Tag Archive: Parc nature de l’Ile de la Visitation


Encore une journée nuageuse, bien qu’on nous annonce du soleil.  Je décide de retourner à l’Ile de la Visitation plus tôt que la veille puisqu’on m’a dit que j’avais manqué par 5 minutes le chardonneret élégant.

En arrivant, à la seconde mangeoire, je ne vois pas le chardonneret élégant.

Il y a quand même beaucoup d’activités aux mangeoires.  Roselins familiers, sittelle à poitrine blanche, cardinal, junco ardoisé et bien sur pic mineur et pic chevelu.

Devant moi, j’ai un beau pic chevelu dans une pose que j’ai rarement pu le photographier.  Au lieu de sa pose habituelle sur un tronc, il est sur une branche en nous montrant bien ses sous-caudales.

Puis vint le tour de la sittelle à poitrine blanche.

Alors qu’elle descend le long d’un tronc d’arbre.

Où l’on distingue très bien les détails du dos et son plumage au niveau des ailes, c’est un très beau mâle car sa couronne et nuque sont d’un beau noir luisant.

Il y a toujours plusieurs cardinaux rouges.  J’ai pu les prendre en photo, le mâle et la femelle.

La femelle avait un peu de soleil sur elle.  Eh oui, on a eu quelques rayons de soleil !

Le mâle, il a l’air de se demander s’il va manger sur le sol, ou s’il ira finalement dans la mangeoire.

Environ 45 minutes plus tard, voici enfin la vedette !!!

Le chardonneret élégant est venu se poser sur une branche, le temps de quelques poses, dans la mangeoire pour prendre quelques graines et il est parti rapidement.

C’est une rareté pour nous au Québec car c’est un oiseau qu’on ne voit pas souvent.  Il y a eu quelques mentions par-ci, par-là, d’où mon bonheur de l’avoir enfin vu et photographié ! 🙂

Le soleil était parti et c’était encore un temps nuageux, je suis quand même très heureuse d’avoir pu le photographier, dégagé sur cette branche et d’avoir enfin pu l’observer.  Depuis longtemps, j’espérais cette rencontre, il m’a fallu 3 visites à l’Ile de la Visitation pour enfin le voir !! 🙂  C’est un lifer pour moi !

J’ai resté un peu, espérant qu’il reviendrait, mais je ne l’ai pas revu.

Comme le temps ne s’améliore vraiment pas, plus frisquet que la veille côté humidité, je décide de partir.

J’ai donc photographié 30 espèces dont 2 lifers depuis le début de l’année.

Publicités

Il ne fait pas froid aujourd’hui, c’est ciel variable, je décide d’aller me reprendre plus tôt cette fois-ci pour voir le chardonneret élégant que j’avais manqué la dernière fois.

Alors que je me prépare, dans le stationnement, je vois un bel écureuil gris, impossible de résister, je le prends en photo.

ecureuil-gris-_mg_3914

A la première mangeoire, il n’y est pas.  Comme on le voit régulièrement plus à la mangeoire près de la croix, je m’y dirige.

Les gens sur place m’ont dit que je venais de le manquer par 5 minutes.  Je m’installe dans l’espoir qu’il reviendra sous peu.

En attendant, j’ai d’autres beaux oiseaux qui veulent se faire photographier.  J’ai un beau pic mineur sur une branche qui pose pour moi, sans bouger. Finalement le ciel variable a plutôt été remplacé par une journée nuageuse.

pic-mineur-_mg_3935

Bien entendu, le cardinal rouge se trouve dans les environs également. J’attends qu’il se place à un endroit afin de réussir à le photographier dégagé.

J’ai donc réussi ce mâle alors qu’il est venu sur cette branche et m’a permis de le photographier puisqu’il est resté assez longtemps.

cardinal-rouge-_mg_3960

Il s’est retourné dans l’autre sens, me permettant cette pose différente avec son air fier.

cardinal-rouge-_mg_3958

La femelle, qui est aussi belle quand à moi, avec ses belles couleurs, moins vives bien sur que le mâle, mais j’aime beaucoup la différence de couleur entre le corps, la tête et les ailes.

cardinal-rouge-_mg_4005

Puis vint un chardonneret jaune, je l’ai alors pris en photo car je n’ai pas eu d’opportunité cette année de le photographier car il était moins présent que les derniers hivers.

chardonneret-jaune-_mg_3996

Puis mon regard fut attiré par les juncos ardoisés, dont un en particulier car je trouvais les couleurs de son plumage différent de ceux que je suis habituée de voir.

Je pense qu’il était en train de changer de plumage pour obtenir ceux d’adulte, mais c’est mon avis personnel. J’ai également constaté dans un de mes livres, qu’il y avait d’autres races, mais je ne suis pas assez certaine pour l’identifier à une autre race.

junco-ardoise-_mg_4034

Le plumage de celui-ci était également très intéressant.

junco-ardoise-_mg_4087

Ce dernier alors qu’il est sur une branche, très près de moi, donc avec une belle proximité.  Eh oui, il neige un peu !!

junco-ardoise-_mg_4016

Il y a aussi la présence des pics chevelus.  Je les prends également en photo.

Sur une belle branche, alors qu’il neige toujours, un beau mâle.

pic-chevelu-_mg_4044

Sur ce tronc d’arbre, plus près de moi.

pic-chevelu-_mg_4054

La sittelle à poitrine blanche est aussi très présente, mais, jusqu’à maintenant, elle ne m’avait pas donné la possibilité de la photographier.  Elle bougeait sans cesse et avec le peu de luminosité, c’était pas facile de bien la capter.

