Tag Archive: Canard souchet


Après un rendez-vous médical, j’ai la possibilité de retourner au Parc de la Frayère à Boucherville.

Je retourne au boisé dans l’espoir que le gobemoucheron gris-bleu y soit.  Mais non, ce sera pour une autre fois.

Comme il y avait beaucoup de canards au quai flottant, j’y retourne donc dans l’espoir de photographier ceux dont la veille se tenaient beaucoup trop loin.

J’ai eu la surprise que ce soit un balbuzard pêcheur qui y était, en train de surveiller le moment opportun de prendre son poisson.

Le voici avec une barbotte dans ses serres.

Les canards souchets sont au rendez-vous, ils sont si beaux, je ne peux m’empêcher de les photographier même si je l’avais fait la veille.  On les voit qu’au printemps dans ma région, j’en profite donc.

Voici une photo du mâle que j’affectionne puisqu’on voit son beau design sur sa poitrine.

La femelle qui allait se nourrir à la surface de l’eau ce qui donne un beau reflet.

Aujourd’hui, les bernaches du Canada sont présentes.

La voici alors qu’elle passe tout près du quai.

C’est le printemps, les bernaches du Canada marquent leur territoire.  En voici une qui ne s’est pas gênée pour le défendre.

L’eau est trop haute afin qu’un bihoreau gris puisse venir pêcher.  Il s’est donc perché dans un arbre avant de s’envoler vers une autre destination.

Ce fut le tour du canard chipeau à venir plus près que la veille.

Sur cette photo, on voit bien le design de son dos avec les plumes légèrement orangées.

Le voici en train de chasser un canard d’Amérique qui approchait trop près. Je n’ai pu photographier toute la scène, trop de distance séparait les deux canards.

Dans toute sa splendeur, alors qu’il battait des ailes !

Contrairement à la veille, le canard d’Amérique s’est approché du quai, ce qui m’a permis de bien le photographier.

Voici le mâle avec sa calotte et front blancs et la zone verte englobant son oeil.

Le couple maintenant, à regret, ils n’ont pas restés longtemps.

La Gallinule d’Amérique appelée autrefois « poule-d’eau » était également présente pour mon plaisir.

La voici sur l’eau afin de chercher des plantes aquatiques pour se nourrir.

Au bord du marais où elle pouvait se tenir debout.

Et comment ne pas photographier les carouges à épaulettes qui sont très présents au marais puisqu’ils y font leur nid.

J’ai entendu dire que c’est les mâles qui arrivent en premier lors de la migration avant que les femelles les rejoignent.   J’ai pu constater que c’était vrai, du moins, à mes mangeoires.

Le voici sur une quenouille où il nous laisse voir entièrement son épaulette.

Sur cette photo, il chante en étalant ses ailes pour défendre son territoire.

C’est le temps de partir, je termine donc cette journée en ajoutant quelques espèces, ce qui me fait un total de 29 espèces dont 3 lifers.

C’est une belle journée, enfin le printemps, un oiseau qu’on ne voit pas souvent soit le gobemoucheron gris-bleu m’attire au Parc de la frayère.  J’ai déjà eu l’occasion de le voir une fois au Québec et de réaliser des photos, c’est toujours plaisant de le revoir surtout qu’ils ne sont pas nombreux à venir nous visiter.

Manque de chance, je crois l’avoir vu au sommet des arbres, pas assez longtemps pour bien le confirmer, pas eu le temps de faire mon focus sur lui, il s’est envolé plus creux dans le boisé.

Je vais donc au petit quai afin de voir si les canards sont assez près pour des photos, ils se tiennent souvent dans le milieu ou le fin fond de l’étang.

C’est un canard colvert qui passe le premier, assez près pour réaliser cette photo.

Ensuite, ce fût les canards souchets qu’on reconnait facilement avec leurs becs larges.

Le mâle est bien sûr plus coloré que la femelle, comme dans presque toutes les espèces d’oiseaux d’ailleurs. Ils doivent être beaux pour attirer une femelle.  La femelle doit se faire plus discrète, moins voyante, afin de protéger le nid surtout lorsque les juvéniles naissent.

Voici le mâle, il se nourrit à la surface de l’eau.

Voici la femelle, bec très large.

Pour finir, voici le couple car ils ne sont jamais très loin l’un de l’autre habituellement.

Le canard chipeau arrive mais se fait un peu plus discret, ils sont quand même assez près pour de belles photos.

Voici le mâle, j’aime beaucoup ses plumes légèrement orangées sur le dos qu’on distingue à peine cependant.

Voici le couple

Courte présence d’un grèbe à bec bigarré.  Ce n’est pas ma meilleure photo puisqu’il n’a jamais approché.

Pendant le temps où j’attendais la venue des canards, un beau Martin-pêcheur d’Amérique est venu se poser sur une branche d’un arbre dépourvu de feuilles. C’est le type de branche qu’il aime pour en faire son perchoir et mieux voir dans l’eau.

