Tag Archive: Bernache du Canada


Laval – 13 mars 2016

Par une très belle journée, je me suis rendue à Laval où un couple d’Arlequin plongeur a été vu au cours de la semaine.

En 2015, j’avais réussi des photos très proches par la piste cyclable, mais c’était une journée nuageuse, donc, je m’essaie avec une journée ensoleillée.

En arrivant au stationnement, je repère la femelle.  Je m’installe et peu de temps après, je vois le mâle arriver.  Ils se tiennent beaucoup plus loin qu’en 2015 à regret et la luminosité n’est pas à son meilleur présentement.

Le mâle chasse les bernaches et revient plus tard.

Le femelle étant trop loin, je prends la photo du mâle qui s’est quelque peu approché en voulant faire fuir une bernache.

Arlequin plongeur _MG_4418

Malheureusement, lorsque la luminosité fut parfaite, je n’ai pas revu le couple revenir.

C’est la belle période également pour prendre des bernaches en vol, ils arrivent par groupe de plusieurs individus.

Je réalise donc cette photo avec un groupe de 4 bernaches du Canada.

Bernache du Canada _MG_4495

Je prends également la photo d’une des bernaches que l’Arlequin plongeur a fait fuir.

Bernache du Canada _MG_4510

Au loin, il y avait aussi des canards colverts.  J’ai pris la photo d’une femelle qui s’envole.

Canard colvert _MG_4555

Dans mon attente et espoir de voir revenir l’Arlequin plongeur, une surprise arrive dans le bassin d’eau soit une sarcelle à ailes bleues.

J’ai pris deux photos malgré qu’elle n’était pas très près.

Avec les ailes ouvertes mettant en évidence son miroir bleu

Sarcelle à ailes bleues_MG_4536

Alors qu’elle se trouvait près de la fin de la neige et glace de l’autre côté du bassin.

Sarcelle a ailes bleues _MG_4545

Plus l’après-midi avance, moins j’ai d’espoir que le couple revienne puisque le bassin devient de plus en plus occupé par les bernaches et que lors de la dernière chasse, le mâle a appelé sa femelle pour le suivre.

Je décide de revenir, heureuse d’avoir pu observer encore ce si beau canard qu’on voit si rarement dans ma région.

Je termine donc cette belle journée avec 43 espèces dont 3 lifers.

Je décide aujourd’hui d’aller aux Rapides de Lasalle. Je devrais être en Gaspésie, mais ils reçoivent durant 2 à 3 jours beaucoup de pluie soit la queue d’un ouragan dont je ne me souviens plus du nom.  Donc, j’ai décidé de faire de la photographie dans ma région !

Quand j’arrive, à la hauteur du deuxième pont, il y a un harle couronné qui se promène tranquillement sur l’eau.

Harle couronné _MG_4039

Ensuit il a commencé à plonger dans l’eau afin de trouver son déjeuner. Il a réussi à prendre un écrevisse !

Harle couronné _MG_3996

Je poursuis mon chemin jusqu’à ce qu’un cri d’oiseau m’arrête.  J’essaie de le trouver et voir de quel oiseau il s’agit.  Je continue de quelques pieds pour me rendre compte que c’est une oriole de Baltimore immature qui appelle ses parents.

Il est au-dessus d’une petite haie, très à vue, je m’éloigne car avec mon objectif, je suis trop près et je fais quelques photos.

Oriole de Baltimore_MG_6659

Voici la seconde photo

Oriole de Baltimore _MG_6706

En continuant mon chemin pour aller à la pointe, mon regard s’arrête sur un oiseau dans une posture spéciale, je place mon appareil photo pour réaliser que c’est un goéland marin qui nage avec un gros poisson dans son bec.

Goéland marin _MG_4136

Il réussit à se rendre sur un petit rocher sortant de l’eau pour pouvoir commencer à le déguster.

Goéland marin _MG_4152

Cependant, sur ce rocher, il y a du courant, si bien que le goéland doit toujours surveiller son poisson pour qu’il ne reparte pas à l’eau.

Avec son bec, il ramène le poisson sur le petit rocher.

Goéland marin _MG_4246

Il continue de manger son poisson, mais ce ne fût pas de tout repos.  Sur le petit rocher avec le courant d’eau, le goéland marin craint toujours de perdre son poisson et reste en alerte pour le remonter.

