Tag Archive: Pileated Woodpecker


Lors de ma dernière visite, un habitué de l’endroit m’a dit que pour le faisan de colchide, j’aurais plus de chance dans la semaine que la fin de semaine.

C’est pourquoi, j’ai pris congé du travail aujourd’hui pour venir tenter ma chance, surtout que c’est une journée ensoleillée.

Je regarde dans le verger, je ne vois pas le faisan de colchide, je décide alors d’aller dans les sentiers, peut-être le verrais-je.

En arrivant à la première table à pique-nique, où il y a la mangeoire pour les colibris, j’aperçois un grand pic sur les troncs d’arbres par terre.  Je suis contre-jour, je ne peux pas le prendre en photo.

Je me dirige donc dans le sentier à l’arrière, c’est alors que les deux grands pics sont venus se poser non loin de moi, au bas d’un tronc d’arbre.

Ils ont l’air très actifs !!

Je prends donc ces photos, dont l’une où l’on voit la langue du Grand pic qui lui permet de repérer les fourmis charpentières et savoir où faire son trou pour les déguster.

Grand pic _MG_0686

Au repos quelques minutes, après avoir creusé un trou dans ce tronc.

Grand pic _MG_0698

A la première mangeoire, il y a deux bruants à gorge blanche qui mangent au sol.

Voici la photo de l’un d’entre eux.

Bruant à gorge blanche _MG_0805

Je me rend à la seconde mangeoire.

Il y a beaucoup d’oiseaux qui viennent dont le couple de vacher à tête brune.

Voici la femelle en train de se nourrir au sol.

Vacher à tête brune _MG_0840

Voici le mâle qui se régale aussi des graines de tournesol.

Vacher à tête brune _MG_1249

Par curiosité, je me dirige vers la grande digue, où cet hiver, il y avait un Petit-duc maculé.  Il n’est plus là, ou tout simplement, il n’a pas sorti sa tête du trou de la cabane pour les branchus.

Cependant, j’ai le bonheur d’avoir un roitelet à couronne rubis non loin que je prends en photo. Sa tâche rouge est cachée, car c’est bien un mâle.

Roitelet à couronne rubis_MG_0883

Sur celle-ci, malgré les ombrages de branches d’arbre plus hautes, on voit très bien sa tâche rouge.

Roitelet à couronne rubis _MG_0861

Je reviens vers la seconde mangeoire.

Pour mon plus grand bonheur, il y a une mésange bicolore qui vient se nourrir.  Faut être très rapide, elle ne reste pas longtemps en place.

Voici la photo sur la branche avant d’aller dans la mangeoire.

Mésange bicolore _MG_0998

La revoici sur une toute petite branche, guettant le moment opportun pour retourner dans la mangeoire.

Mésange bicolore _MG_1008

Puis un pic chevelu est venu sur un arbre.  La pose de l’oiseau ainsi que la lumière du moment m’ont permises de réaliser cette photo.

Pic chevelu _MG_1019

Alors que c’était tranquille à la seconde mangeoire, je suis allée dans le sentier se dirigeant vers la pointe.  J’ai alors vu un Pic flamboyant au bout d’un tronc d’arbre.

Pic flamboyant _MG_1066

J’ai continué ce sentier un bon bout dans l’espoir de voir d’autres oiseaux comme la grive fauve ou encore le troglodyte des forêts, mais non.  Il y a toujours une période sur l’heure du diner où les oiseaux sont absents.  C’est alors l’heure de manger moi aussi, bien que je garde un oeil sur ce qui peut se passer autour de moi.

Je reviens à la seconde mangeoire où les oiseaux recommencent à être actifs.

Je vois encore plusieurs bruants hudsoniens.  Je n’avais jamais vu ces oiseaux si tard au printemps.

Voici la photo sur une branche d’arbre avec des bourgeons.

Bruant hudsonien _MG_1202

Cette photo sur une perche, guettant le temps où il ira se nourrir.

Bruant hudsonien _MG_1275

Il y a bien entendu des Merles d’Amérique.

J’aime beaucoup les prendre en photo.  Ils ont une allure si fière !!!

Le voici alors qu’il sautille sur le gazon.

Merle d'Amérique _MG_1236

Un petit arrêt pour une autre photo où l’on distingue très bien sa couleur orangée sur le dessous.

