Tag Archive: Jaseur d’Amérique


Il fait un temps superbe !

Je décide d’aller au sentier tolba à Odanak.

Les feuilles ont vraiment poussées d’un coup, c’était difficile de pouvoir photographier des oiseaux. C’était la première fois que j’y allais et il n’y avait pas beaucoup d’ouverture.

La variété des oiseaux était cependant très variées.  J’aurais bien aimé tous les photographier, mais le seul qui a accepté de bien se placer fût un cardinal à poitrine rose.

Sur une branche bien dégagé

Un peu caché par les feuilles, mais il était trop beau !

Voyant le type de sentier, étant également très achalée par les moustiques malgré le chasse-moustique, j’ai rebroussé chemin pour aller à St-Hyacinthe où un bruant des plaines a été vu depuis quelques semaines.

Je me dirige donc au Parc Les Salines à St-Hyacinthe.

En arrivant, j’entends le chant du bruant des plaines mais il ressemble beaucoup au chant du bruant familier, si bien que je n’ai pas prêté attention.

Je faisais le tour du chalet car il avait toujours été vu dans cet environnement.

Un ami de mon frère nous mentionne que c’était le bruant des plaines qu’on entendait et non un bruant familier.

Je le suis donc afin de le voir car pour moi, c’est un lifer, je ne l’ai jamais vu.

Il était là, sur une belle branche, bien dégagé, nous laissant le photographier.  Il était très en voix !

Ensuite, il s’est envolé vers ce petit conifère, tout en continuant de chanter.

Il était tellement beau sur ce type de branche, j’ai pris également cette photo.

Posé sur les branches, il y avait également un jaseur d’Amérique qui est venu le temps de 2-3 photos max.

Voici la photo que j’ai pu prendre de face.

Il s’est ensuite retourné pour nous montrer son dos.

Il s’est envolé pour ne plus se montrer à regret.

Avant de photographier le bruant des plaines et ce jaseur d’Amérique, dans un tout petit bosquet à l’arrière du chalet, j’avais repéré un couple de pic maculé.

Trop proche et trop sombre, je ne pouvais réaliser de bonnes photos.

L’ami de mon frère nous montra où était le nid.

J’ai en donc profité pour photographier ce pic car c’est mon pic préféré.  Le mâle est tellement beau avec sa gorge rouge vif.

 

J’ai également pris une photo de la femelle.  Elle n’a pas la gorge rouge, ce qui la différencie facilement du mâle.

C’est l’heure du retour car la luminosité baisse beaucoup.

Bien que j’avais été déçu d’Odanak, Le Parc Les Salines a fait ma journée et pas à peu près !!!

Ce qui termine ma journée avec 52 espèces et maintenant 7 lifers.

Il fait très beau et pas très froid.  Une excursion au Jardin Botanique de Montréal me tente beaucoup, c’est donc l’endroit où je décide d’aller.

J’arrête au jardin chinois, c’est l’endroit où les mangeoires attirent le plus d’espèces d’oiseaux puisque le chemin est moins passant et beaucoup d’arbres à proximité.

Je vois donc le chardonneret jaune, le roselin familier, tarin des pins ainsi que le cardinal rouge, mais je n’étais pas dans un bon angle pour prendre ces photos, ou encore, ils se sont posés sur la barre rouillée où sont installées les mangeoires.

Cependant, j’ai eu la chance de ma vie, les roselins pourprés (mâle et femelle) sont venus dans l’arbre près de moi !

Ce n’est pas un lifer, mais cependant, mes plus belles photos à vie de cet oiseau !

On commence par la femelle, avec sourcil blanc très prononcé ce qui la distingue facilement du roselin familier.

La voici de dos où je peux voir les beaux détails

Roselin pourpre _MG_5437

De devant sur une belle branche, assez dégagée

Roselin pourpre _MG_5428

Voici le mâle, enfin, j’ai ma photo de ce si bel oiseau !!!

De dos, avec les couleurs pourpres de la tête à la queue

Roselin pourpré_MG_5392

De devant, avec sa poitrine non rayée et couleur pourpre

Roselin pourpre _MG_5417

Je suis très contente d’avoir eu cette chance incroyable de les avoir près, bon angle du soleil et assez dégagés pour la majorité.

J’ai continué ma promenade en suivant les autres sentiers.  Sur mon chemin, j’ai rencontré ce beau renard roux.  Impossible de ne pas prendre une photo.