Goéland marin _MG_4205

Il a fait ce manège près de 45 minutes facilement, jusqu’à temps où le poisson fût moins lourd, donc plus facile à transporter à un meilleur endroit.

En revenant vers le premier pont, je vois un chevalier grivelé. Il est resté à se nourrir durant quelques minutes où j’ai pris cette photo.  Facile à reconnaître, car il hoche la queue régulièrement.

Chevalier grivelé _MG_4449

Ce fût le tour du canard d’Amérique de venir assez près pour une belle photo

Canard d'Amérique _MG_4542

Une bernache se promenait également dans la région du pont numéro deux, je n’ai pu faire autrement que de la photographier !

Bernache du Canada_MG_4476

En retournant vers la pointe, j’ai vu enfin une Grande aigrette !!!

Contrairement aux années antérieures, je n’ai pas vu de Grande aigrette au Parc de la frayère, jusqu’à cet instant, je commençais également à penser que je n’en verrais pas ici non plus. Heureusement, elle était là… si élégante, à se laisser photographier à souhait.

Voici mes deux photos préférées

Dans les herbes

Grande aigrette _MG_6535Marchant délicatement dans l’eau, à l’affût d’un poisson qui passera trop près d’elle afin de le déguster.

Grande aigrette _MG_4658

Dans l’eau, je vois un vison d’Amérique qui nage et vient vers la rive où je me trouve, j’ai donc le temps de le photographier dans l’eau, une fois sur la rive, je ne l’ai pas revu !

Vison d'Amérique _MG_4099

A la pointe, j’essaie avec les sternes pierregarins à les photographier en vol, ce qui n’est pas toujours évident.

J’ai jetée beaucoup plus de photos que j’ai pu en conserver, malgré tout, je suis fière d’avoir réussie au moins quelques photos.

Sterne pierregarin _MG_6741

Ainsi que celle-ci, un peu plus basse, près de l’eau

Sterne pierregarin _MG_6749Il y avait également un bruant chanteur dans les arbustes en train de prendre beaucoup d’insectes, c’est clair qu’il a une famille à nourrir !

Bruant chanteur _MG_6790

C’est avec ce bruant que prend fin ma journée de photographie !

Je ne regrette aucunement mon choix d’être restée dans ma région, j’ai pu observer et photographier des oiseaux avec des comportements que je n’ai jamais vu auparavant, comme le goéland et son immense poisson !!

Ce qui me fait maintenant 101 espèces dont 6 lifers pour 2015.

 

L’ile Bizard – 23 mai 2015

Je décide aujourd’hui d’aller à l’Ile Bizard.  L’an passé, les ponts des deux marais que je visite n’étaient pas réparés, ce qui fait que je n’ai pas pu y aller à ma guise.

Depuis que j’y suis allé cette année, où j’ai photographié le butor d’Amérique, j’ai bien vu que nous pouvions facilement faire la randonnée de ces deux marais sans problème, donc, me revoici pour voir s’il y a plus d’oiseaux sur les marais qu’au Parc de la frayère.

C’est jamais évident le matin de choisir un endroit où aller, j’ai tellement d’endroits et trop peu de temps, car je suis limitée à la fin de semaine, si dame nature nous donne du beau temps !! 🙂

En arrivant, il y a sur un tronc d’arbre dans le marais, des sternes pierregarins. Ils sont trois.

Comme à tous les printemps, le sterne mâles doit pêcher et apporter beaucoup de poissons à la femelle avant que celle-ci accepte de devenir sa conjointe. Elle sait que si le mâle peut la nourrir, il sera bon pêcheur lorsque viendra le temps également de nourrir les petits.

Donc, j’ai resté quelques heures à observer et photographier leur comportement.

Ce fut long avant l’échange du premier poisson, la femelle le refusant, ou c »est le mâle qui finalement décide de ne pas le lui donner.

Voici enfin une photo de l’échange du poisson entre le mâle et la femelle

Sterne pierregarin _MG_0085

J’ai pris cette photo alors que cette sterne hésite à s’envoler ou rester sur le tronc !! Elle est restée !! 🙂

Sterne pierregarin _MG_0597

La dernière que j’ai choisi, c’est le mâle qui a un beau poisson, mais n’a pas été l’offrir à la femelle et l’a semble-t-il mangé en s’envolant.

