Tag Archive: Laval


Contrairement à hier, il fait un très beau soleil à l’extérieur, légèrement moins froid, mais quand même très froid à comparer de ce que nous connaissions comme température cet hiver.

Un chardonneret élégant est vu au Parc nature de l’Ile de la Visitation à Montréal.  Ça fait longtemps que je veux voir cet espèce,  donc, tôt le matin, je m’installe à l’endroit qu’il a été mentionné.

Les premiers à se faire voir, c’est les roselins familiers.  Avec le beau ciel bleu, ils sont sur le bout des branches de conifères, j’en profite pour réaliser quelques photos.

Celui-ci a la poitrine si rouge que j’avais même pensé à un roselin pourpré, mais sa tête est trop brune et il a une rayure brune à la base de la queue, c’est donc un familier. J’ai demandé confirmation à des personnes plus expertes que moi.

roselin-familier-_mg_1629

Voici la femelle qui n’a pas de rouge sur sa tête et poitrine, mais elle est vraiment mignonne.

roselin-familier-_mg_1713

J’ai été à une seconde mangeoire, à mes risques et périls, car avec le verglas, le pont est une vraie patinoire.

Je n’ai pas eu la chance de voir le chardonneret élégant, j’ai donc pris encore une photo du roselin famillier.

roselin-familier-_mg_2580

De retour à la première mangeoire, j’ai la chance de faire une photo d’un couple du roselin familier.

roselin-familier-_mg_2596

Ce sera donc partie remise pour le chardonneret élégant !!!

Comme il fait très beau, je retourne au barrage du moulin à Laval pour faire des photos du grèbe jougris, entre autre, avec la luminosité du soleil.

J’arrive juste à temps car le soleil est dans le bon angle !!! Cette fois-ci, pas de brouillard sur l’eau, mais étrangement, à cause du froid, la glace qui retient le grèbe jougris à cet endroit, a fondue durant la nuit lui laissant encore plus d’espace pour pêcher.

Voici donc le grèbe jougris sous le soleil.

grebe-jougris-_mg_2083

Sur cette photo, il a le bec ouvert car il n’aime pas la proximité du garrot à oeil d’or ou du couple de petit fuligule.  Donc, sans émettre de son, il essaie de les tasser de son chemin.

grebe-jougris-_mg_2094

Après sa période d’entretien de ses plumes, c’est l’étirement où on distingue une de ses pattes.

grebe-jougris-_mg_2139

Cette dernière alors qu’il retourne vers le courant pour aller pêcher à nouveau, les plumes un peu gonflées.

grebe-jougris-_mg_1874

Bien entendu, entre les périodes où le grèbe jougris n’était pas là, j’ai pris des photos du garrot à oeil d’or et du petit fuligule.

Voici en premier les photos du Garrot à oeil d’or.

Avec son allure fière, malgré le soleil, les reflets sur sa tête ne ressortent pas beaucoup, j’imagine que c’est à cause de la distance.

garrot-a-oeil-dor-_mg_2471

En train de battre des ailes.

garrot-a-oeil-dor-_mg_1762

Alors qu’il fait sa parade nuptiale, malgré qu’aucune femelle n’est présente. Photo prise à la fin de la journée, d’où l’ombre sur sa tête et son corps.

garrot-a-oeil-dor-_mg_1911

Voici le tour des Petits fuligules.

Le mâle dans le courant en train d’essayer de trouver sa nourriture.

petit-fuligule-_mg_2199

Alors qu’il se repose près de ce qu’il reste de glace.

petit-fuligule-_mg_2269

Une photo de la femelle, elle laisse son bec dans l’eau pour essayer de trouver sa nourriture au lieu de toujours plonger.

petit-fuligule-_mg_2313

Le soleil est de plus en plus bas, il est temps pour moi de les quitter. Si la glace continue de fondre, j’ai peu d’espoir de les revoir à cet endroit car déjà, aujourd’hui, la présence du grèbe jougris se faisait plus rare qu’hier.

Il est temps pour moi d’aller me réchauffer également.

Je suis heureuse d’avoir pu l’observer encore, ça faisait si longtemps que j’espérais cette rencontre !!!

Je termine donc cette magnifique journée avec 19 espèces dont 1 lifer.

Publicités

Laval – 14 janvier 2017

C’est nuageux présentement, mais on nous annonce une journée ensoleillée.  Je sais qu’un grèbe jougris a été vu au barrage du moulin à Laval la veille et c’est pourquoi, j’ai le goût d’y aller.  Il fait cependant très froid !