C’est une belle femelle puisqu’elle a une ceinture brun-roussâtre.  C’est d’ailleurs un des oiseaux qui fait exception à la règle car c’est la femelle qui est plus belle que le mâle.  On reconnait le mâle car il n’a pas de ceinture brun-roussâtre et a le ventre complètement blanc.

Pour les autres canards, ils se tiennent si loin qu’on les reconnait à la jumelle ou mieux, à la lunette.

Je termine ainsi ma journée avec 26 espèces dont 3 lifers.

Baie-du-Febvre – 7 juin 2015

On nous annonce encore une belle journée, comme hier, mon ami travaillait et n’avait pas pu voir le phalarope de Wilson, je décide de retourner à Baie-du-Febvre.

Plus j’approche de Baie-du-Febvre, plus il y a des nuages, on perd de plus en plus le soleil.

Quand à être rendu, aussi bien voir si je serai aussi chanceuse qu’hier !

Je me dirige dès mon arrivée dans la cache et je retourne où la veille, j’avais vu le phalarope de Wilson. Il est toujours là !!!

Le fait qu’il y a moins de soleil, le phalarope de Wilson se promène devant moi, sur le gazon, à la recherche de quelques insectes pour se nourrir. Avec le soleil, les insectes n’étaient pas aussi actifs que présentement, ce qui n’est pas pour déplaire à ce phalarope de Wilson.

J’ai donc réalisé de meilleures photos que la veille !!

Voici une des photos alors qu’il cherchait des insectes

Phalarope de Wilson _MG_0931

Il a passé beaucoup de temps à cet endroit, dormant un peu, se nettoyant les plumes avant de recommencer à se promener

Phalarope de Wilson _MG_1191

J’ai sélectionné cette dernière alors qu’il avait réussi à attraper un insecte

Phalarope de Wilson _MG_0595

Il était beaucoup moins farouche que la veille !

Faut dire que je ne bougeais pas, si bien qu’à un moment donné, il est entré dans la cache, tout près de moi, j’aurais pu le toucher (je ne l’ai pas fait bien entendu !).  Je l’ai regardé et il a continué son chemin comme si je n’étais pas là !! 🙂

Moment magique et magnifique, j’ai pu l’observer à souhait avant qu’il retourne plus près du gazon pour continuer à se nourrir. Aucune photo car il est trop près, je ne veux pas faire de gestes brusques et lui faire peur.

Pendant qu’il se nourrit de nouveau, je poursuis mon chemin vers le fond. Mon regard est attiré par un oiseau qui se tient tout près du bord, c’est un grand chevalier !!

Je prends donc quelques photos

Grand chevalier _MG_0857

J’aime beaucoup quand il regarde par en haut, j’aime la pose qu’il fait à ce moment-là

Grand chevalier _MG_0900

Tout au fond, sur le fil de la clôture se tient une hirondelle rustique immature, c’est la toute première fois de ma vie que j’en vois un !

Hirondelle rustique _MG_1405

Je photographie également les adultes, sans doute les parents.

Une où l’on peut voir le dos

Hirondelle rustique _MG_1455Cette dernière alors que l’hirondelle étire ses ailes

Hirondelle rustique _MG_1438

Les canards approchent la cache, ils ont alors toute mon attention.

C’est le canard souchet qui est le premier à venir assez près, d’où la réalisation des prochaines photos

Le mâle très près, on  voit cependant que le soleil n’est pas de la partie aujourd’hui

Canard souchet _MG_0420

Une photo du couple

Canard souchet _MG_1505

Celle du mâle qui fait des bulles dans l’eau avec son bec large. Ces canards se nourrissent à la surface de l’eau, c’est la première fois que je suis assez près pour voir leur procédure

Canard souchet _MG_0877

Puis le tour du canard chipeau, impossible de ne pas le prendre en photo malgré le temps grisâtre

Canard chipeau _MG_1485

Les fuligules à tête rouge n’approchent pas comme hier, je les vois très bien, mais conserve une distance, du moins, le temps que j’ai été là bien entendu.

Malgré le peu d’éclairage, je m’essaie à prendre des photos des guifettes noires en vol !!

Je peux vous dire que c’est vraiment pas facile. Ils volent très rapidement et la ligne de vol est loin d’être stable !!

Disons que j’ai réussi celle-ci, mais il y a place à l’amélioration !! 🙂

Guifette noire _MG_1685

En sortant de la cache, pour le retour à la maison, un bruant chanteur est là, sur le gazon, à une certaine distance, je ne peux m’empêcher de le photographier

Bruant chanteur_MG_0998

De plus, sur la clôture, un mâle vacher à tête brune est là avec deux immatures de cette année.

Voici le mâle sur la clôture

Vacher à tête brune _MG_1772

Voici une photo de l’immature alors qu’il essaie de se nourrir dans le gazon

Vacher à tête brune _MG_1792

Malgré l’absence du soleil, ce fût encore une magnifique journée, remplie de surprises avec la possibilité de réaliser de belles photos !

Le phalarope de Wilson qui est passé tout près de moi, restera gravé dans ma mémoire.