Sterne pierregarin _MG_5432

J’ai d’autres photos que je n’ai pas mis, car l’une d’elles, on voit le mâle offrir le poisson, la femelle, le bec grand ouvert, prête à l’accepter, mais au final, ce que la photo ne montre pas, c’est que le mâle a finalement jeté le poisson à l’eau.

Par la suite, c’est un arrêt obligatoire pour les troglodytes des marais. Je ne suis pas encore arrivée au bon moment, on dirait que le printemps a commencé plus tôt pour eux que pour nous.  Donc, c’est déjà la confection des multiples nids, le troglodyte ne monte plus sur le dessus des quenouilles pour se chercher une conjointe.

Le troglodyte des marais peut créer plusieurs nids afin de déjouer ses prédateurs, de cette façon, on ne peut savoir dans quel nid la femelle va vraiment pondre les oeufs.

Voici une photo que j’ai réussi malgré tout à prendre, lors d’une pause de celui-ci

Troglodyte des marais _MG_0553

Je me dirige maintenant vers le second marais

C’était quelque peu tranquille, beaucoup d’hirondelles, mais sur l’eau, il n’y avait absolument rien.

J’ai donc commencé à prendre une belle hirondelle rustique sur une branche

Hirondelle rustique _MG_0229

Ensuite, il y avait quelques tyrans tritri dont un est venu faire la pose sur une belle branche, comment résister à son invitation ! 🙂

J’aime beaucoup cet oiseau, les poses qu’il fait, c’est toujours un plaisir de le photographier !

Tyran tritri _MG_0279

Puis vint le tour du héron vert !

Il se tenait au fond du marais, ensuite, sur le côté droit, jusqu’à un moment, après une longue attente, il vint dans le marais, sur une branche à hauteur de l’eau d’où il pouvait pêcher à sa guise.

C’est là que j’ai pris les plus belles photos de ce héron vert !

Héron vert _MG_0442

Sur cette même branche, mais il y avait un effet d’eau vert-jaune dans l’eau, j’ai pas pu m’empêcher de prendre la photo !

L’arrière-plan donne un effet différent, malgré qu’il est sur la même branche !!

Héron vert _MG_0469

En revenant vers le premier marais, j’ai vu la famille Bernache du Canada se promenant déjà avec des petits !

Bernache du Canada _MG_9969

Les sternes sont toujours là, en vol, en train de pêcher, une femelle sur le tronc !!

En revenant, dans le boisé, j’ai vu une mésange à tête noire en train de préparer son nid, à moins qu’il y a déjà des bébés.  Elle n’a pas d’insectes dans le bec, je crois que non.

Je n’ai pris qu’une photo, car comme l’arbre est très près du sentier, ne connaissant l’étape où en était rendue cette mésange, j’ai préféré continuer mon chemin en passant de l’autre côté pour ne pas trop la déranger.

Mésange à tête noire _MG_5443

Il y a toujours un endroit inondé au printemps, là, où une année, j’avais vu beaucoup de grimpereaux bruns.

Je n’en vois pas, mais c’est un couple de canard colvert qui se nourrissent et font leurs toilettes pour se faire beaux.

Le mâle est plus dégagé, je fais quelques photos dont celle-ci

Canard colvert _MG_9935

C’est le retour à la maison, après une si belle journée passée à l’extérieur et pouvant observer les oiseaux !

Je termine donc cette journée avec 83 espèces dont 4 lifers.

Lac Boivin – Granby – 3 mai 2015

Une autre belle journée s’annonce, dans ma liste, j’avais mis le pic maculé.  Je connais deux endroits où je sais que je peux le photographier soit Lac Boivin à Granby ou Plaisance près de Gatineau.

Je me décide donc pour le Lac Boivin à Granby, pas trop loin, et j’ai une possibilité pour d’autres oiseaux aussi.

Je prends le même sentier qu’à l’habitude.  A l’arbre où habituellement il y a toujours un couple de Pic flamboyant, j’étais loin de m’attendre à ce que j’ai vu.  Au lieu des pics, c’est un couple d’hirondelle bicolore qui est en train de se creuser un trou afin de se faire un nid dans le bouleau.

Le trou n’est pas très avancé. mais tout de même. Il l’a fait un peu plus haut que celui des pics.

