Tag Archive: Boisé Langevin


Durant la nuit, il y a eu accumulation de neige sur les arbres, c’est féerique !!

Je cherche un endroit pour faire de la photo car au lieu de faire des oiseaux, j’avais le goût de faire du paysage afin de montrer cette beauté de la nature qui m’enchantait.

Ensuite, j’ai pensé que ce serait joli des oiseaux sur des branches enneigées, donc, avant que le soleil et le vent se lèvent, je décide de faire des oiseaux et ensuite, du paysage.

Au boisé Langevin, c’est pas loin de chez-moi et habituellement, il y a de beaux oiseaux, je tente ma chance.

En arrivant, sur le sentier du début, il y a un beau cardinal rouge qui est là, c’est ma première photo.

A ma surprise, il ne semble pas y avoir autant de neige sur les branches.  Je pense que les oiseaux ont commencés à l’enlever soit en s’abreuvant, ou à force de se poser sur la branche en question.  On remarque que le cardinal a justement de la neige sur son bec.

Bien entendu, les mésanges à tête noire sont présentes, surtout qu’une mangeoire a été installée sur ce sentier.

J’ai eu le temps de prendre cette photo avant qu’elle puisse aller dans la mangeoire.

Je décide d’aller vers les arbres fruitiers, dans l’espoir d’y trouver quelques oiseaux sur des branches enneigées et avec des fruits.

Surprise !!  Il n’y a presque plus de fruits dans les arbres, j’ai dû manquer l’arrivée des Jaseurs boréals selon moi ou les merles d’Amérique et étourneaux sansonnets les ont tous mangés.

Si bien que du côté où il y avait beaucoup de neige sur les branches, aucun oiseau.

En allant plus loin, j’ai vu un arbre avec plusieurs merles d’Amérique, peu de fruits et comme cet arbre est dégagé, il y a aussi moins de neige sur les branches.

J’ai quand même pu réaliser quelques photos des merles d’Amérique essayant de se nourrir des derniers fruits puisque cette neige les empêche de se nourrir de vers de terre.

Prêt à manger le seul fruit qui reste sur cette branche.

Soit qu’il défend son fruit ou appelle sa conjointe 🙂

Selon les couleurs plus pâles, je pense que c’est sa conjointe ou un immature.

Comme le vent s’est levé, je décide de revenir car j’ai l’impression d’être dans une tempête car la neige sur les branches déclenche de la poudrerie.

En revenant, près de la mangeoire, je vois un chardonneret jaune.  Je n’ai pas eu la chance d’en photographier beaucoup cet hiver, bien qu’ils ont été très présents dans ma cour.

Près d’un pin, ce qui donne un bel environnement, on voit qu’il commence à changer son plumage pour obtenir les couleurs d’été.

Sur une belle branche, bien dégagé

Comme la mangeoire ne lui semblait pas accessible, le voici dans la neige, à la recherche de graines de tournesol.

Pour finaliser cette journée, il y avait aussi un junco ardoisé très intéressé par les graines de tournesol dans la neige.

Il est trop tard pour penser faire du paysage car avec le vent, les branches n’ont plus cette belle neige lors de mon réveil.  Je conserve donc le tout en souvenir.

Je termine cette courte journée avec 43 espèces dont 2 lifers.

Après le travail, je me suis rendue au Parc de la Frayère pour observer et faire de la photographie d’oiseaux.

C’est une belle fin d’après-midi, je verrai ce que j’aurai comme surprise.

Contrairement à la semaine dernière, je me concentre plus vers le boisé Langevin que sur le balbuzard pêcheur au marais, bien que je ne me lasse jamais de voir leur technique de pêche pour se nourrir, cependant, de nouvelles parulines ont été vues et j’ai l’espoir de les voir moi aussi.

En arrivant dans le boisé Langevin, je vois une paruline bleue mâle !!! À l’Ile St-Bernard, je regrettais de ne pas avoir vu le mâle, c’est chose faite maintenant.

J’arrive à faire quelques photos car elle était un peu à l’ombre et bougeait fréquemment.

Une des photos sur une belle branche, pas trop haute.

paruline-bleue-_mg_3012

L’autre, dans le même environnement, mais de position différente.  J’ai un reflet du soleil sur sa queue, ou c’était une petite branche qui l’empêche d’être claire.

paruline-bleue-_mg_3016

Non loin de là, je vois tout au haut d’un sapin, une paruline tigrée.  C’est un lifer pour moi !!

Elle est haute, je suis toute de même très heureuse d’avoir pu la photographier.

paruline-tigree-_mg_3028

En sortant du boisé Langevin, alors que j’attendais pour traverser la rue, je vois un cardinal rouge.  Trop beau, je le prends en photo.

cardinal-rouge-_mg_3075

Cette photo alors qu’il semble vouloir s’envoler vers un autre endroit.

cardinal-rouge-_mg_3078

Au Parc de la Frayère, j’ai moins de luminosité, j’ai passé plus de temps au boisé Langevin, si bien que finalement, c’est une souris des champs que je réussis à prendre en photo.

souris-des-champs-_mg_3113

Un oiseau de proie aurait bien été content de la voir si dégagée.

C’est déjà fini !

Je termine cette courte soirée de photographie avec 101 espèces dont 9 lifers et très heureuse !

C’est une journée extrêmement froide, très ensoleillée, je n’ai pas resté longtemps à l’extérieur !!