Merle d'Amérique _MG_1238

Où il y a des mangeoires, il y a aussi des écureuils.

Le voici en train de déguster une graine de tournesol.

Ecureuil gris _MG_1281

Je n’ai pu m’empêcher de prendre cette photo alors que cet écureuil gris est couché près d’un endroit où il y a plusieurs graines de tournesol et se nourrit malgré tout.

Avec sa queue sur le dos, c’est vraiment trop mignon !!

Ecureuil gris _MG_1426

Il y a plusieurs carouges à épaulettes qui viennent également se nourrir à cette mangeoire.

Voici la photo d’un immature de l’an passé, il n’a pas encore toutes ses couleurs.

Carouge à épaulettes _MG_1308

Photo d’un mâle bien dégagé malgré qu’il est dans les broussailles.

Carouge à épaulettes _MG_1335

Tout comme la fin de semaine passée, il y a plusieurs Quiscales bronzés.  Jusqu’à ce moment-ci, je n’ai pas réussi à le photographier dégagé.

Un des Quiscales bronzés a été sur le tronc d’arbre, c’est ma chance, je le prends donc en photo !! Je ne peux espérer l’avoir plus dégagé que cela !

Quiscale bronzé _MG_1321

En retournant vers le marais, soit non loin de la première mangeoire, j’entends le chant du faisan de colchide.

Je me dirige avec le son et je le vois dans le champ avant le marais, parmi quelques chevreuils.

J’attends le temps nécessaire pour réussir à le prendre en photo dégagé malgré le foin du champ où il se trouve.

 

Faisan de Colchide_MG_1589

Il s’est quelque peu approché avec la lumière du soleil ce qui fait ressortir davantage ses belles couleurs.

Il est vraiment magnifique !!!

C’est un cadeau de la vie d’avoir pu enfin l’observer et d’avoir réussi à le photographier.

Faisan de Colchide _MG_1595

Je demeure à cet endroit un bout, le temps de bien l’observer, même s’il s’est quelque peu caché et que je ne peux le photographier. Je savoure le moment car c’est un lifer pour moi, il est très coloré et si beau à voir.

Durant la période où je l’observais, un vison est venu semble-t-il pour l’attaquer.  Les deux étaient trop loin pour que je distingue vraiment ce qui se passait.  Le Faisan de colchide s’est défendu et le vison est parti vers le marais.

Par la suite, le Faisan de Colchide s’est enfoncé dans la forêt, si bien que je ne pouvais plus le voir.

Pendant que je suis restée à observer le Faisan de Colchide, j’ai eu la visite d’une mésange bicolore, devant moi, sur un type de quenouille (je ne suis pas très bonne en plante aquatique ou de marais). J’ai eu le temps de prendre deux photos, dont celle-ci.

Mésange bicolore _MG_1559

Je ne regrette aucunement d’être venue à l’Ile St-Bernard aujourd’hui, j’ai été très gâtée.  Le Faisan de Colchide, j’espérais vraiment le voir, j’ai même eu la chance de le photographier complètement dégagé.

Je n’ai jamais eu autant d’espèces à photographier dans une journée dont un lifer en prime !!

Comment ne pas être reconnaissant envers la nature !!

Je suis donc rendue à 83 espèces dont 7 lifers maintenant depuis le début de 2016.

Je décide aujourd’hui d’aller au jardin botanique de Montréal.  Durant la semaine, un couple de fuligule à collier est présent, j’espère qu’il le sera encore aujourd’hui.

J’arrive tôt et je me dirige lentement vers les étangs d’eau du jardin, portant attention aux nouveaux chants, il y a plusieurs oiseaux qui sont arrivés soit pour passer l’été avec nous ou d’autres qui ne sont que de passage uniquement.

J’entends le chant du bruant familier, ça faisait longtemps que je ne l’avais pas entendu. Très joli avec son capuchon roux.

Comme tous les bruants, il se tient au sol pour se nourrir, d’où la réalisation de cette photo.

Bruant familier_MG_9418

En continuant, je vois un beau merle d’Amérique au jardin chinois.  Je n’ai pu m’empêcher de le photographier.