Hirondelle bicolore IMG_9075

Ensuite, ce fut ma rencontre avec le Pic maculé !!! Un de moins sur ma liste !!! Eh oui, j’ai pu faire la photo du mâle alors qu’il creuse un genre de damier sur un arbre, la sève attire les insectes pour mieux nourrir les oisillons, une fois que ceux-ci peuvent sortir du nid, ils réussissent à mieux s’agripper à l’arbre.

C’est vraiment impressionnant de les voir faire et de comprendre la raison.  J’avais eu la chance d’avoir ces pics maculés lors de mon voyage en Abititibi tout près de l’endroit où je campais.

Pic maculé IMG_5235

Je me rends au marais, où je peux observer une bernache du Canada.  Au printemps, il y en a souvent un ou deux couples qui y pondent leurs oeufs, bien camouflés.

Celle-ci n’avait pas l’air d’avoir encore sa tendre moitié.

Bernache du Canada IMG_9117

A cet endroit, surtout au printemps, on y voit de très près les bruants des marais.

Ils montent sur le bout d’une quenouille et chantent afin de se trouver une partenaire.

J’ai donc pu réaliser ces deux photos, alors qu’ils avaient montés tout en haut et qu’ils chantaient.

Une photo de face

Bruant des marais IMG_5260

Une de dos, j’aime beaucoup son plumage du dos

Bruant des marais IMG_5284

C’est l’endroit rêvé aussi pour y voir les canards branchus.  J’étais cependant un peu à contre-jour. Je me suis essayé ne sachant si j’avais une chance de l’avoir plus tard aussi près et dégagé.

C’est donc le mâle que j’ai pu photographier avec toutes ses belles couleurs.

Canard branchu IMG_9144

En continuant mon chemin, c’est un Quiscale bronzé que j’ai vu dans dans un arbre, je n’ai pu m’empêcher de le photographier.

Quiscale bronzé IMG_5331

C’était plus tranquille que je le pensais, peu de paruline, aucune grive, même pas de tyran huppé.

Faudra y revenir plus tard dans l’année.

En quittant les lieux, sur un fil électrique, je vois un cormoran à aigrettes.  Je suis toujours étonnée de voir comment il peut se tenir sur un fil électrique avec ses pattes palmées.

Je n’ai pu m’empêcher de prendre une photo malgré tout, puisque très peu d’oiseaux ou canards avec des palmes réussissent à y être confortable.

Cormoran à aigrettes IMG_5389

Je termine donc cette belle journée avec 61 espèces dont 2 lifers.

 

Comme il fait très beau, je décide de faire 3 endroits selon le temps que j’aurai et ce que je trouverai comme espèce.

Je commence au Parc de la Frayère, à Boucherville, j’espérais voir des parulines ou des roitelets.

Du côté du boisé Langevin, c’est un bruant à gorge blanche que j’ai la chance de photographier car il y en a beaucoup qui mangent en retournant les feuilles pour y trouver des insectes.

Bruant à gorge blanche

Bien entendu, les oiseaux qui nous annoncent le printemps sont très présents, soit les carouges à épaulettes.  J’ai un mâle sur un tronc d’arbre qui ne demande qu’à se faire photographier, pourquoi pas !

Carouge à épaulettes IMG_8795

Egalement, le merle d’Amérique.  Il est en train de se faire un nid, c’est le va-et-vient des matériaux qu’il a besoin et qu’il retrouve un peu partout.

Merle d'Amérique IMG_8746

En ce temps-ci de l’année, sa couleur orange sur le ventre est plus prononcée, du moins, c’est ce que je trouve à comparer de l’hiver où je le trouve plus terne.

J’ai pris un portrait de lui, il est tellement beau, malgré qu’il a mis son bec dans la terre !

Merle d'Amérique IMG_8823

Comme c’est tranquille, je suis partie à Laval où l’an passé, j’ai eu plusieurs grèbes esclavons.

Comme les années se suivent, mais ne ressemblent pas du tout, aucun grèbe, encore là, c’est très tranquille.

J’ai au moins la chance de voir plusieurs canards branchu.  Pour une fois que je ne prends pas la première photo de cet espèce à Granby.

Voici le mâle tout seul

Canard branchu IMG_8907

Accompagné de sa femelle

Canard branchu IMG_8897

Il y avait plusieurs couples et j’ai même eu la chance d’en voir un dans un arbre.  Aucune photo possible cependant, trop loin, je n’ai pas voulu déranger le couple au cas s’ils étaient en train de se trouver un nid d’amour.

