Tag Archive: Osprey


J’ai appris la présence d’un nid de Pygargue à tête blanche dans la région de Godmanchester, sans compter un nid de balbuzard pêcheur sur un silo.  Il ne fait pas très beau, le soleil ne fait pas partie de la journée, mais je garde espoir car il devrait arriver.

Je me rends sur le rang en question pour repérer le pygargue à tête blanche.

Présentement, je ne vois pas son nid, par contre, je vois le pygargue sur une belle branche, bien dégagé, malgré qu’il est loin.

Sur l’arbre à côté, c’est là que se trouve le nid.  J’ai fait une photo juste comme souvenir de cette merveilleuse observation.

En faisant d’autres rangs, j’aperçois le nid du Balbuzard pêcheur sur un silo.  Malgré le ciel nuageux, je les prends en photo, ils sont trop beaux.

Le couple sur le nid.

Alors qu’un des deux décide de s’envoler avec quelque chose dans ses serres.

Alors qu’un des deux arrive avec de quoi faire le nid, du moins, je pense.

Cette dernière où il attend son conjoint ou conjointe.

Sur un autre rang, j’ai vu un autre nid de Balbuzard pêcheur, encore sur un silo, par contre, impossible de faire une photo, le silo est plus loin et surtout, contre-jour.

En continuant de faire des rangs à la recherche d’oiseaux, je vois mon premier bruant familier cette année.  Dommage pour le ciel, mais l’oiseau est superbe, c’est un bruant que j’aime beaucoup avec sa calotte rousse.

Je reviens vers le premier rang, au cas où le pygargue à tête blanche serait plus près ou en vol, malgré ce ciel blanc.

Mais non, ils sont encore très loin.

En remontant le rang lentement, je vois un beau bruant à gorge blanche !  Les couleurs sont si vives au printemps, je prends le temps de l’observer et attendre ma chance de le photographier.

Alors qu’il a trouvé une graine à manger dans l’herbe se trouvant devant lui.

D’une allure si fière avec ses belles couleurs qui le distingue très bien.

Dans le champ, un peu plus haut, il y a un pluvier kildir.  J’ai eu plusieurs occasions de le photographier cette année, mais l’environnement est différent, je le prends donc en photo.

Il y a des oiseaux que je photographie ainsi, d’année en année, à chaque fois que je le rencontre.

 

Avec ses plumes ébouriffées, j’adore le prendre ainsi.

Où l’on distingue très bien ce qui caractérise le pluvier kildir, soit les deux colliers

Comme il était seul, je n’ai pas pu le photographier avec le croupion orange, il ne l’a pas montré du tout.

Le soleil est sorti alors que je mangeais pour se cacher aussitôt.  A mon départ, il commençait à faire son apparition.

J’ai déjà connu de meilleurs printemps que celui-ci.

Je termine ainsi cette journée avec 57 espèces dont 3 lifers.

Publicités

J’ai fini tard ce soir de travailler, mais bon, il fait beau, je me rends au Parc de la Frayère même si j’ai peu de temps au niveau de la luminosité.

Je vais toujours au quai flottant afin de voir s’il y a un oiseau non loin.

Ce soir, il y a une belle hirondelle bicolore sur une belle perche.  Cependant, je ne sais pas ce qu’elle a, un peu plus haut du bec, près des yeux, il y a l’éclosion de petites verrues.  J’espère que ce n’est rien de grave.

Voici cette photo avec le bec grand ouvert.

hirondelle-bicolore-_mg_1899

En me rendant vers l’endroit où je peux bien photographier le Balbuzard pêcheur, je vois une Paruline à croupion jaune.  C’est ma première cette année que je vois.

paruline-a-croupion-jaune-_mg_1909

En m’installant où vient le Balbuzard pêcheur, je vois de l’autre côté du marais, le bihoreau gris.  Une petite photo malgré qu’il est très loin.

Comme il a un poisson dans le bec, je me suis tout de même essayé malgré la distance.

bihoreau-gris-_mg_1941

Ce fût le tour du Balbuzard pêcheur !!

Voici les deux photos que j’ai sélectionné, sur l’eau, il y a un petit brouillard, si bien qu’aucune photo n’est bonne en train de pêcher, alors que dans le ciel, il est superbe !

balbuzard-pecheur-_mg_1992

Cette dernière alors qu’il essaie de repérer un poisson, avec ses ailes par en bas, vraiment très bel oiseau !

La complexité de le photographier est le noir de ses ailes, mais le blanc de sa tête !!

Faut réussir à trouver la bonne balance des blancs pour ne rien brûler, ni trop sous-exposée la photo.

balbuzard-pecheur-_mg_2024

C’est malheureusement déjà fini pour ce soir !