Merle d'Amérique _MG_9460

J’ai vu des tarins des pins, ils étaient sur la terre mouillée, je n’ai pas réussi de photos, ils bougeaient trop, faut dire qu’à cette heure-là, il y avait beaucoup d’insectes.

Rendue aux étangs, je vois les fuligules à collier, cependant trop loin pour l’instant, je m’installe et j’attends qu’ils reviennent plus près.

Pendant ce temps, les hirondelles bicolores commencent déjà à choisir leurs cabanes pour y faire leurs nids.

Voici une hirondelle bicolore qui a réservée sa cabane et la défendait si une autre hirondelle essayait de venir la lui prendre.

Hirondelle bicolore _MG_9594

Les fuligules à collier ont commencés à s’approcher.

J’ai fait la sélection de ces 3 photos soit le couple ensemble.

Fuligule à collier _MG_9558

La femelle qui bat des ailes après son nettoyage matinal.

Fuligule à collier _MG_9673

Le mâle dans ses belles couleurs du printemps et ses beaux reflets selon l’angle du soleil. Il est vraiment magnifique avec le roux dans le cou.

Fuligule à collier_MG_9754

Pendant que je photographie les fuligules à collier, un martin-pêcheur d’Amérique passe d’un étang à l’autre et me titille.

Je décide alors de m’installer à un endroit propice au second étang afin de le prendre en photo.

Il était sur la perche, à regret, il l’a quitté aussitôt, si bien que je n’ai pas de photos sur la perche, mais je l’ai en vol, j’ai eu le temps de faire le focus à ce moment-là.

Martin pêcheur_MG_0277

Il réussit à prendre un poisson et il s’est posé sur le toit d’une cabane d’hirondelle afin de le déguster.

Martin pêcheur _MG_9773

Je suis demeurée un moment dans l’attente de revoir le martin-pêcheur plus près, mais non, je n’ai pas eu cette chance.

Durant cette attente, un beau canard colvert mâle est venu sur cet étang, avec la couleur de l’eau et le reflet, je l’ai donc pris en photo.

Canard colvert_MG_9807

J’ai souvent cette chance car malgré que j’attends un oiseau précis, j’ai des belles surprises de la nature, il faut juste rester attentif et ouvert à ce qui nous entoure.

En me promenant dans le bois autour des étangs, il y a beaucoup d’oiseaux comme des bruants à gorge blanches, bruants fauves, cependant, trop à l’ombre pour les photographier.

Parmi ces oiseaux, il y a une grive solitaire.  Les fruits rouges des arbres sont tombés par terre car les jaseurs d’Amérique en ont échappés beaucoup.

Voici donc la photo d’une grive solitaire avec un de ces fruits rouges pour se régaler.

Grive solitaire_MG_9967

Non loin de cette grive, il y a de petits arbustes et petits conifères, c’est dans un de ceux-ci que j’ai eu la chance de prendre cette photo d’un roitelet à couronne rubis.  Difficile à prendre en photo, ils bougent sans cesse, pire que les différentes parulines.

Dans l’angle qu’il était, je n’ai pu prendre le rouge sur sa tête, à regret.

Roitelet à couronne rubis _MG_9992

Je marche dans les bois, non loin des étangs, jusqu’au moment où je vois un grand pic au pied d’un arbre.  Les gens passent à côté de lui, il reste là.

J’approche donc pour le prendre en photo.

Je ne peux le prendre complètement dégagé, c’est le printemps et il y a plein de repousses au sol.  Cette femelle semble très heureuse de ce qu’elle trouve dans cet arbre pour demeurer là.

Grand pic _MG_0078

Voici un portrait de cette femelle.

Je n’ai pas vu de mâles dans les alentours.

Grand pic _MG_0125

Je laisse donc ce grand pic et pour être certaine de ne pas le déranger, je passe par un autre sentier.

Au pied d’un arbre, un oiseau attire mon regard, c’est bel et bien un grimpereau brun !

Je m’installe et je réussis à le prendre en photo, j’étais dans le bon angle de lumière.

Pas facile de le suivre, je suis très contente de l’avoir réussi aussi clair.

Grimpereau brun_MG_0248

J’ai vu beaucoup d’oiseaux, j’ai réussi à photographier une dizaine d’espèces, sans compter les espèces dont les photos ne sont pas bonnes, mais que j’ai tout de même eu l’occasion d’observer comme une paruline à couronne rousse.