Je m’habille donc en conséquence et je me rends à l’endroit où a été vu ce grèbe jougris qui est un Lifer pour moi car ça fait 3 ans que je le met sur ma liste des oiseaux que je veux voir sans jamais avoir eu cette chance auparavant.

En arrivant, non seulement, il fait très froid, mais en plus, il y a un tel brouillard sur l’eau, qu’il n’est pas possible de faire une belle photo, elles sont toutes floues.

Pendant que j’attends que le soleil se montre et dissipe ce brouillard, j’ai un grand pic qui vient s’installer sur l’arbre à côté de moi. Quel bonheur !

Comme il est trop près, voici le portrait que j’ai pu réaliser de cette femelle.

grand-pic-_mg_0662

Le soleil reste caché sous les nombreux nuages, mais heureusement, le brouillard s’est malgré tout dissipé, j’en profite alors pour réaliser quelques photos du grèbe jougris malgré qu’il n’y a pas de soleil.

Voici enfin mon grèbe jougris tant attendu.

grebe-jougris-_mg_1014

Alors qu’il a réussi à pêcher un poisson en face de moi.

grebe-jougris-_mg_0924

Sur cette photo, il a placé le poisson prêt à l’avaler.

grebe-jougris-_mg_0933

Il y a également un Garrot à oeil d’or.

Sans le soleil, on ne voit pas aussi bien son reflet vert au niveau de sa tête. J’ai malgré tout réussi un peu sur cette photo.

garrot-a-oeil-dor-_mg_1350

Il y a une partie glacée sur cette rivière où dorment les petits fuligules actuellement.  Le garrot à oeil d’or s’est approché de cette partie sans y monter.

garrot-a-oeil-dor-_mg_1177

Vers l’heure du diner, toujours pas de présence du soleil, cependant, le couple de petit fuligule commence à se réveiller pour aller manger.  J’ai remarqué que les petits fuligules laissaient le bec dans l’eau, en nageant, dans l’espoir de trouver de quoi manger, sinon, ils rentrent dans l’eau en s’aidant de leurs pattes pour remonter quelques minutes plus tard.

Voici la photo du mâle, encore là, j’ai un peu de reflet vert au niveau de sa tête.

petit-fuligule-_mg_1300

Le voici dans un autre angle alors qu’il se dirige vers le courant.

petit-fuligule-_mg_1249

Voici la femelle, elle vient tout juste de sortir son bec sans rien ou elle a mangé très rapidement.

petit-fuligule-_mg_1295

Elle est vraiment très jolie, malgré ce manque de lumière et surtout du soleil.

petit-fuligule-_mg_1344

Par la suite, je me dirige non loin, vers le cimetière de Laval.  Une chouette lapone y a été vue récemment, j’espère avoir cette chance moi aussi, bien que d’avoir enfin mon grèbe jougris, ma journée est faite !!!

A la mangeoire 4, un homme vient de donner des graines concassées de blé d’inde. Ce qui attire tous les bruants, d’autres oiseaux et écureuil roux.

C’est un bruant à gorge blanche qui vient le premier pour se nourrir.  La majorité des graines ont entrées dans la neige, cependant, les bruants sont capable de les trouver.

Voici une photo du bruant à gorge blanche, il est près du boisé, prêt à y retourner au moindre bruit ou mouvement.

bruant-a-gorge-blanche-_mg_1586

Il a justement une graine à ses pieds, il a voulu repousser un autre bruant qui venait vers lui, d’où son bec ouvert.

bruant-a-gorge-blanche-_mg_1590

Il y a également un bruant chanteur, c’est le deuxième que je vois cet hiver !! Je me demande si nos hivers étant moins froids (sauf cette journée), ils ne commencent pas à rester.

Ses plumes sont gonflées justement pour se garder au chaud.

bruant-chanteur-_mg_1477

Bien entendu, l’écureuil roux a été à l’endroit où la nourriture est resté sur la neige pour se nourrir de blé d’inde aussi.  Il faisait fuir les oiseaux qui voulaient s’en approcher.

ecureuil-roux-_mg_1570

Les bruants hudsoniens étaient très présents.  Ils étaient un peu partout, dans le boisé, sur les mangeoires, en-dessous des mangeoires également.