Quand je suis partie, il était toujours dans le premier bassin, mais plus près de l’eau cette fois-ci.

Je termine avec 92 espèces dont 6 lifers !

 

C’est une superbe journée, ensoleillée avec un très beau ciel bleu, aucun nuage !

Durant la semaine, un phalarope de Wilson ainsi qu’à bec étroit ont été vus aux bassins de la route Janelle à Baie-du-Febvre.  Comme je n’ai jamais vu le phalarope de Wilson, c’est le lieu que je choisis pour cette belle journée.

A cause de l’angle du soleil, il ne faut pas y être trop tôt, donc, je quitte vers 9h30 ou 10 heures environ.

Lorsque j’arrive aux bassins, je vois le phalarope de Wilson, il se tient très près des herbes, je n’arrive pas alors à faire une photo pendant qu’il est dans l’eau.

Je vais dans la cache, au milieu des deux bassins, j’attends mon opportunité.

En attendant, c’est un carouge à épaulettes qui vient s’installer sur un roseau, je ne peux m’empêcher de le photographier.

Carouge à épaulettes _MG_9843

Le bruant chanteur va sensiblement sur le même roseau, pourquoi pas !  Il est vraiment mignon !

Bruant chanteur _MG_9894

J’ai enfin ma chance avec le phalarope de Wilson, un lifer pour moi ! 🙂

Il vient s’installer, sur le gazon en avant de moi, pour se nettoyer les plumes !

J’en profite alors pour prendre quelques photos !

Phalarope de Wilson _MG_9714

Il est resté là des heures, sans s’approcher, se nettoyant, dormant un peu. Il y avait un deuxième qui est venu le rejoindre à un moment donné, mais de trop courte durée et plus bas, si bien que je n’ai pas pu le prendre en photo.

Je suis allée faire un tour par le sentier, après le deuxième bassin d’eau.  J’ai vu un tyran tritri et un monsieur avait repéré le nid, il est venu me l’indiquer.  Je demeure dans le sentier, je n’approche pas trop, on voit que le tyran est possiblement en train de couver ses oeufs. Je ne prends que quelques photos car le nid est très à l’ombre, il leur faut aussi de la tranquilité, surtout pas de stress.

Voici la tyran tritri couvant ses oeufs. Ma photo est recadrée, j’étais plus loin du nid !!

Tyran tritri _MG_9971

Celui-ci, était sur une des branches, en train de s’assurer que tout va bien sûrement, ou être disponible pour prendre la relève.

Tyran tritri _MG_9903

Je poursuis donc mon chemin, les laissant tranquille !

J’entends beaucoup de parulines masquées, mais impossible de les localiser.

Je reviens donc vers la cache. Le phalarope de Wilson est toujours là, au même endroit.

Sur la clôture entourant les bassins d’eau, je vois, le temps de prendre deux photos, une des parulines masquées. Voici le résultat !

Paruline masquée _MG_9929

Sur l’eau, les canards commencent à approcher la cache, je commence donc à prendre cette petite famille de canard colvert. J’avoue que j’ai eu un peu de misère à l’identification, car le bec est orange avec les taches noires (colvert), mais le miroir est violet (canard noir). Je sais cependant que ces deux espèces de canard s’accouplent ce qui fait des hybrides. Par contre, c’est peut-être aussi l’éclairage de la journée qui fait ressortir un violet comme miroir.

Canard colvert _MG_9831

C’est vraiment une journée de chance, j’ai des fuligules à tête rouge qui sont près de la cache, j’ai jamais pu en photographier un d’aussi près !

Voici le mâle, dans toute sa beauté !!

Fuligule à tête rouge _MG_0031

La femelle du fuligule à tête rouge

Fuligule à tête rouge _MG_0134

Et une photo du couple ensemble, car les femelles fuligules, sans le mâle à ses côtés, c’est difficile de les reconnaître aussi facilement.

Fuligule à tête rouge _MG_0073

C’est au tour du canard chipeau à venir assez près de la cache.

Voici une photo lorsqu’il battait des ailes.

Canard chipeau _MG_0389

Celle-ci, juste après, où on peut distinguer ses plumes rousses que nous voyons rarement.

Canard chipeau _MG_0384

Pour clore cette magnifique journée, c’est le tour du canard souchet.

Un peu jaloux de la photo que j’ai prise du canard chipeau, il a décidé de battre des ailes lui aussi !!!

Canard souchet _MG_0399

La femelle du canard souchet avec son bec très large

Canard souchet _MG_9670 bon

J’ai repris une photo du mâle avec toutes ses belles couleurs, c’est un très beau canard!

Canard souchet _MG_9643

C’est vraiment une journée magnifique, remplie de belles surprises et d’espèces que je n’avais pas pensé prendre en photo si près un jour, vu leurs côtés assez farouches.

Je n’ai pas vu le phalarope à bec étroit, semble-t-il qu’il a déjà quitté l’endroit.

La vie est remplie de merveilleuses surprises et découvertes lorsqu’on sait les regarder avec émerveillement !

Je termine donc avec 89 espèces dont 6 lifers maintenant !