Tag Archive: Bruant familier


Comme il fait beau, je vais aux Rapides de Lasalle, j’espère y voir plusieurs espèces de canards et surtout, si j’ai la chance, les harles huppés s’ils sont encore présents cette année.

A mon arrivée, je regarde sur les branches au belvédère, au cas où le martin pêcheur d’Amérique serait là comme au mois de février, mais non, il ne semble pas de retour.

Je poursuis donc au premier pont.  Je constate qu’il y a plusieurs nids de bernaches du Canada.  De plus, l’eau est encore très haute dû à notre printemps très pluvieux.

Voici une photo non loin du nid.

Se promenant sur l’eau

Je pense que c’est une parade nuptiale qu’ils ont fait sous mes yeux, je n’ai pas pu capter toute la scène à regret, je ne m’y attendais vraiment pas.

J’aperçois également ma première Grande Aigrette de cette année.  Elle ne resta pas longtemps mais assez pour immortaliser ce moment.

En me rendant au second pont, je suis surprise de ne pas voir plusieurs canards.  Quelques colverts, mais pas de canard d’Amérique, ni de harles couronnés.  L’eau est vraiment très haute aussi.

Il y a cependant une tortue qui attire mon attention sur un rocher, comme l’eau est haute, il n’y a pas beaucoup de rochers hors de l’eau.  Je n’arrive pas à l’identifier sur le moment,  Lors de mes recherches le soir même, j’ai réalisé que c’est une tortue géographique.

Les  deux pattes à l’arrière bien étirées.

Au troisième pont, je vois un couple de harles huppés, ils sont là !!  Je suis tellement contente.  Ils étaient si près et contrairement à l’an passé, la femelle est très active ce qui me permet de réaliser des photos de cette femelle et non juste du mâle.

J’ai tellement de belles photos que j’aurais pu écrire un article que sur eux.

La voici avec un poisson

Le mâle aussi a réussi à prendre un poisson

La femelle a essayé de s’installer sur un des rochers hors de l’eau, sauf qu’elle n’était pas confortable pour s’y coucher, donc, elle n’a finalement pas demeurée longtemps dessus.

Le mâle où l’on distingue sa tête huppée, comme il est beau.

On distingue très bien son bec dentelé après avoir chassé des canards colverts.

Le mâle en faisant sa parade nuptiale, j’ai pris cette photo à la fin de cette parade.

Une photo de cette femelle alors qu’elle était vraiment très près de moi.

Alors que le couple d’harles huppés dormaient, j’ai eu la visite très brève d’un bruant familier, le temps d’une pose.

Sur un tronc d’arbre dans l’eau, il y avait également une autre tortue, selon mes recherches, c’est une tortue à oreille rouge.

En revenant vers le second pont, il y a un canard chipeau.  J’ai le bonheur de faire quelques photos avant qu’il se cache parmi les herbes.

Entre le second pont et le premier, je vois également un grand héron.  J’ai plusieurs photos de grand héron, mais, c’est toujours un plaisir de les observer et les photographier encore et encore.

Alors qu’il essaie de prendre un poisson en se promenant très doucement dans l’eau.

En vol, afin de s’approcher du bord, dans l’espoir d’avoir plus de chance pour pêcher.

Ce qui complète ma superbe journée aux Rapides de Lasalle.

Je finis donc avec 63 espèces dont 3 lifers.

Publicités

J’ai appris la présence d’un nid de Pygargue à tête blanche dans la région de Godmanchester, sans compter un nid de balbuzard pêcheur sur un silo.  Il ne fait pas très beau, le soleil ne fait pas partie de la journée, mais je garde espoir car il devrait arriver.

Je me rends sur le rang en question pour repérer le pygargue à tête blanche.

Présentement, je ne vois pas son nid, par contre, je vois le pygargue sur une belle branche, bien dégagé, malgré qu’il est loin.

Sur l’arbre à côté, c’est là que se trouve le nid.  J’ai fait une photo juste comme souvenir de cette merveilleuse observation.

En faisant d’autres rangs, j’aperçois le nid du Balbuzard pêcheur sur un silo.  Malgré le ciel nuageux, je les prends en photo, ils sont trop beaux.

Le couple sur le nid.

Alors qu’un des deux décide de s’envoler avec quelque chose dans ses serres.

Alors qu’un des deux arrive avec de quoi faire le nid, du moins, je pense.

Cette dernière où il attend son conjoint ou conjointe.

Sur un autre rang, j’ai vu un autre nid de Balbuzard pêcheur, encore sur un silo, par contre, impossible de faire une photo, le silo est plus loin et surtout, contre-jour.