Il y a une petite butte de neige faite lors du déneigement du stationnement.  J’ai pris un bruant hudsonien sur cette butte.

bruant-hudsonien-_mg_1556

A l’orée du bois

bruant-hudsonien-_mg_1534

Dans les branches des petits arbustes.

bruant-hudsonien-_mg_1520

J’ai vu également quelques juncos ardoisés.

C’est certain que je les ai pris en photo, ils sont vraiment mignons et on les voit que l’hiver dans ma région du moins.

junco-ardoise-_mg_1583

De côté, se dirigeant vers les graines concassées lui aussi.

junco-ardoise-_mg_1584

Enfin, la visite du bruant à couronne blanche !! Le monsieur m’a dit qu’il y en avait 3, mais je n’avais pas encore vu un.

C’est la première fois que je vois un bruant à couronne blanche pendant la saison hivernale !!

Le bruant à couronne blanche que j’ai vu, est venu très rapidement, prendre quelques graines et repartir aussitôt.  Le temps de quelques photos.

Avec une graine dans le bec.

bruant-a-couronne-blanche-_mg_1628

Seconde visite, prêt à prendre une autre graine à ses pattes.

bruant-a-couronne-blanche-_mg_1619

Une tourterelle triste a fait acte de présence durant quelques minutes pour repartir aussitôt.

tourterelle-triste-_mg_1603

Un merle d’Amérique est venu se chercher des fruits qui restaient dans le petit arbuste.  Il n’a également pas demeuré longtemps car il ne restait pas beaucoup de fruits.

merle-damerique-_mg_1624

Ce qui termina ma journée, j’ai le goût d’aller me réchauffer maintenant, sans soleil, le froid est intense et la journée achève puisque je commence à ne plus avoir assez de luminosité.

Ce fût une merveilleuse journée malgré que la température n’a pas été celle qu’on devait avoir, sauf pour le froid, ils ne se sont pas trompés.

Je termine donc avec 18 espèces dont mon premier lifer de 2017 !!  Et tout un lifer, puisque ça fait 3 ans que j’espérais pouvoir le voir et le photographier !!

Laval – 13 mars 2016

Par une très belle journée, je me suis rendue à Laval où un couple d’Arlequin plongeur a été vu au cours de la semaine.

En 2015, j’avais réussi des photos très proches par la piste cyclable, mais c’était une journée nuageuse, donc, je m’essaie avec une journée ensoleillée.

En arrivant au stationnement, je repère la femelle.  Je m’installe et peu de temps après, je vois le mâle arriver.  Ils se tiennent beaucoup plus loin qu’en 2015 à regret et la luminosité n’est pas à son meilleur présentement.

Le mâle chasse les bernaches et revient plus tard.

Le femelle étant trop loin, je prends la photo du mâle qui s’est quelque peu approché en voulant faire fuir une bernache.

Arlequin plongeur _MG_4418

Malheureusement, lorsque la luminosité fut parfaite, je n’ai pas revu le couple revenir.

C’est la belle période également pour prendre des bernaches en vol, ils arrivent par groupe de plusieurs individus.

Je réalise donc cette photo avec un groupe de 4 bernaches du Canada.

Bernache du Canada _MG_4495

Je prends également la photo d’une des bernaches que l’Arlequin plongeur a fait fuir.

Bernache du Canada _MG_4510

Au loin, il y avait aussi des canards colverts.  J’ai pris la photo d’une femelle qui s’envole.

Canard colvert _MG_4555

Dans mon attente et espoir de voir revenir l’Arlequin plongeur, une surprise arrive dans le bassin d’eau soit une sarcelle à ailes bleues.

J’ai pris deux photos malgré qu’elle n’était pas très près.

Avec les ailes ouvertes mettant en évidence son miroir bleu

Sarcelle à ailes bleues_MG_4536

Alors qu’elle se trouvait près de la fin de la neige et glace de l’autre côté du bassin.

Sarcelle a ailes bleues _MG_4545

Plus l’après-midi avance, moins j’ai d’espoir que le couple revienne puisque le bassin devient de plus en plus occupé par les bernaches et que lors de la dernière chasse, le mâle a appelé sa femelle pour le suivre.

Je décide de revenir, heureuse d’avoir pu observer encore ce si beau canard qu’on voit si rarement dans ma région.

Je termine donc cette belle journée avec 43 espèces dont 3 lifers.

Comme il fait très beau, je décide de faire 3 endroits selon le temps que j’aurai et ce que je trouverai comme espèce.

Je commence au Parc de la Frayère, à Boucherville, j’espérais voir des parulines ou des roitelets.