Il est tard, je me dirige vers le traversier pour me rendre à l’Ile Bizard.  Je me demande au fond de moi, si ça vaut la peine d’y aller, mais bon, il fait encore très beau, pourquoi pas.

Comme à tous les printemps, c’est la bernache du Canada qui s’installe pour que je fasse ma première photo à cet endroit.

Bernache du Canada IMG_8942

Malgré que nous ne sommes qu’au début du printemps, j’avais déjà vu deux hirondelles bicolores à Baie-du-Febvre alors que les étangs étaient encore gelés, voici que j’en vois tout plein à l’ile Bizard, prêtes elles aussi pour faire leur nid.

Je réalise cette photo alors qu’elle est sur un tronc d’arbre qui sort de l’eau.

Hirondelle bicolore IMG_9035

Sur une branche d’arbre, assez haut et pas vraiment près, je vois mon premier héron vert.

Je le prends en photos malgré tout, ça m’aide à savoir les premières photos de chaque espèce le plus tôt que je réalise. Il n’est pas bien placé puisqu’une branche passe en arrière de lui. Cependant, on peut distinguer les belles couleurs de ce si beau héron ainsi que le détail de ses plumes. Quel bel oiseau !

Héron vert IMG_9047

Pour finir cette journée magnifique, je termine avec un butor d’Amérique !!!

Je n’ai guère eu la chance de pouvoir le photographier souvent, il est très difficile à repérer car il se cache si facilement, sans compter qu’il est assez farouche, donc s’envole au moindre bruit qu’il entend, avant même qu’on ne le voit.

Donc, bien entendu, je ne l’ai pas eu à découvert, mais quand même, j’ai réussi à faire sortir les belles couleurs qu’il a au début du printemps.

Butor d'Amérique IMG_8992

C’est le son qu’il fait pour se chercher une compagne qui l’a trahi et m’a orienté vers lui.  On dirait vraiment d’un évier qui refoule. Une fois que l’on a entendu le son qu’il fait, il est impossible de l’oublier !

Il se confond facilement avec son entourage, c’est pas toujours évident de réussir une photo avec une belle netteté.

Voici la seconde que j’ai pu prendre, où l’on voit les belles couleurs de son corps.  C’est un oiseau magnifique que j’aimerais un jour réussir à prendre dans toute sa plendeur, complètement dégagé et ce, au printemps, car durant l’été, il perd un peu de son éclat. Qui sait, l’année prochaine peut-être !!!

Butor d'Amérique IMG_8978

Quelle belle journée !! Ce fut une journée remplie de surprises, ainsi que de beaux oiseaux !

Heureusement que je suis allée à l’Ile Bizard finalement ! Aies-je des regrets ? Aucun !!! lol

Je termine cette merveilleuse journée avec 58 espèces dont 2 lifers.

 

 

 

 

 

 

 

Une autre belle journée qui s’annonce, j’ai hâte de voir ce qu’elle me réserve.

Je commence par le Parc Lebel à Repentigny.

A regret, la clôture sur le petit pont qui nous permet de traverser le marais, est tellement haute et mal faite avec les barreaux, que je n’arrive même pas à faire une photo de la marouette de Caroline que je vois très près.

C’est un endroit que je barre de ma liste !!!

Donc, je quitte pour aller à l’Ile Bizard, au moins, là, je sais que je peux faire des photos sur le marais !

J’arrive, je sors mon équipement de photo, et j’ai une paruline flamboyante en avant des automobiles stationnées.

J’en fais quelques clichés, et là, je constate qu’elle a le comportement que j’ai souvent entendu dire de d’autres oiseaux comme le cardinal avec les vitres d’une maison.

La paruline se regarde dans le rétroviseur des automobiles et pense que c’est un rival, il essaie de le chasser sans se rendre compte que c’est lui qu’il voit.

Ensuite il retourne sur les arbres très près du stationnement, ce qui me permet de faire la plus belle photo.

Paruline flamboyante

Et son manège recommence.

J’ai fermé les rétroviseurs de mon auto, une auto de moins à se battre inutilement, et certaines personnes ont fait de même avec leurs autos.

Ensuite, je me suis rendu au premier marais.