En continuant de faire des rangs à la recherche d’oiseaux, je vois mon premier bruant familier cette année.  Dommage pour le ciel, mais l’oiseau est superbe, c’est un bruant que j’aime beaucoup avec sa calotte rousse.

Je reviens vers le premier rang, au cas où le pygargue à tête blanche serait plus près ou en vol, malgré ce ciel blanc.

Mais non, ils sont encore très loin.

En remontant le rang lentement, je vois un beau bruant à gorge blanche !  Les couleurs sont si vives au printemps, je prends le temps de l’observer et attendre ma chance de le photographier.

Alors qu’il a trouvé une graine à manger dans l’herbe se trouvant devant lui.

D’une allure si fière avec ses belles couleurs qui le distingue très bien.

Dans le champ, un peu plus haut, il y a un pluvier kildir.  J’ai eu plusieurs occasions de le photographier cette année, mais l’environnement est différent, je le prends donc en photo.

Il y a des oiseaux que je photographie ainsi, d’année en année, à chaque fois que je le rencontre.

 

Avec ses plumes ébouriffées, j’adore le prendre ainsi.

Où l’on distingue très bien ce qui caractérise le pluvier kildir, soit les deux colliers

Comme il était seul, je n’ai pas pu le photographier avec le croupion orange, il ne l’a pas montré du tout.

Le soleil est sorti alors que je mangeais pour se cacher aussitôt.  A mon départ, il commençait à faire son apparition.

J’ai déjà connu de meilleurs printemps que celui-ci.

Je termine ainsi cette journée avec 57 espèces dont 3 lifers.

Bic – 21 mai 2016

Je suis en vacance pour une semaine !  Je commence la longue fin de semaine du Bic jusqu’à Pointe-au-Père, je reviendrai par la région de Québec par la suite.

Au Bic, au Belvédère Raoul-Roy, il y a de nombreux oiseaux de proie qui passent à ce temps-ci de l’année. Bien que je ne suis pas très bonne pour les oiseaux en vol, je me dis que c’est en pratiquant que je vais m’améliorer.

C’est une journée très chaude pour le mois de mai, il y a plusieurs observateurs et photographes qui comme moi, attendent qu’un oiseau de proie s’approche.

Juste devant moi, alors que nous sommes plus haut que les arbres, sur la pointe d’un conifère, un beau Geai bleu vient s’installer et se laisse photographier à souhait.

geai-bleu-_mg_3387

De l’autre côté, vers le stationnement, quelques Parulines tigrées viennent également dans les conifères, je n’ai le temps que d’une photo avant que le groupe vole vers une autre direction.

paruline-tigree-_mg_3392

Tout au long de la journée, il y a plusieurs Eperviers bruns qui viennent très près, sauf qu’ils sortent rapidement d’un endroit, je n’ai pas le temps de les prendre en photo.  Ils sont vraiment très rapides et imprévisibles.

J’arrive malgré tout à en prendre un plus loin.

epervier-brun-_mg_3485

Puis vint le tour de la Buse à queue rousse.

Assez haute dans le ciel, j’ai quand même réussie à la photographier sans devoir trop recadrer.

buse-a-queue-rousse-_mg_3531

Plusieurs oiseaux de proie sont passés, mais trop loin pour les prendre en photo, ou contre-jour.

Sur l’heure du diner, je n’étais pas prête lorsqu’une petite buse est passée près de nous.

Dommage, c’aurait été un lifer pour moi.

A la fin de la journée, c’est un bruant familier qui fut le dernier oiseau à se laisser photographier.

bruant-familier-_mg_3565

Après le souper, je suis allée au Bic pour essayer de faire le coucher de soleil.

Il n’y avait pas assez de nuages, donc, pas de couleurs dans le ciel.

J’aime malgré tout cette photo que j’ai prise dans l’espoir d’avoir des couleurs.

coucher-de-soleil-bic_mg_3683

Ce n’est que partie remise, il me reste quelques jours pour avoir la chance d’avoir un beau coucher de soleil.

Je termine donc cette magnifique et chaude journée avec 105 espèces dont 9 lifers.

Je décide aujourd’hui d’aller au jardin botanique de Montréal.  Durant la semaine, un couple de fuligule à collier est présent, j’espère qu’il le sera encore aujourd’hui.

J’arrive tôt et je me dirige lentement vers les étangs d’eau du jardin, portant attention aux nouveaux chants, il y a plusieurs oiseaux qui sont arrivés soit pour passer l’été avec nous ou d’autres qui ne sont que de passage uniquement.