Du côté du boisé Langevin, c’est un bruant à gorge blanche que j’ai la chance de photographier car il y en a beaucoup qui mangent en retournant les feuilles pour y trouver des insectes.

Bruant à gorge blanche

Bien entendu, les oiseaux qui nous annoncent le printemps sont très présents, soit les carouges à épaulettes.  J’ai un mâle sur un tronc d’arbre qui ne demande qu’à se faire photographier, pourquoi pas !

Carouge à épaulettes IMG_8795

Egalement, le merle d’Amérique.  Il est en train de se faire un nid, c’est le va-et-vient des matériaux qu’il a besoin et qu’il retrouve un peu partout.

Merle d'Amérique IMG_8746

En ce temps-ci de l’année, sa couleur orange sur le ventre est plus prononcée, du moins, c’est ce que je trouve à comparer de l’hiver où je le trouve plus terne.

J’ai pris un portrait de lui, il est tellement beau, malgré qu’il a mis son bec dans la terre !

Merle d'Amérique IMG_8823

Comme c’est tranquille, je suis partie à Laval où l’an passé, j’ai eu plusieurs grèbes esclavons.

Comme les années se suivent, mais ne ressemblent pas du tout, aucun grèbe, encore là, c’est très tranquille.

J’ai au moins la chance de voir plusieurs canards branchu.  Pour une fois que je ne prends pas la première photo de cet espèce à Granby.

Voici le mâle tout seul

Canard branchu IMG_8907

Accompagné de sa femelle

Canard branchu IMG_8897

Il y avait plusieurs couples et j’ai même eu la chance d’en voir un dans un arbre.  Aucune photo possible cependant, trop loin, je n’ai pas voulu déranger le couple au cas s’ils étaient en train de se trouver un nid d’amour.

Il est tard, je me dirige vers le traversier pour me rendre à l’Ile Bizard.  Je me demande au fond de moi, si ça vaut la peine d’y aller, mais bon, il fait encore très beau, pourquoi pas.

Comme à tous les printemps, c’est la bernache du Canada qui s’installe pour que je fasse ma première photo à cet endroit.

Bernache du Canada IMG_8942

Malgré que nous ne sommes qu’au début du printemps, j’avais déjà vu deux hirondelles bicolores à Baie-du-Febvre alors que les étangs étaient encore gelés, voici que j’en vois tout plein à l’ile Bizard, prêtes elles aussi pour faire leur nid.

Je réalise cette photo alors qu’elle est sur un tronc d’arbre qui sort de l’eau.

Hirondelle bicolore IMG_9035

Sur une branche d’arbre, assez haut et pas vraiment près, je vois mon premier héron vert.

Je le prends en photos malgré tout, ça m’aide à savoir les premières photos de chaque espèce le plus tôt que je réalise. Il n’est pas bien placé puisqu’une branche passe en arrière de lui. Cependant, on peut distinguer les belles couleurs de ce si beau héron ainsi que le détail de ses plumes. Quel bel oiseau !

Héron vert IMG_9047

Pour finir cette journée magnifique, je termine avec un butor d’Amérique !!!

Je n’ai guère eu la chance de pouvoir le photographier souvent, il est très difficile à repérer car il se cache si facilement, sans compter qu’il est assez farouche, donc s’envole au moindre bruit qu’il entend, avant même qu’on ne le voit.

Donc, bien entendu, je ne l’ai pas eu à découvert, mais quand même, j’ai réussi à faire sortir les belles couleurs qu’il a au début du printemps.

Butor d'Amérique IMG_8992

C’est le son qu’il fait pour se chercher une compagne qui l’a trahi et m’a orienté vers lui.  On dirait vraiment d’un évier qui refoule. Une fois que l’on a entendu le son qu’il fait, il est impossible de l’oublier !

Il se confond facilement avec son entourage, c’est pas toujours évident de réussir une photo avec une belle netteté.

Voici la seconde que j’ai pu prendre, où l’on voit les belles couleurs de son corps.  C’est un oiseau magnifique que j’aimerais un jour réussir à prendre dans toute sa plendeur, complètement dégagé et ce, au printemps, car durant l’été, il perd un peu de son éclat. Qui sait, l’année prochaine peut-être !!!

Butor d'Amérique IMG_8978

Quelle belle journée !! Ce fut une journée remplie de surprises, ainsi que de beaux oiseaux !

Heureusement que je suis allée à l’Ile Bizard finalement ! Aies-je des regrets ? Aucun !!! lol

Je termine cette merveilleuse journée avec 58 espèces dont 2 lifers.