Renard roux _MG_5501

J’ai repéré un endroit où il y avait plein de Jaseurs d’Amérique dans des Genévriers remplis de baies.  Ils ont de quoi se nourrir.

Jaseur d'Amérique _MG_5630

Je prend quelques photos et d’un seul coup, tout s’est vidé.  Je ne peux pas croire le nombre d’oiseaux qu’il y avait  dans ces arbres. Ils étaient facilement 50 sinon plus.

C’est un oiseau de proie qui a passé et les ont fait fuir aussitôt.  Je ne l’ai pas vu personnellement, mais un monsieur m’a dit avoir vu un Epervier brun.

J’ai attendu leur retour. Ce fût long avant que les oiseaux reprennent confiance et reviennent.  Je n’ai pas eu l’opportunité de continuer à les prendre en photo.  Ils sont demeurés très haut dans les branches des arbres matures.

Je suis donc revenu vers la sortie, à l’endroit où il y a plein d’arbres fruitiers. Un monsieur dont je ne me rappelle plus son nom, m’a dit qu’il venait de les prendre en photos à cet endroit.

Sur mon retour, c’est une corneille d’Amérique qui attire mon attention.

Corneille d'Amérique _MG_5689

Aux arbres fruitiers, je retrouve effectivement les Jaseurs d’Amérique mais également des Jaseurs boréaux.

Voici quelques photos des Jaseurs d’Amérique.

De dos parmi les fruits

Jaseur d'Amérique_MG_6080

De côté, prêt à se choisir un des fruits.

Jaseur d'Amérique_MG_5791

Avec un fruit dans son bec

Jaseur d'Amérique_MG_6066

Le Jaseur boréal est arrivé dans ma région très tard à comparer des années précédentes.

Je ne pensais pas les voir à la fin de mars, ce fût toute une surprise !!

Voici mes plus belles photos de ce beau Jaseur boréal

Jaseur boréal_MG_6024

Il n’a que l’embarras du choix au niveau des fruits à prendre.

Jaseur boréal _MG_6138

Mettant bien en évidence ses sous-caudales brun-roussâtre et sa gorge noire qui le diffère très facilement du Jaseur d’Amérique.

Jaseur boréal _MG_6163

Il n’y a pas que les Jaseurs qui aiment ces fruits, le Merle d’Amérique les aime tout autant.

Merle d'Amérique _MG_5929

Le merle d’Amérique va même sur le gazon à la recherche des fruits qui tombent des arbres.

Merle d'Amérique _MG_5898

Il y a un mélange de Jaseurs et de Merles d’Amérique sur le gazon, mais je n’étais pas dans un angle pour pouvoir les prendre en photo, je suis arrivée trop à la fin de la journée.

Heureusement, pour les photos dans les arbres fruitiers, j’ai vraiment une très belle luminosité douce.

Je suis à la fin de la journée, le soleil commence à vouloir se coucher ce qui fait que je ressens de plus en plus le froid m’envahir.

Ce fût une superbe belle journée !!!

Je termine donc avec 51 espèces dont 3 lifers, par contre, avec le bonheur d’avoir enfin une belle photo du roselin pourpré !

 

 

 

 

Encore une journée très chaude et avec une humidité élevée.  Je décide de retourner au Parc Michel Chartrand tôt le matin et faire comme hier, revenir à l’air climatisé en début d’après-midi.

En arrivant, je m’aperçois que les juvéniles Pluviers Kildirs sont actifs. Ils doivent se rendre compte qu’il fera très chaud encore aujourd’hui et ils en profitent pendant que c’est légèrement plus frais.

Je m’installe et je commence à les photographier.

Voici la mère, jamais loin des petits

Pluvier kildir _MG_8367

Voici la photo d’un des juvéniles.  Ils sont vraiment très chétifs.

Pluvier kildir _MG_8399

Ils se dirigent où est l’ombre, je les comprends !!! Pas de photos de famille !

Je suis le chemin où on m’a dit que le Passerin indigo avait été vu.  Je m’installe et j’attends en observant et écoutant les sons autour de moi.

Furtivement, ce Pioui de l’Est est venu l’espace de 2 photos et il est reparti aussi vite, sans aucun bruit et sans son.