J’ai entendu bien sur la troglodyte des marais.

C’est mon endroit pour bien la prendre en photo habituellement. Par contre, cette année, elle ne chantait pas vraiment à découvert, peut-être étais-je trop tard et que son nid était déjà fait, et qu’il avait sa compagne.

Donc, un peu caché, mais il était bien trop beau malgré tout pour faire cette photo.

Troglodyte des marais

 

L’eau est extrêmement haute présentement.  J’ai très peu d’espoir de voir certains oiseaux comme le râle de Virginie, les hérons verts etc..

Ce qui me surprend le plus, c’est une hirondelle bicolore.

Elle vient se poser sur le dessus des quenouilles, car il y a une cabane à hirondelle, juste pour dire qu’elle est au-dessus de l’eau, mais de très peu, ils ont malgré tout pris cette cabane pour y faire leur nid.

Il ne faudrait pas qu’il y aie une grosse pluie, c’est sur que cette cabane sera alors inondée.

Comme c’est pour moi, une première fois de les voir sur des quenouilles, j’attends leur retour pour essayer de prendre de belles photos.

Hirondelle bicolore

 

Cette année, on ne peut aller au deuxième marais. Le pont est défoncé, donc, on ne peut s’y rendre en passant par ce marais.

J’espère qu’ils vont le réparer, car je ne peux me rendre dans la forêt pour trouver d’autres espèces comme la chouette rayée !

En revenant, c’est une famille de bernache du Canada qui m’arrête.

Au début, les parents sont sur le dessus de la maison du castor avec leurs bébés.

Bernache du Canada

 

Pour ensuite aller sur l’eau pour s’y promener.

J’ai eu la chance de les avoir très près, car ils ont voulu passer en-dessus du pont, mais à cause que l’eau est trop haute, ils n’ont jamais pu aller de l’autre côté.

Bernache du Canada

Ils ont été vers le fond du marais pour trouver de quoi nourrir les bébés.

Ce qui met fin à ma randonnée aujourd’hui !

Peu d’activité et avec l’eau si haute, j’ai peu d’espoir d’avoir d’autres espèces. Je reviendrai, en espérant que le pont sera réparé également la prochaine fois.

Je termine donc avec 64 espèces dont 13 lifers et une autre superbe journée !

On nous annonce une superbe journée, donc, j’opte pour une randonnée au Lac Boivin à Granby, dans l’espoir de photographier le fameux Tyran huppé que j’ai entendu, mais dont je n’ai pas pu le photographier le 17 mai dernier.

A ma dernière visite, il n’avait pas fait beau le matin, donc, je décide d’y retourner.

En commençant le sentier, c’est le pic flamboyant qui m’accueille.  On dirait que le couple sont en train de finir leur nid ou peut-être sont-ils en train de couver ?

A regret, on ne voit pas encore d’oisillons sortir la tête du trou et je ne remarque aucun apport de nourriture de la part du couple.

Pic flamboyant

 

Je poursuis donc mon chemin, me dirigeant vers le marais.

En plein milieu du sentier, une grive fauve se promène, se nourrissant du sable. Elle n’est pas farouche du tout, je dois me reculer pour réussir à la prendre en photo.

Du sens inverse, il y a une personne qui s’en vient. Je pense aussitôt que la grive fauve va s’envoler. Et bien non, elle laisse passer la personne, se rapprochant quelque peu du bord du bois, et elle revient aussitôt dans le sentier !

Voici une des superbes photos de ce magnifique oiseau !

Grive fauve

 

Je poursuis mon chemin jusqu’au marais.  Je suis surprise de constater qu’aucun canard branchu n’est encore arrivé, c’est un des endroits que je vais pour bien les observer.

Par contre, les bruants des marais sont bien en voix. Ils chantent pour rencontrer une âme soeur.

Voici la photo de celui que j’ai pris dans les roseaux.

Bruant des marais

 

Le soleil qui devait durer toute la journée a soudainement disparu !

Sur l’eau, il y avait une bernache du Canada. Avec son reflet dans l’eau, je n’ai pu m’empêcher de la photographier.

Bernache du Canada

 

Sur la passerelle, j’entends de très près le Tyran huppé chanter.