J’entends le chant du bruant familier, ça faisait longtemps que je ne l’avais pas entendu. Très joli avec son capuchon roux.

Comme tous les bruants, il se tient au sol pour se nourrir, d’où la réalisation de cette photo.

Bruant familier_MG_9418

En continuant, je vois un beau merle d’Amérique au jardin chinois.  Je n’ai pu m’empêcher de le photographier.

Merle d'Amérique _MG_9460

J’ai vu des tarins des pins, ils étaient sur la terre mouillée, je n’ai pas réussi de photos, ils bougeaient trop, faut dire qu’à cette heure-là, il y avait beaucoup d’insectes.

Rendue aux étangs, je vois les fuligules à collier, cependant trop loin pour l’instant, je m’installe et j’attends qu’ils reviennent plus près.

Pendant ce temps, les hirondelles bicolores commencent déjà à choisir leurs cabanes pour y faire leurs nids.

Voici une hirondelle bicolore qui a réservée sa cabane et la défendait si une autre hirondelle essayait de venir la lui prendre.

Hirondelle bicolore _MG_9594

Les fuligules à collier ont commencés à s’approcher.

J’ai fait la sélection de ces 3 photos soit le couple ensemble.

Fuligule à collier _MG_9558

La femelle qui bat des ailes après son nettoyage matinal.

Fuligule à collier _MG_9673

Le mâle dans ses belles couleurs du printemps et ses beaux reflets selon l’angle du soleil. Il est vraiment magnifique avec le roux dans le cou.

Fuligule à collier_MG_9754

Pendant que je photographie les fuligules à collier, un martin-pêcheur d’Amérique passe d’un étang à l’autre et me titille.

Je décide alors de m’installer à un endroit propice au second étang afin de le prendre en photo.

Il était sur la perche, à regret, il l’a quitté aussitôt, si bien que je n’ai pas de photos sur la perche, mais je l’ai en vol, j’ai eu le temps de faire le focus à ce moment-là.

Martin pêcheur_MG_0277

Il réussit à prendre un poisson et il s’est posé sur le toit d’une cabane d’hirondelle afin de le déguster.

Martin pêcheur _MG_9773

Je suis demeurée un moment dans l’attente de revoir le martin-pêcheur plus près, mais non, je n’ai pas eu cette chance.

Durant cette attente, un beau canard colvert mâle est venu sur cet étang, avec la couleur de l’eau et le reflet, je l’ai donc pris en photo.

Canard colvert_MG_9807

J’ai souvent cette chance car malgré que j’attends un oiseau précis, j’ai des belles surprises de la nature, il faut juste rester attentif et ouvert à ce qui nous entoure.

En me promenant dans le bois autour des étangs, il y a beaucoup d’oiseaux comme des bruants à gorge blanches, bruants fauves, cependant, trop à l’ombre pour les photographier.

Parmi ces oiseaux, il y a une grive solitaire.  Les fruits rouges des arbres sont tombés par terre car les jaseurs d’Amérique en ont échappés beaucoup.

Voici donc la photo d’une grive solitaire avec un de ces fruits rouges pour se régaler.

Grive solitaire_MG_9967

Non loin de cette grive, il y a de petits arbustes et petits conifères, c’est dans un de ceux-ci que j’ai eu la chance de prendre cette photo d’un roitelet à couronne rubis.  Difficile à prendre en photo, ils bougent sans cesse, pire que les différentes parulines.

Dans l’angle qu’il était, je n’ai pu prendre le rouge sur sa tête, à regret.

Roitelet à couronne rubis _MG_9992

Je marche dans les bois, non loin des étangs, jusqu’au moment où je vois un grand pic au pied d’un arbre.  Les gens passent à côté de lui, il reste là.

J’approche donc pour le prendre en photo.

Je ne peux le prendre complètement dégagé, c’est le printemps et il y a plein de repousses au sol.  Cette femelle semble très heureuse de ce qu’elle trouve dans cet arbre pour demeurer là.

Grand pic _MG_0078

Voici un portrait de cette femelle.

Je n’ai pas vu de mâles dans les alentours.

Grand pic _MG_0125

Je laisse donc ce grand pic et pour être certaine de ne pas le déranger, je passe par un autre sentier.

Au pied d’un arbre, un oiseau attire mon regard, c’est bel et bien un grimpereau brun !

Je m’installe et je réussis à le prendre en photo, j’étais dans le bon angle de lumière.

Pas facile de le suivre, je suis très contente de l’avoir réussi aussi clair.