Pioui de l'Est _MG_8480

C’est la première fois que je vois un Pioui de l’Est dans ce parc.  C’est également la première fois que je vois un Pioui sans chanter son nom, si bien, que je me demandais si c’était vraiment un Pioui de l’Est ou un Moucherolle des Saules ou des Aulnes.

Mon frère fût le premier à me confirmer qu’il s’agissait bien d’un Pioui de l’Est ainsi qu’une personne sur le site où j’ai demande l’aide à l’identification.

Par la suite, assez loin, j’entends un troglodyte familier.  Il est très en voix lui !!

Je le repère et je prends une photo, malgré la distance.

Troglodyte familier _MG_8454

Aucun signe du Passerin indigo et il commence à faire de plus en plus chaud.  Je vais faire une dernière tournée près des mangeoires.

Pas tellement loin, je vois un Jaseur d’Amérique, je prends alors cette photo.

Jaseur d'Amérique _MG_8513

Dans les chardons, il y a quelques chardonnerets jaunes, dont celui-ci qui a bien voulu coopérer pour cette jolie photo

Chardonneret jaune _MG_8545

Je m’asseois à une table de pique-nique près de la mangeoire, un peu à l’ombre enfin.

Je vois des Merlebleus de l’Est avec leurs petits.

Je photographie un des parents avec un juvénile sur le fil électrique

Merlebleu de l'Est _MG_8601

A ma surprise, sur la table de pique-nique voisine, le Merlebleu de l’Est est dessus, d’où cette photo

Merlebleu de l'Est _MG_8660

Non loin des mangeoires, il y a un vacher à tête brune qui cherche quelque chose à manger.  Il retourne les feuilles comme les bruants font.

C’est un jeune de cette année, il commence à avoir légèrement ses couleurs d’adulte.

Vacher à tête brune _MG_8638

Au pied des mangeoires, il y a plusieurs bruants familiers.

Pas facile de les photographier sur le gazon, l’autofocus prends souvent une brindille d’herbe au lieu du bruant, d’où la majeure partie des photos vont à la poubelle.

Voici une des photos où l’on remarque très bien sa calotte rousse.

Bruant familier _MG_8777

Cette dernière est la photo d’un immature bruant familier, sa calotte n’est pas encore rousse.

Bruant familier _MG_8774

Il arrive près de midi, la chaleur est si intense que j’en ai mal au coeur, je reviens à l’air climatisé, le coeur gros d’abandonner une si belle journée ensoleillée et être en compagnie de mes amis ailés.

Je termine cette courte journée avec 112 espèces dont 9 lifers

 

On nous annonce une journée très chaude avec une humidité très élevée, je décide donc d’aller tôt faire de la photo, avant que les oiseaux et moi-même, on se cache pour le reste de la journée !!

En entrant dans le parc, je vois des chardonnerets jaunes dans les chardons qui sont en fleurs, je m’installe et j’attends l’occasion de pouvoir les photographier.

En faisant le ménage de mes photos, j’ai vu que j’avais photographié ce chardonneret jaune avec une guêpe, l’histoire ne nous dira jamais si le chardonneret l’a mangé ou s’il s’est enfui comme je l’aurais fait !!

Chardonneret jaune_MG_7957

Voici ma préférée dans les chardons

Chardonneret jaune _MG_7931

Ensuite, j’ai eu le bonheur de voir les petits du pluvier kildir.  Ils commencent déjà à se débrouiller sans leur mère, donc, je n’ai pas eu la chance de réaliser une photo de famille.

A la grandeur que ces petits ont, ils se cachent très bien dans le trèfle.  J’attends mon occasion où ils m’accepteront dans leurs bulles pour réaliser ces photos.

Voici un des pluviers kildirs immatures, il est si chétif

Pluvier kildir _MG_8141

Un second que j’ai photographié également, il semble être le plus jeune

Pluvier kildir _MG_8132

La mère ne se tient pas loin d’eux et leur dit quand se cacher ou se lever

Voici la mère

 

Pluvier kildir _MG_8265

C’est la première fois que j’ai l’occasion de voir les petits du pluvier kildir !

Je me dirige par la suite vers le marais où je vois un carouge à épaulettes qui a dans son bec un insecte.

Carouge à épaulettes_MG_7683

En continuant ma route, c’est un jaseur d’Amérique qui s’installe pour une photo

Jaseur d'Amérique _MG_8217

Je vois un oiseau de proie qui s’approche d’où je suis, après identification, c’est une buse à épaulettes, une première pour moi au Québec.  J’entendais fréquemment le cri des immatures de cet espèce sans être en mesure de reconnaitre le cri de cet oiseau.