Je retourne dans la forêt, j’arrive à le voir, mais il est si haut dans le ciel, avec les nuages, je ne peux penser à le prendre en photo. Complètement contre-jour,

Ce fut la même chose pour un pic maculé, tellement beau, cependant, je n’ai plus assez de lumière pour bien réussir ma photo, sans compter que le pic n’est pas sur un arbre près du sentier.

J’ai attendu en espérant qu’il vienne sur un arbre plus près. Il a malheureusement adopté l’autre arbre, car il est en train de faire son damier pour attirer plus de mouches avec la sève qui coule et surtout pour aider son petit à bien s’agripper après l’arbre.

Je reviens donc sur la passerelle pour faire le tour au complet à la découverte d’autres oiseaux.

Le 17 mai, j’avais vu un couple de paruline masquée. A cause de la pluie, je n’ai pas pu réussir de belles photos. Mon iso était beaucoup trop haut.

Je retourne donc à l’endroit où je les avais vu.

Je réussis à faire une photo du mâle, mais je ne vois pas la femelle.

Paruline masquée

 

Je décide de faire l’autre sentier, qui est moins fréquenté, mais dont j’avais vu de beaux oiseaux puisque le style des arbres est quelque peu différent.

A ma grande surprise, j’ai le tyran huppé sur une branche, pas trop haute car ces oiseaux se tiennent très souvent dans le haut des arbres, ou complètement en bas.

J’ai le temps de faire quelques photos avant qu’il s’envole plus profond dans la forêt.

C’est pour le moment, ma plus belle photo, je compte bien me reprendre un jour cependant, avec un ciel bleu et un bel arrière-plan.

Tyran huppé

 

Je suis tout de même très heureuse car il fait partie des oiseaux que j’avais mis sur ma liste au début de l’année.

D’avoir pu le photographier si près, c’est même une chance incroyable.

Le reste de l’après-midi, pour ce qu’il en restait, fut à attendre un meilleur moment pour avoir l’opportunité de le prendre de nouveau en photo, mais je n’ai pas eu cette occasion.

J’ai quand même eu l’occasion d’apercevoir sur une branche une gélinotte huppée. Trop de branches et feuilles m’empêche d’avoir une belle photo.

Le ciel devenait de plus en plus nuageux, j’ai décidé d’arrêter ma journée avant de me faire prendre par la pluie.

Ce fut malgré tout une très belle journée, malgré que le soleil m’a fait faux bond trop rapidement.

Je termine donc cette journée avec 57 espèces dont 12 lifer.

La météo nous prévoyait une très belle journée.  J’ai cherché le soleil et le ciel bleu toute la journée sans l’apercevoir, ce qui ne m’a pas empêché de prendre quelques photos malgré tout puisqu’il n’y a pas eu au moins de pluie.

Donc, par ce temps maussade, j’avais pensé qu’au marais de St-Timothée, il y aurait des canards intéressants. Eh non, à ma grande surprise, le marais n’était pas calé encore. Faut dire que la chaleur tarde à venir ce printemps.

Dans le bassin, en arrivant au stationnement, il y avait une bernache du Canada, seul, qui semblait se chercher un conjoint, bien que le comportement qu’il avait, était dans le cas où il y avait chicane entre deux bernaches afin de faire respecter le territoire de chacun. Comme il était seul, la seule chose que je peux penser, c’est qu’il voulait inciter une autre bernache à venir le rejoindre.

Voici la photo alors qu’il criait (on ne peut pas appeler ceci un chant)

Bernache du Canada

 

Ensuite, il est allé tout au fond de ce petit bassin, le décor était splendide, je n’ai pas pu m’empêcher de prendre la photo suivante

Bernache du Canada

 

Malgré que le marais n’était pas calé, quelques familles de grands hérons commençaient à préparer leurs nids.

C’est dommage que je n’avais pas une belle clarté pour réussir une excellente photo, mais voici un couple qui avait bien avancé dans la construction de leur nid.

Grand héron

Le seul autre oiseau que j’ai vu et pu photographier, ce fut le goéland à bec cerclé. Il semblait un peu désemparé de ne pas pouvoir se nourrir et il marchait sur cette glace.

Goéland à bec cerclé

Courte journée de photographie, je suis bien contente de ce que j’ai pu prendre en photo malgré tout et que cette température nous aie laissé le temps de se promener tout de même.

Je termine donc avec 26 espèces photographiés dont 4 lifers 🙂