Tag Archive: Châteauguay


C’est une très belle journée, j’ai le goût de faire une courte randonnée pour aller photographier des oiseaux.  Il ne fait pas si froid non plus, donc, une très belle journée finalement pour sortir.

Je décide d’aller à l’Ile St-Bernard à Châteauguay.

En m’y rendant, je vois sur le bord de la route, à la fin d’un boisé, une chouette rayée !

C’est ce que j’espérais rencontrer, j’ai eu mon cadeau !!

Elle se faisait dorer au soleil car la nuit a été très froide.  Elle avait d’ailleurs encore du frimas sur sa tête et le haut du corps sur ses plumes.

chouette-rayee-_mg_0134

Sur celle-ci, je l’ai pris dans son environnement, très dégagée, profitant le plus possible des rayons de soleil.

chouette-rayee-_mg_0140

Cette rencontre a retardée un peu ma randonnée finalement, si bien que je suis arrivée un peu tard à l’Ile St-Bernard. Cependant, ça valait la peine, c’est toute une belle rencontre que je viens de faire ! Je suis très heureuse !!!

En me rendant à la première mangeoire, je ne vois aucun oiseau.

Sous la première mangeoire, il y a un bruant chanteur qui se régale des graines de tournesol.  C’est la deuxième fois que je vois un bruant chanteur l’hiver car habituellement, ils s’en vont et ne reviennent qu’au printemps.

Le voici donc en train de se régaler.

bruant-chanteur-_mg_0237

Il y a bien entendu des sittelles à poitrine blanche qui vont se chercher des graines et les cachent dans l’écorce des arbres.

La voici sur le tronc d’un arbre

sittelle-a-poitrine-blanche-_mg_0258

Avec son petit regard, la tête levée vers le haut

sittelle-a-poitrine-blanche-_mg_0319

Ce fut le tour des cardinals rouges à faire leur courte apparition.

Voici le mâle sur la neige dans le sous-bois

cardinal-rouge-_mg_0263

La femelle sur une branche d’arbre guettant le temps opportun pour aller dans la mangeoire.

cardinal-rouge-_mg_0299

Il y a plusieurs tourterelles tristes jonchées un peu partout dans le marais, cependant, elles sont trop loin pour prendre une photo.

Une d’entre elles est venue sur une branche, bien dégagée, me faire une petite visite, d’où la réalisation de cette photo.

Je l’ai souvent prise sur le côté, en avant, mais rarement de dos où l’on voit le beau motif de ses plumes et sa queue pointue.

tourterelle-triste-_mg_0305

Les bruants hudsoniens sont bien présents également.  C’est d’ailleurs l’hiver qu’on a l’occasion de pouvoir les observer à notre guise.

Le voici un peu de face.

bruant-hudsonien-_mg_0336

Le voici de côté avec ses plumes bien gonflées.

bruant-hudsonien-_mg_0345

Je n’ai pas réussi à prendre en photo le pic mineur, cependant, le pic chevelu s’est laissé prendre en photo pour mon plus grand bonheur. Ses plumes sont également gonflées pourtant, il ne faisait pas si froid.

pic-chevelu-_mg_0351

Puis vint le tour de l’oiseau qui nous accompagne à chaque randonnée hivernale comme estivale soit la mésange à tête noire.

Faut la capter rapidement car elle ne reste pas en place !!

C’est un plaisir à chaque fois cependant de réussir à la photographier.

mesange-a-tete-noire-_mg_0378

Il y a au moins 3 mésanges bicolores qui se tient à cet endroit.

Tout comme la mésange à tête noire, il faut vraiment être très rapide pour réussir à la prendre en photo, surtout, si elle vient pour prendre des graines.

La voici sur des tiges prête à aller manger des graines.  J’ai soit un rayon de soleil plus intense qui a passé sur ses ailes, mais elle est trop belle pour ne pas la partager.

mesange-bicolore-_mg_0406

Au bout d’une branche, nous montrant un autre angle ainsi que son agilité.

mesange-bicolore-_mg_0412

Pour terminer cette merveilleuse journée, j’ai vu un merle d’Amérique dans les arbustes près de la toilette sèche.

Impossible de ne pas le prendre en photo alors qu’il a lui aussi, ses plumes bien gonflées.

merle-damerique-_mg_0427

Je termine donc cette merveilleuse journée avec 11 espèces en 2017.

J’y retournerai bientôt afin de me rendre à la seconde mangeoire au moins !!

Ile St-Bernard – 14 mai 2016

Plusieurs oiseaux sont arrivés pendant la migration, je décide donc d’aller à l’Ile St-Bernard dans l’espoir de pouvoir photographier le cardinal à poitrine rose.

J’arrive tôt et je commence ma randonnée.