Ma photo est prise d’assez haut, cependant, on reconnait très bien la buse à épaulettes.

Buse à épaulettes_MG_7691

Je l’ai vu passer une couple de fois en transportant de la nourriture dont une couleuvre.

Et comme cette buse passe près de l’endroit où se tient les pluviers kildirs, je comprends mieux pourquoi la mère poussait des cris alors que j’étais très loin d’elle et des bébés, elle aussi, savait que les petits n’avaient aucune défense contre cet oiseau de proie, sauf de bien se cacher dans les trèfles.

Il fait trop chaud, je n’arrive plus à demeurer à l’extérieur, c’est la première fois de ma vie que la chaleur m’importune autant.

Je termine cette journée avec 110 espèces dont 9 lifers.

 

 

Dundee – 24 juin 2015

Depuis longtemps, j’entends parler de Dundee et de la présence des Grues du Canada, c’est donc ma destination pour aujourd’hui.  Il fait beau mais humide, j’espère avoir la chance de les voir.

Je commence dans la région de Dundee car le long d’un chemin, un viréo à gorge jaune a été vu au cours des derniers jours, j’espère qu’il y sera encore malgré que nous sommes un jour de congé.

Je m’arrête près d’un boisé et j’attends.  C’est un viréo aux yeux rouges que je réussis à prendre en photo. Il doit avoir une famille à nourrir car c’est la première fois que je le vois avec un insecte dans le bec.

Viréo aux yeux rouges _MG_3391

Par la suite, c’est le chant de la paruline couronnée qui attire mon attention.  Plus tôt en saison, j’avais eu l’opportunité de la prendre en photo, voici qu’elle vole encore d’un côté à l’autre du chemin.

J’ai encore le loisir de la prendre en photo, un peu différente de la première fois.

On voit très bien ses barres sur le dessus de la tête et sous le menton, ainsi que les gros pois sur le ventre.

Paruline couronnée _MG_3405

Celle-ci, un peu plus de face afin de montrer d’autres détails de cette belle paruline couronnée !

Paruline couronnée _MG_3422

Le défi avec ces parulines couronnées, c’est qu’elles se tiennent à l’ombre alors qu’il fait plein soleil sur les feuilles, pas évident de ne pas les brûler.

Je n’ai finalement pas vu le viréo à gorge jaune, malgré l’attente, donc, je décide d’aller à la digue aux aigrettes pour voir la Grue du Canada.

En arrivant, c’est le Tyran tritri qui se montre très coopérateur et se laisse photographier à souhait. C’est la première fois que je photographie cet oiseau sur les fruits du vinaigrier.

Tyran tritri _MG_3551

J’ai le bonheur de le photographier par la suite sur une branche, endroit qu’il aime bien s’installer pour chasser les insectes et ainsi se nourrir.

Tyran tritri _MG_3594

Je continue à faire le tour, aucune présence jusqu’à maintenant de la Grue du Canada.

J’arrive à l’observatoire. Je monte en haut et droit devant moi, sur une branche d’arbre, se tient un Balbuzard pêcheur avec un gros poisson.

Alors que je commence à le prendre en photo, un autre balbuzard arrive avec son poisson.  Il est cependant en difficulté, il tient son poisson que par une patte et pendant qu’il vole, il essaie de remonter le poisson pour le prendre avec sa deuxième patte. Il a failli frapper avec son poisson le premier Balbuzard pêcheur qui a déjà entamé son poisson !!!

Balbuzard pêcheur_MG_3826

Il continue sa route par la suite pour se percher sur une branche, un peu plus loin de l’autre Balbuzard pêcheur et plus près de moi.

Je l’ai donc en plein vol avec son poisson !

Balbuzard pêcheur_MG_3815

Une fois sur la branche, il essaie de monter le poisson pour commencer à le manger, il doit avoir peu d’expérience car il a laissé tomber son poisson. 😦

Je le prends donc en photo alors qu’il vole en descendant pour essayer de retrouver son si gros poisson.

Balbuzard pêcheur _MG_3883

Finalement, il n’a jamais pu le retrouver, du moins, pas pendant que je suis restée en haut de l’observatoire.