Au niveau des jaseurs d’Amérique, je n’ai pu trouver de bons angles du soleil pour les photographier, ils étaient nombreux.

J’ai vu également un renard attaqué une bernache du Canada, ma photo n’a pas aussi bien sortie que je le pensais lors de la prise de vue.  La bernache a su très bien se défendre, le renard est parti dans son coin assez vite.

Le soir, j’ai pu voir les renardeaux, mais je n’avais pas l’objectif pour les prendre en photo, sans compter que l’angle du soleil n’était pas correct. Beaucoup trop d’ombres.

Je termine cette merveilleuse journée avec 78 espèces dont 6 lifers et le coeur rempli de joie.

C’est une superbe journée, pas trop froide, donc, je me dirige à l’Ile St-Bernard car il y a des sentiers que je n’emprunte pas comme la grande ou petite digue quand il fait un froid intense, c’est alors trop venteux et impossible de réaliser des photos.

Ma première photo est pour le cardinal rouge !!  Ils sont nombreux l’hiver à la première mangeoire.

Cardinal rouge _L2A3512

En se rendant à la seconde mangeoire, j’entends le Grand pic, sans être capable de le voir.

En me dirigeant vers la grande digue, je le repère dans où le bois finit avant la digue, du bon côté pour la luminosité.

Je prends donc deux photos, dont celle-ci avec la pose habituelle

Grand pic_L2A3570

Celle-ci, qui avec sa langue, essaie de sentir où se cachent des insectes et l’endroit où aller faire son trou pour les manger.

Grand pic _L2A3561

Revenant à la seconde mangeoire, je photographie des bruants hudsoniens.  Ils sont photogéniques et ils semblent aimer se faire photographier.

Photo prise alors qu’il a gonflé sa huppe.

Bruant hudsonien _L2A3611

Photo de face nous montrant son point central noir et son bec de deux couleurs sur cette belle branche.

Bruant hudsonien _L2A3830

Je me dirige à l’endroit où je peux attendre la mésange bicolore, c’est le nouvel endroit qu’elle aime aller car elle ne vient plus aussi souvent aux mangeoires qu’autrefois.

J’ai le plaisir, pendant l’attente, de photographier une sittelle à poitrine blanche.  Faut être rapide dans certains cas, mais quand elle décide de coopérer, j’en profite.

Voici une des photos sur le bout d’un tronc d’arbre

Sittelle à poitrine blanche _L2A3689

Celle-ci avec le décor de la forêt en ce temps-ci de l’année

Sittelle à poitrine blanche _L2A3651

Il y a bien entendu des écureuils gris.  Impossible de ne pas les photographier lorsqu’ils font une si belle pose.

Ecureuil gris _L2A3670

Bien entendu, la mésange à tête noire n’est jamais loin.  Comme un ami m’a déjà dit, c’est l’oiseau qu’on rencontre le plus souvent lors de nos promenades, autant l’hiver que l’été.

Faut être rapide pour la photographier, elle ne reste pas longtemps en place.

Mésange à tête noire _L2A3753

Enfin, voici la mésange bicolore qui vient rapidement, le temps de réaliser deux photos.

Celle-ci sur le même tronc d’arbre que la mésange à tête noire

Mésange bicolore_L2A3740

Celle-ci, repoussant une sittelle à poitrine blanche avec son cri

Mésange bicolore _L2A3778

Il commence à se faire tard, je retourne à la seconde mangeoire.  J’ai l’opportunité de photographier un pic chevelu.

Pic chevelu _L2A3915

Je vais au début de la grande digue car certaines personnes ont eu la chance de photographier une pie-grièche grise.  Mais non, elle n’est pas là.  En revanche, dans un nichoir pour les canards branchus, je vois un petit-duc maculé de forme grise.

J’ai pris une photo car c’est la première fois que je le vois dans un nichoir, habituellement je les trouve dans un trou d’un arbre, bien camouflé.

Petit-duc Maculé _L2A3836

Ça devient de plus en plus frisquet, l’humidité commence à se faire sentir.

Je termine donc cette belle journée avec 33 espèces dont 3 lifers.