En arrivant, je suis accueillie par un moqueur chat qui chante au haut d’une branche.

moqueur-chat_mg_2105

J’ai passé en-dessous de lui, il est resté sans s’envoler.

En poursuivant ma randonnée, c’est le chant d’une paruline masquée qui m’arrête et j’essaie de la repérer.

Elle est sur une branche d’arbre, si bien placée, je la prends en photo.

paruline-masquee-_mg_2147

Sur une branche, un peu plus près de moi

paruline-masquee_mg_2112

Près de ces mêmes arbres, alors que j’attendais pour photographier une paruline jaune, c’est finalement une Oriole de Baltimore qui s’est très bien placée pour une photo.

oriole-de-baltimore_mg_2225

Elle s’est virée afin de voir son dos.

C’est mes plus belles photos à vie de cet oiseau.

oriole-de-baltimore-_mg_2208

Finalement, c’est la paruline jaune que je réussis à photographier à quelques pieds de l’endroit où j’étais.

paruline-jaune-_mg_2272

J’ai pris une seconde pose que j’aime bien de cette paruline jaune.

paruline-jaune-_mg_2287

Je me suis promenée le long du sentier après la première mangeoire, soit après la toilette sèche, menant au marais.

C’est une Paruline à croupion jaune que j’ai alors pu observer et prendre en photo.

paruline-a-croupion-jaune-_mg_2311

En revenant sur mes pas, je décide d’aller vers la seconde mangeoire.

C’est une Paruline flamboyante que je rencontre.  Elle est assez loin, mais tellement bien placée, j’ai pris la photo d’où j’étais, de crainte de la faire s’envoler plus profond dans la forêt.

paruline-flamboyante_mg_2347

Tout près de la seconde mangeoire, il y a quelques Orioles de Baltimore qui ramassent ce qu’elles peuvent pour faire leurs nids respectifs.

Voici la photo d’une femelle que j’ai pu prendre car elle n’est pas trop loin, avec des matériaux qui va servir pour la confection du nid.

oriole-de-baltimore-_mg_2423

Je passe toujours du temps à la seconde mangeoire, c’est là que je peux photographier ou observer plusieurs oiseaux.

Je suis surprise par la visite du Pic à ventre roux.  Habituellement, je le voyais que l’hiver.  De plus, c’est la femelle qui vient me rendre visite au lieu du mâle.

J’en profite pour réaliser des photos. J’ai souvent eu le mâle, mais c’est la première fois que je peux photographier la femelle d’aussi près.

La photo où l’on voit ses couleurs de devant, surtout son jaune sous le bec.

pic-a-ventre-roux-_mg_2517

Cette photo alors que la femelle a gonflée ses plumes sur sa tête. Quel beau pic !!!

pic-a-ventre-roux-_mg_2475

C’est le tour du Cardinal à poitrine rose de venir tout près des mangeoires.

L’Ile St-Bernard est mon endroit incontournable pour venir y retrouver des espèces que j’affectionne beaucoup.

Voici la photo de la femelle Cardinal à poitrine rose.

cardinal-a-poitrine-rose-_mg_2609

Voici la photo du mâle maintenant montrant sa poitrine rose.

cardinal-a-poitrine-rose-_mg_2994

J’affectionne particulièrement cette photo.

cardinal-a-poitrine-rose_mg_2975

Sur une branche, je vois également un bruant à gorge blanche.  Il vient se nourrir au sol, mais il demeure à distance et à l’ombre.

bruant-a-gorge-blanche-_mg_2758

Sur une branche, à hauteur des yeux, il y a un Vacher à tête brune qui vient se poser.  Trop beau, je le prends en photo !

vacher-a-tete-brune-_mg_2761

En quittant la seconde mangeoire pour aller me promener dans le sentier menant à la Pointe de l’Ile, je vois un Étourneau sansonnet.

La pose qu’il m’a fait, en ébouriffant ses plumes, je la partage avec vous.

Habituellement, je n’aime pas les photos lorsqu’il me regarde ainsi, mais avec les plumes ébouriffées de cette façon, j’avoue que j’ai un faible pour lui !!  🙂

etourneau-sansonnet-_mg_2770

Je m’arrête à l’endroit où quelques personnes ont vues le troglodyte des forêts. Malheureusement, je ne le vois pas et ne l’entends pas non plus.

Cependant, c’est un beau tyran huppé qui n’est pas trop loin dans la forêt.  A ce temps-ci de l’année, les arbres n’ayant pas beaucoup de feuilles, j’ai de la luminosité pour bien le prendre en photo.

tyran-huppe_mg_2794

En poursuivant ma randonnée, le comportement d’un Merle d’Amérique m’arrête.