Un troisième Balbuzard pêcheur est arrivé sur une branche, sans poisson.

Balbuzard pêcheur _MG_3864

Je n’avais jamais eu la chance au Québec d’avoir l’opportunité d’observer des Balbuzards pêcheurs aussi longtemps et ce, droit devant moi. Je me sens vraiment chanceuse !!

Je descends et je continue à suivre le sentier.  C’est deux grèbes à bec bigarré immatures que je vois sur l’eau, facile à reconnaître avec les couleurs qu’ils ont lorsqu’ils sont immatures.

Je peux les photographier, mais je n’aperçois pas les parents.

J’espère qu’ils ne sont pas loin car je les trouve encore trop jeunes pour subvenir à leurs besoins !

Grèbe à bec bigarré _MG_3911

Pour finir, c’est un Jaseur d’Amérique que je réussis à prendre en photo, malgré qu’il n’est pas très près, j’arrive à trouver un angle pour le dégager des branches.

Jaseur d'Amérique _MG_3941

Je termine la boucle et je n’ai pas vu la Grue du Canada !  Ce n’est que partie remise, je reviendrai un jour.

Je finis cette journée avec 98 espèces dont 6 lifers.

 

En revenant de la Floride, il y avait encore du temps froid.  Les oiseaux avaient commencés déjà à migrer, et j’avais entendu dire qu’il y avait des roitelets à couronne dorée à l’Ile de la Visitation.

Comme c’est un oiseau que j’avais mis sur ma liste de 2014, j’ai voulu voir si je pouvais réussir quelques photos.

De plus, on m’avait mentionné qu’il y avait des garrots à oeil d’or, ce que je n’ai jamais réussi à photographier car ils ne sont jamais près.

A mon arrivée, je me suis aperçu qu’il y a encore de la glace sur le canal, ce qui fait que très peu de canards sont près de la rive.

Près de la chute, j’ai vu tout de même un mâle branchu, beaucoup trop loin pour penser prendre une photo.

Un couple de canard chipeau cependant n’était pas très loin, ce qui me permis de faire une photo du mâle ainsi que de la femelle avant que tous les deux s’éloignent trop loin.

Le canard chipeau mâle

Canard chipeau mâle

 

Canard chipeau femelle

Canard chipeau femelle

 

En retraversant le pont, tout près, j’ai vu une mésange à tête noire qui préparait son futur nid.

Il était en train de vider le trou pour le rendre confortable et à sa guise en transportant les copeaux de bois.

Mésange à tête noire

 

J’ai réussi à faire cette photo avant qu’il n’entre dans le trou.  Il fallait être très rapide, car il rentrait très rapidement pour avancer ses travaux.

Mésange à tête noire

 

J’ai fait quelques photos, d’assez loin pour ne pas le déranger et pour m’assurer qu’il ne travaille pas inutilement, j’ai quitté rapidement les lieux pour lui permettre de préparer son nid sans aucune crainte.

En revenant, j’ai vu mon premier roitelet à couronne dorée.  Ils sont plus rapides que les parulines !!!

Je n’ai pu faire de photos valables à ce moment-là, mais je suis resté près du boisé au cas s’il revenait.

Au lieu d’un roitelet, ce fut des jaseurs d’Amérique qui ont bien voulu s’installer tout près de moi.

Jaseur d'Amérique

 

Il était bien trop beau pour ne pas prendre la photo !

Peu de temps après, les roitelets ont commencés à être plus actifs. Trop à mon goût car il fallait être très rapide pour le repérer et réussir la photo sans le faire fuir.

J’ai réussi ces quelques photos, cependant, ils se tenaient dans les buissons, donc, beaucoup de branches comme arrière-plan. C’est tout de même un « lifer » pour moi et j’ai tout de même de belles photos.

Voici mes préférés

Roitelet à couronne dorée

 

Roitelet à couronne dorée

 

Roitelet à couronne dorée

 

C’était difficile d’avoir du soleil. Malgré l’annonce d’une journée complètement ensoleillée, j’ai connu beaucoup plus d’instant sans soleil.

Ce fut encore une merveilleuse journée 🙂

La nature avait réussi à m’émerveiller avec ces belles surprises.

Quand aux garrots à oeil d’or, ils n’ont pas été présents pendant que j’étais là.  J’aurai surement d’autres occasions un jour !!

Je termine avec 23 espèces dont 4 lifers.