Donc, comme dans la forêt ou un boisé, on ressent moins l’effet du vent, c’est là que je décide d’aller, j’ai toujours mes 3 doigts gelés du 31 janvier dernier, qui ne se sont pas encore replacés entièrement.

Je me dirige vers les arbres fruitiers pour voir s’il reste des jaseurs boréals.

Quelle chance, j’arrive et ils sont déjà là en train d’essayer de manger les derniers fruits.  Ces fruits sont si secs, qu’ils ont de la misère à l’avaler.

Voici mes meilleures photos de ces jaseurs boréals que je n’avais pas eu la chance de revoir depuis 2010 et qui sont sur ma liste des oiseaux que j’espérais reprendre en 2015.

Jaseur boréal IMG_4574

En train de prendre un fruit

Jaseur boréal IMG_4693

Et cette dernière photo, alors qu’il a la queue retroussée et prêt à aller reprendre un autre fruit.

Jaseur boréal IMG_4690

Il n’y avait pas que des jaseurs qui dégustaient ces fruits secs, mais également des Merles d’Amérique.  Eh oui, je n’ai pu m’empêcher de les prendre également en photo.

Avec les ailes ouvertes pour aller se choisir un fruit

Merle d'Amérique IMG_4862

Et se tenant au haut de la grappe de fruit

Merle d'Amérique IMG_4721

Je suis toujours surprise de voir autant d’agilité chez les oiseaux, aussi grands qu’ils soient, ils arrivent à se tenir sur de très petites branches.

Pendant que ma concentration était sur les oiseaux et prendre les plus belles photos, je n’ai presque pas senti le froid, jusqu’au moment où je n’arrivais plus à peser sur mon déclencheur de mon appareil-photo, ayant les doigts trop gelés.

J’ai alors regardé si j’avais de belles photos, et dans l’affirmatif, j’ai décidé qu’il était alors temps d’aller prendre un bon café et se réchauffer au chaud.

Je n’ai jamais eu aussi froid que depuis le début de 2015.

Je termine cette froide journée avec 33 espèces.

 

 

 

Durant la semaine, nous avions entendu dire qu’il y avait un Tarin des pins au Boisé Langevin, comme je n’ai jamais eu l’occasion d’en photographier, car les seuls que j’avais vu, c’était dans le coin de Nicolet, et il se tenait tellement haut dans les arbres, je n’ai pas tenté de les photographier.

Donc, c’était le but premier de ma visite bien entendu, mais je sais que l’hiver, il y a beaucoup de nos beaux oiseaux dans ce boisé.

Je n’ai pas été déçue encore une fois de plus.  Il y avait une belle branche où les oiseaux venaient à tour de rôle, qui n’était pas très loin d’une mangeoire improvisée par une personne qui se faisait un plaisir de les nourrir durant ces froids d’hiver.

Dès mon arrivée, plusieurs cardinaux se tenaient près de ces mangeoires, me permettant de faire de super beaux clichés d’assez près.

Je commence donc par cette belle femelle, qui est beaucoup moins farouche que le mâle et qui descend la première sur la branche en question.

Cardinal rouge

Bien entendu, le mâle n’était pas très loin, une fois qu’il a vu que la femelle venait sans danger, il a commencé à faire son tour lui aussi.

Cardinal rouge

Puis arriva notre vedette, le tarin des pins. C’était pour moi un lifer de pouvoir le photographier et bien l’identifier.

Tarin des pins

 

Il ressemble tellement au chardonneret jaune dans ses couleurs d’hiver, même grosseur et même shape, qu’il faut porter une attention particulière pour le différencier. En plus, il se tenait avec ces chardonnerets, il faut reconnaitre rapidement la différence entre les 2 espèces, soit le dessous entièrement rayé de brun, du jaune sur les ailes et la tête brune.

J’ai eu bien sur l’occasion de photographier également un chardonneret jaune, dans ses couleurs hivernales, qui m’a aidé à bien reconnaitre les différences avec le Tarin des pins.

Chardonneret jaune

 

J’avoue qu’au départ, j’ai pensé que c’était la femelle du Tarin, tellement elle lui ressemblait, à part de n’avoir aucune rayure sur le dessous, mais mes livres me confirment bien un chardonneret jaune, puisque la femelle du Tarin est identique au mâle.

Peu importe où nous allons dans la forêt, on rencontre toujours la mésange à tête noire !  Eh oui, encore une fois, elle voulait qu’on la prenne en photo, un vrai top modèle, mais faut être rapide, car il ne reste pas longtemps sur la branche en question.

Mésange à tête noire

 

On voit et entends également très souvent la sittelle à poitrine blanche.  Contrairement aux autres oiseaux, ce n’était pas la branche qui l’intéressait, je l’ai eu sur un tronc d’arbre où des personnes avaient mis quelques graines de tournesol.  Donc, sans aucune hésitation, c’est sur ce tronc qu’elle allait directement.

Sittelle à poitrine blanche

 

Et pour terminer cette journée, quelques tourterelles tristes sont venus faire leur tour.

Tourterelle triste

 

Je n’avais plus beaucoup de lumières.  L’hiver, le temps de la photo dure moins longtemps qu’en été.

J’ai dû, avec cette dernière photo, comprendre que c’était la fin de ma journée.

Une très belle journée bien remplie, et heureuse d’avoir eu mon tarin des pins qui sont si rares dans ma région.

Je finis donc ma journée avec 20 espèces d’oiseaux photographiés dont 3 lifers.