Grimpereau brun_MG_0248

J’ai vu beaucoup d’oiseaux, j’ai réussi à photographier une dizaine d’espèces, sans compter les espèces dont les photos ne sont pas bonnes, mais que j’ai tout de même eu l’occasion d’observer comme une paruline à couronne rousse.

Au niveau des jaseurs d’Amérique, je n’ai pu trouver de bons angles du soleil pour les photographier, ils étaient nombreux.

J’ai vu également un renard attaqué une bernache du Canada, ma photo n’a pas aussi bien sortie que je le pensais lors de la prise de vue.  La bernache a su très bien se défendre, le renard est parti dans son coin assez vite.

Le soir, j’ai pu voir les renardeaux, mais je n’avais pas l’objectif pour les prendre en photo, sans compter que l’angle du soleil n’était pas correct. Beaucoup trop d’ombres.

Je termine cette merveilleuse journée avec 78 espèces dont 6 lifers et le coeur rempli de joie.

Encore une journée très chaude et avec une humidité élevée.  Je décide de retourner au Parc Michel Chartrand tôt le matin et faire comme hier, revenir à l’air climatisé en début d’après-midi.

En arrivant, je m’aperçois que les juvéniles Pluviers Kildirs sont actifs. Ils doivent se rendre compte qu’il fera très chaud encore aujourd’hui et ils en profitent pendant que c’est légèrement plus frais.

Je m’installe et je commence à les photographier.

Voici la mère, jamais loin des petits

Pluvier kildir _MG_8367

Voici la photo d’un des juvéniles.  Ils sont vraiment très chétifs.

Pluvier kildir _MG_8399

Ils se dirigent où est l’ombre, je les comprends !!! Pas de photos de famille !

Je suis le chemin où on m’a dit que le Passerin indigo avait été vu.  Je m’installe et j’attends en observant et écoutant les sons autour de moi.

Furtivement, ce Pioui de l’Est est venu l’espace de 2 photos et il est reparti aussi vite, sans aucun bruit et sans son.

Pioui de l'Est _MG_8480

C’est la première fois que je vois un Pioui de l’Est dans ce parc.  C’est également la première fois que je vois un Pioui sans chanter son nom, si bien, que je me demandais si c’était vraiment un Pioui de l’Est ou un Moucherolle des Saules ou des Aulnes.

Mon frère fût le premier à me confirmer qu’il s’agissait bien d’un Pioui de l’Est ainsi qu’une personne sur le site où j’ai demande l’aide à l’identification.

Par la suite, assez loin, j’entends un troglodyte familier.  Il est très en voix lui !!

Je le repère et je prends une photo, malgré la distance.

Troglodyte familier _MG_8454

Aucun signe du Passerin indigo et il commence à faire de plus en plus chaud.  Je vais faire une dernière tournée près des mangeoires.

Pas tellement loin, je vois un Jaseur d’Amérique, je prends alors cette photo.

Jaseur d'Amérique _MG_8513

Dans les chardons, il y a quelques chardonnerets jaunes, dont celui-ci qui a bien voulu coopérer pour cette jolie photo

Chardonneret jaune _MG_8545

Je m’asseois à une table de pique-nique près de la mangeoire, un peu à l’ombre enfin.

Je vois des Merlebleus de l’Est avec leurs petits.

Je photographie un des parents avec un juvénile sur le fil électrique

Merlebleu de l'Est _MG_8601

A ma surprise, sur la table de pique-nique voisine, le Merlebleu de l’Est est dessus, d’où cette photo

Merlebleu de l'Est _MG_8660

Non loin des mangeoires, il y a un vacher à tête brune qui cherche quelque chose à manger.  Il retourne les feuilles comme les bruants font.

C’est un jeune de cette année, il commence à avoir légèrement ses couleurs d’adulte.

Vacher à tête brune _MG_8638

Au pied des mangeoires, il y a plusieurs bruants familiers.

Pas facile de les photographier sur le gazon, l’autofocus prends souvent une brindille d’herbe au lieu du bruant, d’où la majeure partie des photos vont à la poubelle.

Voici une des photos où l’on remarque très bien sa calotte rousse.

Bruant familier _MG_8777

Cette dernière est la photo d’un immature bruant familier, sa calotte n’est pas encore rousse.

Bruant familier _MG_8774

Il arrive près de midi, la chaleur est si intense que j’en ai mal au coeur, je reviens à l’air climatisé, le coeur gros d’abandonner une si belle journée ensoleillée et être en compagnie de mes amis ailés.