C’est la première fois que je le vois ainsi.  Ce n’est pas une parade nuptiale, ce Merle d’Amérique est tout seul sur cette perche, je ne vois aucun autre merle près de lui.

merle-damerique-_mg_2845

Je continue sur le même sentier.  Il y a beaucoup d’oiseaux et d’espèces différents.

Sur une branche d’arbre, je vois un bruant chanteur.  Il est vraiment trop mignon, je le prends en photo.

bruant-chanteur-_mg_2863

D’un côté du sentier, il y a de l’eau où je vois des canards branchus.  Ils sont trop loin pour réussir à les photographier, sans compter, qu’il y a beaucoup de petites branches pour bien les cacher.

De l’autre côté, il y a des souches d’arbre.  C’est sur une des souches que je vois un troglodyte familier.  Je m’approche très doucement sans pêter la bulle entre nous.

Le voici en train de chanter.

troglodyte-familier-_mg_2947

Très confortable sur cette souche.

troglodyte-familier-_mg_2931

Il y a un autre troglodyte familier sur une branche, pas très loin d’où je suis.

Il est trop beau, j’ai le temps de quelques photos.

troglodyte-familier-_mg_2891

Je me rends compte qu’il y a de plus en plus de nuages, dans l’après-midi, on nous annonce de la pluie.  Il est temps de revenir.

En revenant vers la seconde mangeoire, un oiseau attire mon regard.  Sans me poser de questions, je le prends en photo, c’est un oiseau que je ne connais pas et je compte sur mes photos pour l’identifier.

Je n’ai pas la mémoire des détails malheureusement, donc, sans photos, je serais incapable d’arriver à identifier un oiseau que j’aurais vu au cours de la journée.

Avec l’aide d’ornithologues et photographes, j’ai appris qu’il s’agissait d’une Paruline bleue femelle, c’est un lifer pour moi !!  Je regrette de ne pas avoir vu le mâle !  Dans mes livres d’identification, je vois que le mâle est très beau.

Voici donc la photo de la femelle Paruline bleue.

paruline-bleue-_mg_2951-cadre-6x4-adobe-balance-blancs

De retour à la seconde mangeoire, je n’ai malheureusement pas le temps de m’y attarder, je reçois des gouttes de pluie.

Dans la forêt, je ne m’étais pas rendue compte que c’était aussi nuageux.

Je ferme mon appareil-photo et je le protège car j’ai encore un bon chemin à faire pour revenir au stationnement.

C’est la seconde fois cette année que je me fais prendre par la pluie !!

J’ai le temps de rentrer mon équipement à l’abri dans l’auto que la pluie devient très forte… oufffffff.

Quelle magnifique journée, j’ai 16 espèces  d’oiseaux pris en photo sans compter les espèces que j’ai pu observer.

Je me sens vraiment très privilégiée d’avoir pu prendre autant de photos d’espèces différents.

Je termine donc ce 14 mai avec 100 espèces dont 8 lifers maintenant !!

 

On nous annonce un bel éclaircissement, donc, même si le soleil n’est pas là, je décide d’aller à l’Ile St-Bernard, car habituellement, j’ai assez de luminosité pour réussir à faire de belles photos malgré tout.

Il fait vraiment doux en plus, une belle journée à rester à l’extérieur et profiter de la bordée de neige que nous avons eu après Noel.

En arrivant à la première mangeoire, c’est une belle tourterelle triste qui se laisse photographier à souhait.

Tourterelle_triste_L2A0975 flou

Ensuite, j’ai la chance d’avoir 7 cardinals rouges soit 6 mâles et une femelle.

Dire que dans ma cour, c’est la chicane lorsque j’ai 2 mâles et ils se pourchassent !

Incroyable que ceux-ci s’acceptent aussi facilement.

Voici ma première photo du cardinal rouge mâle car la femelle ne s’est jamais bien placée pour une photo.

Cardinal rouge_L2A1008 flou

 

Je poursuis mon chemin vers la seconde mangeoire.

Il y a quelques sittelles à poitrine blanche qui sont là.  J’essaie de les isoler afin de les photographier.

Celle-ci dans la neige, ayant trouvé surement une graine de tournesol

Sittelle_a_poitrine_blanche_L2A1068

Celle-ci sur une branche d’arbre, après avoir caché sa graine de tournesol et prête à revenir s’en chercher une autre

Sittelle_a_poitrine_blanche_L2A1171

Je n’ai pas pu résister à prendre des photos de l’oiseau qui m’accompagne dans presque toutes mes randonnées pédestres, hiver comme été, soit la mésange à tête noire.

