Tag Archive: Eastern Phoebe


J’explore un nouvel endroit que j’ai connu en regardant des espèces que je voudrais voir et photographier si possible.  C’est ce qui m’amène à ce Boisé du Marais Georges à Laval.

J’ai le bonheur de voir un lifer soit un viréo de Philadelphie, la photo n’est pas aussi claire que j’aurais voulu, mais elle représente très bien l’oiseau.

Ensuite, un moqueur chat, un peu timide vient me rendre une trop courte visite.

Un bruant chanteur fit une brève apparition également.

Il y avait plusieurs moucherolles phébi à cet endroit, c’est certain que j’en prendrais un en photo.

Dans les fouets de branches d’arbre mortes, il y avait des jaseurs d’Amérique également.  C’est le type de perchoirs qu’ils aiment. Un jeune de cette année se tient sur cette branche.

Cachée par un petit bosquet dans l’eau, j’ai vu une gallinule d’Amérique.  J’ai réussi à faire mon focus pour bien la photographier alors qu’elle sortait à l’extrémité.

Je n’ai pas pu rester longtemps et attendre que d’autres oiseaux viennent faire leur tour, je dois quitter.

J’ajoute somme toute un lifer, je l’ai classé dans mes oiseaux à mieux photographier, mais le fait de l’avoir vu me remplit de joie.

Je termine cette courte journée avec 69 espèces et 9 lifers 🙂

C’est une très belle journée, un moucherolle à ventre jaune vu la veille au Parc Armand-Bombardier et André-Corbeil-dit-Tranchemontagne me décide à aller tenter ma chance.

A mon arrivée, le marais était totalement contre-jour.  Je crois l’avoir aperçu, mais je n’ai pas eu le temps de prendre une photo, je ne saurai jamais si c’était vraiment le moucherolle à ventre jaune ou pas.

Je décide d’aller me promener un peu plus en forêt en attendant que je puisse réaliser de bonnes photos au marais.

J’aperçois un pic chevelu, j’ai le temps de prendre cette photo

Il y a plein d’immatures pics flamboyants.

J’ai l’opportunité d’être près d’un jeune pic lors de son nettoyage des plumes.  On distingue alors très bien ses plumes jaunes à la queue.

J’ai pris également cette photo alors qu’il s’était étiré l’aile pour la nettoyer.

En revenant vers le marais, je peux enfin photographier le moucherolle phébi, un autre immature.

En train de se nettoyer les ailes lui aussi !

C’est la période des immatures, je vois aussi ce bruant chanteur, du moins, c’est ce que j’ai identifié.

Je vais diner et je décide d’aller à la Sablière de St-Lazare voir s’il y a présence de limicoles.

L’endroit a beaucoup changé depuis que je n’avais pu y venir.  Les hirondelles ne semblent plus y nicher, l’eau s’est rempli si bien qu’on a l’impression d’avoir perdu des sentiers.

Malgré tout, je repère un grand héron.  Je n’ai pas le temps de l’approcher car il s’envole, d’où cette photo.

Il y a quelques limicoles, vraiment très peu.  J’ai le plaisir de photographier ce Grand chevalier.

Très joli avec sa patte en l’air, comme s’il dansait !! 🙂

Il semblait trouver de quoi se nourrir.

Puis, il y a deux bécasseaux minuscules.

J’ai eu le temps de le photographier également de dos, ils étaient très actifs au niveau de recherche de nourriture.

Il y a également un pluvier semipalmé, c’est un de mes limicoles préférés.  Pour le photographier, faut suivre son tempo.  Il fait quelques petits pas, s’arrête un peu, et repart aussitôt.  Donc, faut être prêt à déclencher lorsqu’il s’arrête un peu.

Ils sont tellement mignons !

Vînt le tour maintenant au Pluvier kildir.  Ils ont deux colliers et plus grands que les pluviers semipalmés.

A ce temps-ci, ils ne montrent plus leur plumage orangé au croupion.

J’ai la chance d’avoir aussi un Goéland à bec cerclé, très près.

En train d’hérisser ses plumes.

La luminosité tombe de plus en plus, les dernières photos ont été prises sans la présence de soleil.  Je décide donc de mettre fin à cette merveilleuse journée.

A la sortie, il y a 3 tyrans tritri.  J’en photographie un sur le fil d’électricité.

Je termine donc avec 67 espèces dont 8 lifers et le coeur remplit de joie d’avoir enfin pu revoir des limicoles !

Ils annoncent une belle journée, je décide de retourner à L’Anse-au-Port à Nicolet, puisque nous sommes dans la semaine. Moins de va-et-vient, peut-être aurais-je plus de chance pour photographier les oiseaux.

Finalement, c’est un ciel couvert qui recouvre cette région.

J’ai jamais vu cet endroit aussi inondé, avec toute la pluie que nous avons eu, plusieurs régions sont touchées par de grosses inondations.

En commençant le sentier, j’aperçois encore plus de moucherolles phébi qui ramassent des matériaux pour construire leurs nids en-dessous de la passerelle.

J’ai pris cette photo alors qu’il avait été chercher de quoi avant de retourner dans son nid.

Sur cette belle perche, vraiment trop mignon ce moucherolle avec ce regard en coin !

Sur une petite branche, prêt à chasser surement les moustiques.  Avec la pluie qu’on a eu, j’ai l’impression que nous allons en avoir beaucoup pour le bonheur des oiseaux, mais moins pour moi lors des randonnées.

