur s’est gentiment placé dans le bon angle de lumière pour une belle photo.

Bruant chanteur_MG_7760

Je décide de revenir vers la sortie, bien entendu, je repasse par le petit marais.  Les deux juvéniles ne sont plus là. En regardant les parents, j’ai compris qu’ils ont réussi je ne sais trop comment à réunir les deux juvéniles à l’intérieur de la forêt, d’où ils ont continués à les nourrir.

Avec mes jumelles, j’ai bien vu les deux juvéniles ensemble.  Au moins, s’ils se chicanent encore, ils ne seront plus au-dessus de l’eau et risquer ainsi de se noyer.

Je suis soulagée de savoir qu’ils vont bien, je continue vers le grand marais où j’entends un troglodyte des marais. Il n’est pas très loin, donc, avec mon appareil, je réussis à le voir et prendre ainsi une photo.

Troglodyte des marais _MG_7664

Il transporte encore des matériaux pour faire un nid.  Les troglodytes des marais font plusieurs nids afin de ne pas indiquer à ses prédateurs dans lequel les oisillons naîtront.

Très ingénieux, mais ça leur prend plus de temps pour faire tous ces nids.

Je me souviendrai toujours de cette journée remplie d’émotions !!!

Je termine avec 109 espèces dont 8 lifers et surtout, très heureuse que tout se soit si bien terminé pour le juvénile qui est tombé à l’eau !!