Je termine donc cette belle soirée malgré tout avec 93 espèces dont 7 lifers depuis le début de 2016.

Parc de la Frayère – 11 mai 2016

Il fait encore très beau, donc, après le travail, je vais au Parc de la Frayère dans l’espoir de revoir le Balbuzard pêcheur et possiblement d’autres oiseaux.

En arrivant, je vais au quai flottant.  Pas de bihoreaux gris ce soir, sur la motte, c’est une tortue peinte qui s’y trouve.

C’est ma première photo de cette soirée.

tortue-peinte-_mg_1416

Je me dirige vers l’endroit où on peut photographier le balbuzard correctement, avec le soleil dans le dos.

En attendant, c’est des gallinules d’Amérique qui sont pas trop loin somme toute.

Donc, je les prends en photo.

En solo.

gallinule-damerique_mg_1439

Avec possiblement sa future conjointe, on remarque que ses plumes à l’arrière sont en évidence.

gallinule-damerique-_mg_1458

Puis arrive le Balbuzard pêcheur, bien entendu, je le prends en photo sous différents angles.

Alors qu’il survole le marais afin de repérer un poisson.

balbuzard-pecheur-_mg_1558

Alors qu’il s’envole après avoir pris un poisson dans ses serres.

balbuzard-pecheur-_mg_1622

En attendant qu’il revienne, plusieurs sternes pierregarins me survolent et vont sur une plateforme dans le marais.

La voici avec les ailes bien ouvertes alors qu’elle se pose sur cette plateforme.

sterne-pierregarin-_mg_1641

De nouveau avec l’échange du poisson pour convaincre cette femelle qu’il pourra s’occuper des futurs bébés et d’elle au niveau de la nourriture.

sterne-pierregarin_mg_1644

Le balbuzard pêcheur revient !!!

Il recommence à survoler le marais pour trouver sa future proie.

balbuzard-pecheur-_mg_1750

Alors qu’il change de cap pour survoler à nouveau le marais.

balbuzard-pecheur-_mg_1794

Alors qu’il réussit à sortir de l’eau avec un poisson dans une de ses serres.

balbuzard-pecheur-_mg_1805

Ce fut la seule photo que j’ai pu prendre car à chaque fois qu’il a pêché un poisson ce soir-là, il partait du côté inverse, si bien, qu’on ne le voyait vraiment pas très bien.

La luminosité a baissé, si bien qu’il me faut augmenter trop mon iso pour réussir à bien le photographier en vol ou à la pêche.

Alors que je quitte, il y a une Oriole de Baltimore qui attire mon regard.  Je réussis à le prendre une fois en photo.

oriole-de-baltimore-_mg_1837

C’est après cette photo que je décide de vraiment partir, inutile, je n’ai pas assez de luminosité pour continuer.

Je termine donc cette soirée avec 92 espèces dont 7 lifers.

Il fait super beau, donc, après le travail, je vais au Parc de la Frayère, à Boucherville, endroit riche en oiseaux et pas très loin de chez-moi.

Alors que les journées allongent, j’ai encore de la luminosité après le travail me permettant ainsi de faire de la photographie d’oiseaux.

Les parulines commencent à arriver lors de la période de migration.

Je réussis donc à photographier la paruline jaune, un beau mâle, sur une branche d’un arbre fruitier.

paruline-jaune_mg_0993

Sur cette même branche encore où l’on distingue son petit bec.

paruline-jaune-_mg_0988

Les merles d’Amérique sont très présents dans ce parc.  Voici la photo alors qu’il est un peu caché parmi les branches d’un arbre très fourni en feuilles, ses plumes toutes gonflées.

merle-damerique-_mg_1007

Alors que je suis sur le quai flottant, je vois un carouge à épaulettes sur la branche d’une quenouille.

Je le prends donc en photo car il est très beau dans ce décor.

carouge-a-epaulettes-_mg_1121

Puis arrive un bihoreau gris sur la motte de terre très près du quai flottant.  Je suis très heureuse de les revoir !! 🙂

J’ai connu ce parc justement par la présence très marquée des bihoreaux gris.

Voici une des photos du bihoreau gris, en mode de pêche.

bihoreau-gris-_mg_1232

Comme il n’a pas réussi à prendre un poisson, il s’est envolé vers le foin où il peut se promener plus facilement.

Il a le cou très étiré sur cette photo.  Il ne peut donc pas être plus grand que présentement.  C’est d’ailleurs la première fois que je le vois ainsi !!

Je ne me doutais pas qu’il avait un si long cou finalement.

bihoreau-gris-_mg_1167

Sur cette dernière, alors qu’il revient en mode pêche.

bihoreau-gris_mg_1149

Je me dirige à un endroit où je peux à l’occasion, observer et photographier des parulines.

Finalement, c’est un viréo mélodieux qui s’y trouve.