Je termine cette courte journée avec 112 espèces dont 9 lifers

 

St-Lazare – 8 mai 2015

C’est une superbe belle journée, faut en profiter car les prochains jours, ils annoncent de la pluie !

Je décide d’aller à St-Lazare, où une sturnelle des prés a été vue cette semaine, et j’espère avoir la chance de la photographier.

A mon arrivée, je l’ai repéré, mais elle était loin dans le champ. Je prend toutefois quelques photos, je demeure dans l’auto avec un coussin de fenêtre pour y stabiliser mon objectif, il ne me reste qu’à attendre de voir si l’oiseau viendra plus près ou non.

Je remarque aussi quelques goglus des prés, si loin, que je ne peux réaliser de photos.

Je vois la sturnelle des prés s’envoler. Elle vient vers moi,  je suis vraiment chanceuse, elle est à quelques pieds seulement de l’auto, à ma hauteur. Je n’aurais pu espérer mieux !

J’en profite pour réaliser quelques photos, dont celle-ci

Sturnelle des prés IMG_9198

Un peu plus loin, il y a un petit boisé, j’y entends un oiseau que je n’ai jamais vu, mais que je reconnais son chant soit la paruline couronnée.

Comme c’est un chemin qui n’est pas très passant, je décide d’y rester dans l’espoir cette fois-ci, de la voir et non seulement l’entendre.

C’est vraiment ma journée de chance, elle vient sur les branches des premiers arbres bordant la route.  J’ai donc pu réaliser quelques photos pendant qu’elle chantait. C’est un lifer pour moi !!

Celle-ci est de face, on peut donc bien distinguer sur la poitrine et les flancs ses grosses rayures, et sur la tête, une des deux rayures ainsi que le cercle oculaire blanc.

Paruline couronnée IMG_9250

De côté, on voit les rayures sur le flanc et malheureusement, pas les rayures sur sa tête.

Paruline couronnée IMG_9264

Durant le temps où j’attends que la paruline se pose sur une belle branche non contre-jour, j’ai également un pic flamboyant qui est venu faire un petit tour.

Il est si près, seul un portrait est réalisable car je ne veux pas bouger et le faire fuir.

Pic flamboyant IMG_9223

Dernière espèce de cette belle journée, le bruant familier

Bruant familier IMG_9305

J’aime beaucoup ce bruant avec sa calotte rousse, il est si beau !

Je termine donc ma journée avec 65 espèce dont 3 lifers maintenant puisque j’ai vu et photographié enfin une paruline couronnée.

La veille, j’ai regardé la météo, et nous devions avoir une magnifique journée.  Je me lève, c’est très nuageux à l’extérieur. Bon, ça va surement se dégager, je pars car la météo indique toujours qu’il fera très beau.

Je me rend donc au Parc du Mont-Royal, je me stationne, et là j’hésite totalement. Les nuages sont épais, noirs, et tout à coup, il y a même une averse.

Je me demandais ce que je faisais là avec mon appareil photo !!!

C’est très venteux en plus, très frisquet à l’extérieur.

Quand à être là, je décide d’aller tout près du chalet, pas trop loin du stationnement, et pas trop loin d’un abri au cas où.

J’ai bien fait, car j’ai la chance de photographier un grimpereau brun. En plus, le temps s’éclaircit, ce qui me donne assez de lumières pour bien le figer et j’ai un ciel bleu à l’arrière ! Qui aurait cru !!!

Voici donc mes photos du grimpereau brun

Grimpereau brun

 

Grimpereau brun

 

Comme le beau temps est arrivé et qu’il fait chaud, j’ai continué ma randonnée.

Il n’y a pas beaucoup d’oiseaux, c’est surtout les grimpereaux bruns que j’ai eu la chance de voir un peu partout.

Après le diner, j’ai eu la visite d’un bruant familier.

Ce n’est pas ma meilleure photo, car j’étais quand même assez loin de lui, sans compter qu’il se tenait dans les branches, mais tout de même, j’aime bien celle-ci.

Bruant familier

Et les nuages sont de retour !! 😦

Je me dépêche pour revenir, car je suis assez loin maintenant du stationnement.

J’ai juste le temps de mettre à l’abri mon appareil photo dans l’auto, qu’il se met à pleuvoir.

Je termine cette journée avec 34 espèces de photographiés dont 6 lifers, heureuse malgré tout de ma journée et surtout de ne pas m’avoir écouté le matin et d’être revenue à la maison. Je n’aurais pas ces merveilleuses photos du grimpereau brun !! 🙂