Je suis allé jusqu’au bout de la passerelle.  Il y a des bruants chanteurs, mais pas de canards, surement à cause du vent et de la mauvaise température.

Le petit-duc maculé ne semble pas être là non plus.

En revenant, je vois un grimpereau brun sur un petit tronc, non loin de moi.

Je le prends en photo bien entendu

J’ai réalisé mes meilleures photos de cet oiseau car il est resté très longtemps sur ce tronc, ne bougeant pas, même qu’il a dormi devant moi.

C’est la première fois que j’avais une telle chance.

Habituellement, il faut être vraiment très rapide pour le prendre en photo car il monte rapidement le long des arbres en commençant par le bas.

 

Il y a aussi un pic mineur qui est venu pour se faire photographier également. Une belle femelle puisqu’il n’y a pas de rouge derrière la tête.

J’aime cette position alors qu’il s’installe pour bien cogner son bec sur l’arbre par la suite, la tête bien en arrière.

En revenant de Bécancour, j’ai vu cette Crécerelle d’Amérique sur un fil électrique bien sur.  Ne pas se fier au ciel bleu, il y avait des trous et je me suis arrangée pour la photographier à travers un trou de ciel bleu.

Sur cette photo, je me suis permise de faire un beau portrait de cette belle crécerelle d’Amérique.

Ce qui termine cette magnifique journée, même si le soleil a été plus absent que supposé, au moins, j’ai pu aller à la rencontre des oiseaux, prendre de l’air et marcher dans la nature.

Je termine donc avec 55 espèces dont 3 lifers.

Quelle belle journée encore, on est vraiment choyé en avril !!

Ma destination, les environs de Stanbridge-Station et possiblement trouver où se trouve le refuge d’oiseau de Philipsburg.

Je quitte tôt le matin car c’est assez loin de chez-moi.

Près de Stanbridge-Station, je rencontre un groupe de dindons sauvages dont les mâles sont en parades nuptiales.

J’ai l’opportunité d’en photographier un avec mon coussins de fenêtre, en demeurant dans l’auto afin de ne pas les faire fuir.

Voici la photo d’un beau mâle

Dindon sauvage_MG_7322

Je fais lentement les rangs, afin de pouvoir observer ou même photographier quelques oiseaux.

Près d’un lac artificiel, je vois un bruant vespéral que je photographie sur la clôture.  Ça fait longtemps que je voulais en photographier et même en voir un !  C’est un lifer pour moi, j’en reviens pas encore.

J’ai consulté plusieurs livres pour m’assurer de son identification ainsi que l’avis de mon frère tellement il a l’air différent des photos que j’ai vu.  Pourtant tout y est, le type d’habitat, la façon de le rencontrer, le cercle oculaire blanc.

Bruant vespéral_MG_7334

Je vois par la suite un immature d’une buse à queue rousse sur un fil électrique.

J’arrive à faire des photos sans le faire fuir !!

Buse à queue rousse _MG_7367

Je continue ma route, non loin, sur un fil électrique également, il y a une belle Crécerelle d’Amérique.

Elle me laisse le temps de faire quelques photos, mais le « clic » de l’appareil-photo semble la déranger, à regret, elle me quitte vers un autre endroit.

Je ne suis pas si près comme le laisse croire la photo, je l’ai recadrée beaucoup.

Crécerelle d'Amérique_MG_7428

Sur le chemin, je rencontre d’autres oiseaux de proie, cependant, je n’arrive pas à réaliser de belles photos.

J’arrive à ce que je crois être le refuge des oiseaux de Philipsburg, pas très bien annoncé.  Je choisis un des sentiers, j’aurais dû mettre des bottes, il y a beaucoup de boue.

J’aperçois un moucherolle phébi.  Il me donne plusieurs occasions de le photographier, très coopératif.

Voici la photo de ce moucherolle phébi.

Moucherolle phébi_MG_7487

Je rebrousse vite chemin, je ne pense pas être sur les bons sentiers malgré le panneau qui semble bien indiquer ces sentiers.  Je n’ai visiblement pas choisi le bon sentier, ou je ne suis carrément pas à la bonne place.

Selon ce qu’on m’en parlait, on débarquait de l’auto et il y avait un type de belvédère où les oiseaux venaient tout autour.

J’irai un jour avec quelqu’un qui connait bien cet endroit, car pour l’instant, je ne suis pas chaussée pour poursuivre le sentier qui mène semble-t’il au marais.

Sur le chemin du retour, j’ai l’opportunité de voir une buse à queue rousse adulte sur un poteau.  Je m’arrête le temps de prendre quelques photos et la laisser chasser.

Buse à queue rousse _MG_7530

Je passe par l’aéroport de St-Hubert, il n’y a pas d’oiseaux à l’heure qu’il est, mais je vois une moufette rayée.

Pas de crainte, je suis loin d’elle.  Elle ne se sent pas menacée et continue à manger de l’herbe.

Voici la photo que j’ai pris avec les derniers rayons du soleil.

Moufette _MG_7648

Ce fût encore une très belle journée, avec l’observation d’un oiseau que je voulais voir depuis longtemps et qui est sur ma liste de 2016.

Je termine donc avec 61 espèces et un lifer de plus soit 4 lifers depuis le début de 2016.