La voici enfin dans une pose habituelle où elle m’a enfin donné ma chance ! J’aime beaucoup le détail de ses plumes et ses ailes avec deux tonalités.

sittelle-a-poitrine-blanche-_mg_4094

Pour finir, il y avait beaucoup de roselins familiers.  Il n’était pas question de ne pas les prendre en photo.

Voici la femelle sur une petite branche.

roselin-familier-_mg_3999

Le mâle où l’on distingue très bien le croupion rouge.

roselin-familier-_mg_4112

Cette dernière, plus près de moi, il commence à rougir et prendre ses couleurs d’adultes.

roselin-familier-_mg_4141

Quand j’ai pris cette photo, j’aurais tellement aimé que le chardonneret élégant se présente sur cette branche également.

Non seulement, je ne l’ai pas eu sur cette branche, mais je ne l’ai pas vu de toute la journée.

Ce n’est pas faute de ne pas avoir été assez patiente.  Peut-être la température trop clémente, il a réussi à se nourrir ailleurs.  Peut-être était-il plus à la première mangeoire cette fois-ci.  On ne le saura jamais, mais je n’ai pas eu finalement ma chance de le voir enfin.

Ce n’est que partie remise !!

N’ayant plus assez de luminosité, je termine donc ma journée avec quand même de belles photos et vu beaucoup d’oiseaux malgré tout.

J’ai donc 29 espèces dont 1 lifer en ce début de février.

Contrairement à hier, il fait un très beau soleil à l’extérieur, légèrement moins froid, mais quand même très froid à comparer de ce que nous connaissions comme température cet hiver.

Un chardonneret élégant est vu au Parc nature de l’Ile de la Visitation à Montréal.  Ça fait longtemps que je veux voir cet espèce,  donc, tôt le matin, je m’installe à l’endroit qu’il a été mentionné.

Les premiers à se faire voir, c’est les roselins familiers.  Avec le beau ciel bleu, ils sont sur le bout des branches de conifères, j’en profite pour réaliser quelques photos.

Celui-ci a la poitrine si rouge que j’avais même pensé à un roselin pourpré, mais sa tête est trop brune et il a une rayure brune à la base de la queue, c’est donc un familier. J’ai demandé confirmation à des personnes plus expertes que moi.

roselin-familier-_mg_1629

Voici la femelle qui n’a pas de rouge sur sa tête et poitrine, mais elle est vraiment mignonne.

roselin-familier-_mg_1713

J’ai été à une seconde mangeoire, à mes risques et périls, car avec le verglas, le pont est une vraie patinoire.

Je n’ai pas eu la chance de voir le chardonneret élégant, j’ai donc pris encore une photo du roselin famillier.

roselin-familier-_mg_2580

De retour à la première mangeoire, j’ai la chance de faire une photo d’un couple du roselin familier.

roselin-familier-_mg_2596

Ce sera donc partie remise pour le chardonneret élégant !!!

Comme il fait très beau, je retourne au barrage du moulin à Laval pour faire des photos du grèbe jougris, entre autre, avec la luminosité du soleil.

J’arrive juste à temps car le soleil est dans le bon angle !!! Cette fois-ci, pas de brouillard sur l’eau, mais étrangement, à cause du froid, la glace qui retient le grèbe jougris à cet endroit, a fondue durant la nuit lui laissant encore plus d’espace pour pêcher.

Voici donc le grèbe jougris sous le soleil.

grebe-jougris-_mg_2083

Sur cette photo, il a le bec ouvert car il n’aime pas la proximité du garrot à oeil d’or ou du couple de petit fuligule.  Donc, sans émettre de son, il essaie de les tasser de son chemin.

grebe-jougris-_mg_2094

Après sa période d’entretien de ses plumes, c’est l’étirement où on distingue une de ses pattes.

grebe-jougris-_mg_2139

Cette dernière alors qu’il retourne vers le courant pour aller pêcher à nouveau, les plumes un peu gonflées.

grebe-jougris-_mg_1874

Bien entendu, entre les périodes où le grèbe jougris n’était pas là, j’ai pris des photos du garrot à oeil d’or et du petit fuligule.

Voici en premier les photos du Garrot à oeil d’or.

Avec son allure fière, malgré le soleil, les reflets sur sa tête ne ressortent pas beaucoup, j’imagine que c’est à cause de la distance.

garrot-a-oeil-dor-_mg_2471

En train de battre des ailes.

garrot-a-oeil-dor-_mg_1762

Alors qu’il fait sa parade nuptiale, malgré qu’aucune femelle n’est présente. Photo prise à la fin de la journée, d’où l’ombre sur sa tête et son corps.

garrot-a-oeil-dor-_mg_1911

Voici le tour des Petits fuligules.

Le mâle dans le courant en train d’essayer de trouver sa nourriture.

petit-fuligule-_mg_2199

Alors qu’il se repose près de ce qu’il reste de glace.

petit-fuligule-_mg_2269

Une photo de la femelle, elle laisse son bec dans l’eau pour essayer de trouver sa nourriture au lieu de toujours plonger.

petit-fuligule-_mg_2313

Le soleil est de plus en plus bas, il est temps pour moi de les quitter. Si la glace continue de fondre, j’ai peu d’espoir de les revoir à cet endroit car déjà, aujourd’hui, la présence du grèbe jougris se faisait plus rare qu’hier.

Il est temps pour moi d’aller me réchauffer également.

Je suis heureuse d’avoir pu l’observer encore, ça faisait si longtemps que j’espérais cette rencontre !!!

Je termine donc cette magnifique journée avec 19 espèces dont 1 lifer.