On nous annonce une journée très chaude avec une humidité très élevée, je décide donc d’aller tôt faire de la photo, avant que les oiseaux et moi-même, on se cache pour le reste de la journée !!

En entrant dans le parc, je vois des chardonnerets jaunes dans les chardons qui sont en fleurs, je m’installe et j’attends l’occasion de pouvoir les photographier.

En faisant le ménage de mes photos, j’ai vu que j’avais photographié ce chardonneret jaune avec une guêpe, l’histoire ne nous dira jamais si le chardonneret l’a mangé ou s’il s’est enfui comme je l’aurais fait !!

Chardonneret jaune_MG_7957

Voici ma préférée dans les chardons

Chardonneret jaune _MG_7931

Ensuite, j’ai eu le bonheur de voir les petits du pluvier kildir.  Ils commencent déjà à se débrouiller sans leur mère, donc, je n’ai pas eu la chance de réaliser une photo de famille.

A la grandeur que ces petits ont, ils se cachent très bien dans le trèfle.  J’attends mon occasion où ils m’accepteront dans leurs bulles pour réaliser ces photos.

Voici un des pluviers kildirs immatures, il est si chétif

Pluvier kildir _MG_8141

Un second que j’ai photographié également, il semble être le plus jeune

Pluvier kildir _MG_8132

La mère ne se tient pas loin d’eux et leur dit quand se cacher ou se lever

Voici la mère

 

Pluvier kildir _MG_8265

C’est la première fois que j’ai l’occasion de voir les petits du pluvier kildir !

Je me dirige par la suite vers le marais où je vois un carouge à épaulettes qui a dans son bec un insecte.

Carouge à épaulettes_MG_7683

En continuant ma route, c’est un jaseur d’Amérique qui s’installe pour une photo

Jaseur d'Amérique _MG_8217

Je vois un oiseau de proie qui s’approche d’où je suis, après identification, c’est une buse à épaulettes, une première pour moi au Québec.  J’entendais fréquemment le cri des immatures de cet espèce sans être en mesure de reconnaitre le cri de cet oiseau.

Ma photo est prise d’assez haut, cependant, on reconnait très bien la buse à épaulettes.

Buse à épaulettes_MG_7691

Je l’ai vu passer une couple de fois en transportant de la nourriture dont une couleuvre.

Et comme cette buse passe près de l’endroit où se tient les pluviers kildirs, je comprends mieux pourquoi la mère poussait des cris alors que j’étais très loin d’elle et des bébés, elle aussi, savait que les petits n’avaient aucune défense contre cet oiseau de proie, sauf de bien se cacher dans les trèfles.

Il fait trop chaud, je n’arrive plus à demeurer à l’extérieur, c’est la première fois de ma vie que la chaleur m’importune autant.

Je termine cette journée avec 110 espèces dont 9 lifers.