Il me laisse un peu de temps pour le photographier.

Le voici, complètement dégagé, sur le haut d’une branche.

vireo-melodieux_mg_1378

Sur une autre branche alors qu’il se trouve plus à hauteur de mes yeux.

vireo-melodieux-_mg_1355

Alors que j’espère réussir à le photographier de dos ou de côté, dans le ciel, je vois un balbuzard pêcheur qui se dirige sur le marais.

Je quitte alors mon endroit pour aller réussir quelques photos du balbuzard pêcheur, l’oiseau de proie qui est le plus facile à photographier à cette période-ci dans ce parc.

Alors qu’il fait du surplace pour prendre le temps de repérer le poisson qu’il veut prendre.

balbuzard-pecheur-_mg_1389

Alors qu’il continue à s’approcher de l’eau, les ailes repliées, son regard continuant de bien fixer où il prendra son poisson.

balbuzard-pecheur-_mg_1391

Après avoir attrapé son poisson et qu’il réussit à sortir de l’eau avec sa proie dans ses serres.

balbuzard-pecheur-_mg_1399

C’est vraiment impressionnant de le voir pêcher ainsi.  Repérant sa proie en faisant du surplace, plongeant à toute allure en rentrant dans l’eau, battant fortement des ailes pour enlever l’eau sur ses ailes et en ressortir avec le poisson dans ses serres. Ce qui lui permet par la suite de prendre de l’altitude et aller porter son poisson dans son nid.

C’est un moment magique de pouvoir observer un tel comportement d’un oiseau.

J’espère toujours qu’il ne prendra pas une proie trop lourde pour l’empêcher de remonter et s’envoler avec.

La lumière diminue rapidement, quelle belle soirée !!!

Je termine donc ces quelques heures de photographie, après le travail, avec 89 espèces dont 7 lifers.

 

Dundee – 16 avril 2016

Il fait très beau, je décide de retourner à Dundee tôt ce matin afin d’avoir ma chance de voir et photographier les grues du Canada sans le flou de condensation de l’après-midi.

Je commence le sentier de la digue aux aigrettes.

Je vois déjà une bernache du Canada en train de couver semble-t-il car elle ne quitte pas son nid.

Bernache du Canada _MG_7695

J’arrive à une cache où juste en face, une grue du Canada est en train de couver ses deux oeufs.

Non seulement, j’ai mes photos de la grue du Canada, ici, au Québec, c’est également un lifer pour moi puisque la dernière fois, je l’avais vue mais sans pouvoir la photographier.

La voici au nid en train de couver ses oeufs.

Grue du Canada_MG_8074

Lors de l’échange de garde car les deux parents couvent les oeufs à tour de rôle.

Grue du Canada_MG_8136

J’ai réussi à prendre en photo lorsque la grue du Canada chante.

Grue du Canada _MG_7796

Une photo de la grue en train de revenir tranquillement vers le nid.

Grue du Canada_MG_8211

Au retour d’un des parents pour prendre la relève.

Grue du Canada_MG_8205

Et cette dernière alors qu’un parent tourne les oeufs et s’assure d’avoir assez de foin pour les garder au chaud et hors de l’eau.

Grue du Canada _MG_7998

J’ai pris ces photos des grues du Canada à différentes heures de la journée, cependant, je tiens à laisser les photos ensemble pour cet article.

Je me suis rendue à l’observatoire où j’ai entendu des râles de Virginie, sans les voir cependant.

J’ai également pu photographier un pic maculé dans ses couleurs printanières soit un rouge ardent au niveau de la tête et de la gorge.

Pic maculé_MG_7874

Un peu après l’observatoire, j’ai vu trois balbuzards pêcheurs me survoler avec un restant de poisson dans les serres.

Balbuzard pêcheur_MG_7915

Je n’ai pas fait le tour au complet, l’autre partie du sentier est à contre-jour à l’heure qu’il est.  De plus, on commence à voir un flou de condensation pour les oiseaux se trouvant trop loin.

Je reviens sur mes pas d’où j’ai réalisé les photos de la grue du Canada.

Pas tellement loin du nid, dans la petite rivière, je vois passer un grèbe à bec bigarré.

Voici la photo près des herbes, ce qui donne une couleur chaude à l’eau

Grebe a bec bigarre _MG_8091

Celle-ci alors que le grèbe rentrait dans l’eau comme un sous-marin. Il rentre en premier la partie de la gorge et se laisse ainsi caler dans l’eau.

Grebe a bec bigarre _MG_8094

Cette dernière alors qu’il est vraiment très près de moi où l’on distingue un peu son reflet.

Grèbe à bec bigarré_MG_8097

Ce fût encore une magnifique journée !! 🙂

Je la termine avec 65 espèces dont 5 lifers.