 

 

 

 

 

 

 

Laval – 3 mai 2014

C’est une journée très nuageuse, avec risque de pluie assez élevé.

Ce qui ne m’empêche aucunement de me rendre à Laval, car dans la semaine, j’ai lu qu’il y avait plusieurs grèbes esclavons qui étaient là. C’est un fall-out, terme utilisé pour dire que pendant la migration, ils se posent à un endroit pour se reposer, reprendre des forces afin de continuer leurs routes.

On ne sait jamais combien de temps ça va durer, donc, je veux essayer d’avoir le meilleur temps pour les photographier ou au moins les voir, car à cette période-ci de l’année, ils sont dans leurs beaux plumages.

Avec l’éclairage du matin, contre-jour en plus, je n’arrive à rien pour faire de belles photos.

Il se met à pleuvoir, je rentre dans l’auto à contre-coeur.

Dans l’après-midi, on connait environ un petit 2 heures, sans gros soleil, mais quand même, sans pluie et nuages moins épais.

Je retourne dans l’espoir de réussir de meilleures photos et également, bien les admirer.

En arrivant, j’ai juste le temps de sortir mon appareil, il y a une grèbe pas trop loin, ce qui me donne l’occasion de faire quelques clichés dont celle-ci. C’est dommage que le ciel ne soit pas bleu, on ressent l’effet sur l’eau.

Grèbe esclavon

 

 

 

Dans l’espoir d’avoir d’autres grèbes, je reste un peu à cet endroit.

Finalement, c’est des pics flamboyants qui attirent mon attention. Le mâle et la femelle travaillent à vider un trou dans un arbre immense afin d’y nicher.

Je fais quelques photos, mais de loin afin de ne pas les faire fuir et d’avoir fait tout ce travail inutilement.

Ils sont si occupés à se relayer, que ma présence a passé inaperçue.

Moi qui voulais avoir des photos de pics flamboyants, je suis servie à souhait !!

Voici le mâle

Pic flamboyant

 

Et voici la femelle

Pic flamboyant

 

C’est des pics flamboyants de la forme dorée.

A regret, je ne vois pas d’autres grèbes et la pluie qui recommence.

Je quitte, heureuse d’avoir pu en photographier un avec un meilleur éclairage.

Quand aux pics flamboyants, j’avais déjà réussi en avril une belle photo, mais là, j’ai le couple.  Il me reste qu’à souhaiter un jour, voir la forme rosée.

Je termine donc ma courte journée de photographie avec 37 espèces dont 6 « lifers ».

C’est une très belles journée, pas trop froide, donc, impossible de demeurer à l’intérieur.

Je décide d’aller voir ce qui se passe au Boisé Ste-Dorothée que je ne connaissais pas et que dernièrement, mon frère m’a donné le trajet pour m’y rendre.

Pendant l’hiver, du moins, il y a 3 endroits où il y a des mangeoires.

La vedette de l’endroit est le bruant hudsonien.  Il fréquente les mangeoires, bien qu’il soit un peu nerveux lorsque les promeneurs s’approchent des mangeoires, mais une fois qu’il nous accepte dans sa bulle, il agit comme si nous n’étions pas là et se nourrit à souhait.

Voici les plus belles photos que j’ai fait de ce bruant ce jour-là.

 

Bruant hudsonien

 

 

Prêt à retourner manger !

 

Bruant hudsonien

 

Et dans la neige… bien que c’était une journée pas trop froide, pas de bottes et marchant dans la neige, on dirait que le bruant n’appréciait pas, il semblait avoir froid à une petite patte

Bruant hudsonien

 

Et bien entendu, où il y a une mangeoire, il y a toujours des mésanges à tête noire.

Mésange à tête noire

 

 

J’ai également vu des sittelles à poitrine blanche, chardonnerets jaunes ainsi que le cardinal rouge, cependant, je n’ai pas réussi de belles photos, il y avait trop de branches où ces oiseaux se tenaient.

J’ai fait le tour de 3 km environ, mais les oiseaux n’étaient pas présents.  C’est un hiver pas comme les autres, les oiseaux se faisant discrets ou complètement absents de certains endroits.

J’ai constaté un arbre près du sentier qui a reçu la visite d’un grand pic, assez récemment, il n’était cependant plus là lors de ma promenade.

Ce qui termine ma journée avec toujours 20 espèces de photographiés dont 3 lifers.