Mesange_a_tete_noire_L2A1093

Il y avait également présence des Pics chevelus. J’aime beaucoup les prendre en photo

Voici le mâle bien agrippé au tronc d’un arbre

Pic_chevelu_L2A1109

Il semble vouloir cacher ses graines à l’intérieur du noeud de cet arbre.

Pic_chevelu_L2A1182

Le Pic mineur veut également se faire photographier.  Le mâle se fait plus discret, tandis que la femelle, se place vraiment très bien, impossible de ne pas la photographier.

Sur le tronc d’un arbre, tout ébouriffé.

Pic_mineur_L2A1157

Après un long nettoyage

Pic_mineur_L2A1161 flou

Vint par la suite, pour mon plus grand bonheur, le Pic à ventre roux !!!

Quel beau Pic, belle couleur, j’ai dû attendre près de 45 minutes au moins avant qu’il ne se décide à venir plus près et surtout plus bas pour que je puisse prendre cette photo.

Pic_a_ventre_roux_L2A1270

Parmi les Bruants hudsoniens, je distingue un bruant bien différent.  Je le prends en photo afin de pouvoir en faire l’identification avec mes livres.

C’est un Bruant chanteur.  C’est la première fois que je le vois en hiver, faut dire qu’avec le mois de décembre si doux, plusieurs oiseaux ont oubliés de partir, bien qu’il y a quelques mentions par-ci par-là de bruants chanteurs rapportés en hiver.

Bruant chanteur _L2A1250

Bien entendu, j’ai pu réussir à photographier le Bruant hudsonien.  C’est le bruant que j’ai hâte de voir lorsque l’hiver arrive !!

Le voici sur une petite branche, tout fier !

Bruant hudsonien _L2A1456

Le voici sur la neige, en train de chercher des grains puisque les bruants se nourrissent plus au sol.

Bruant hudsonien _L2A1324

Furtivement, un Chardonneret jaune est venu près des mangeoires.  J’ai eu le temps de prendre deux poses avant qu’il ne s’envole vers une destination inconnue.

Le voici sur une branche, guettant le meilleur moment d’approcher.

Chardonneret_jaune_L2A1438

Il s’est approché une seconde fois avant d’aller à la mangeoire et s’envoler

Chardonneret jaune _L2A1454

Finalement, nous avons eu une très courte période d’ensoleillement, ce qui ne m’a pas empêché de faire de la photographie.

Je termine donc cette merveilleuse journée avec 13 espèces.

 

Après plusieurs heures supplémentaires à mon travail, je réussis à obtenir un congé, courte durée car il fait un froid extrême à l’extérieur, j’en profite malgré tout pour faire un peu de photo.

Je pars avec mon frère, et nous commençons par aller sur la rue Higgins à Châteauguay.

Le pic à ventre roux est trop loin, impossible de faire une photo.  Alors que je me concentre sur quelques bruants hudsoniens, mon frère m’en montre un pas trop loin pour le photographier.

Dès que je commence à prendre des photos, je me rends compte que ce n’est pas un bruant hudsonien, mais sur le moment, je suis incapable de lui dire exactement de quel espèce il s’agit.

En fouillant dans mes livres le lendemain matin, j’étais convaincue que c’était un bruant de Lincoln.

Mon frère a demandé de l’aide pour l’identifier.  Nous avons alors su que c’était un bruant des marais qui est resté malgré le froid.

Bruant des marais

Par la suite, nous sommes partis à la RF de Marguerite d’Youville connu aussi sous le nom de l’Ile St-Bernard.

On peut observer plusieurs oiseaux dont le cardinal rouge, l’étourneau sansonnet et le merle d’Amérique.

Ayant trop de branches, je n’arrive pas à réaliser une photo comme j’aime, donc, je me dirige à la seconde mangeoire.

C’est bien sur les mésanges à tête noire et bruants hudsoniens qui sont les premiers à vouloir se faire photographier.

Bruant hudsonien

 

Ensuite c’est la mésange bicolore !! Contrairement au 2 janvier, il y avait au moins 4 mésanges bicolores en même temps.

Elle est vraiment trop jolie !!! Quel bel oiseau !

Mésange bicolore

Nous avons eu une visite très rapide du Pic à ventre roux.

L’instant de quelques photos, et déjà, il est parti.

Pic à ventre roux

Je n’ai pu m’empêcher également de prendre ce petit pic mineur. Avec la couleur de l’écorce de l’arbre, le pic mineur était magnifique.

Pic mineur

Le froid nous gagne, je suis tellement gelée, que mon frère me donne des « hot shot », je pense que c’est le terme anglais, pour me réchauffer les mains.

Je n’arrive même plus à peser sur le déclencheur pour prendre une photo tellement j’ai les doigts gelés.

Je viens de comprendre la signification de « Froid extrême » !!!

Je finis tout de même cette courte journée avec 18 espèces.