Tag Archive: American Robin


Enfin une autre belle journée ensoleillée, j’en profite pour faire de la photo car nous n’avons pas un beau printemps jusqu’à maintenant.  Beaucoup de pluie et peu de chaleur.

Comme c’est l’arrivée de plusieurs oiseaux à Baie-du-Febvre, je décide cette destination aujourd’hui.

Au lieu de faire la route Janelle, je vais plutôt aux différentes haltes pour être dans le bon angle du soleil.

C’est un pluvier kildir qui commence cette journée de photographie.  Non loin de moi, où l’on peut facilement voir son croupion orange puisque c’est la période des parades.

Lorsqu’il a ébouriffé ses plumes, tellement mignon !

Très beau dans ce champ inondé.

Bien entendu, les merles d’Amérique sont très présents également.

A cette halte, il y avait plusieurs poteaux servant de clôture.  Trop beau, je n’ai pu m’empêcher de prendre cette photo.

Sur ce poteau où l’on peut voir son plumage de dos

J’aime les photos où les oiseaux tournent la tête de l’autre côté

Sur ce poteau, j’ai eu le bonheur de photographier un bruant des prés.  Il m’a laissé le temps de prendre 2 poses et il était déjà reparti.

En chantant sur le sol.  Trop de va-et-vient, il n’est jamais revenu sur un poteau durant ma présence à cette halte.

Le bruant chanteur a également voulu se faire photographier sur un de ces poteaux.

Alors qu’il regarde dans ma direction.

En train de chanter.

Sur le sol, à la recherche d’insectes à manger.

Une buse à queue rousse est passée trop rapidement. Sa queue rousse était tellement visible !!  Elle est allée sur poser sur un poteau, mais je n’ai pu m’y rendre, à regret, car elle était vraiment superbe.  Elle ne m’a pas laissé le temps, elle s’est envolée.

Il y beaucoup de rapaces, peu de temps après le passage de cette buse à queue rousse, c’est un pygargue à tête blanche qui vient près de la halte où j’étais.

Alors qu’il revenait vers moi.

Majestueux avec ce beau ciel bleu.  C’est mon rapace préféré.

Parmi les bernaches du Canada, je repère une bernache de Hutchins.  Elle prenait son bain en se revirant dans l’eau.

A la limite du champ inondé, il y avait quelques quiscales bronzés.  A regret, l’heure du midi ne donne pas les meilleurs résultats, mais il était trop beau.  Le reflet bleu de sa tête est bien là, sauf qu’on ne voit pas toutes les couleurs de son beau plumage.

A un moment donné, un trio de bernaches du Canada est arrivé, ce qui n’a pas plus aux bernaches déjà présentes.  Une petite guerre de territoire a donc commencée.  Finalement, elles sont toutes restées somme toute.

Après le lavage, c’est le séchage des plumes en battant des ailes.

Je suis allée diner à Nicolet.  Quand à être là, j’ai décidé d’aller voir à L’Anse-du-Port afin de voir quels oiseaux ou canards seraient dans cette forêt qui est habituellement inondée.

J’aperçois un moucherolle phébi, mais impossible de le photographier 😦

Par contre, un couple de pic mineur est venu me donnant le temps de le photographier à souhait.

Puis, sur un tronc sur l’eau, il y a un carouge à épaulettes qui s’y promène.

Pendant que j’attendais d’autres oiseaux ou canards, c’est un écureuil roux qui a montré le bout de son nez.  Trop mignon ces écureuils roux !!!

L’eau étant très haute, il y a des personnes qui passaient dans des chaloupes ou kayaks, si bien, que je n’ai vu aucun canard, même pas un canard colvert.

Je reviens donc en passant par Baie-du-Febvre à nouveau.  Quelle bonne idée !!

Je vois un couple de busards St-Martin passer très près de la route et un des deux s’est posé sur le sol.  J’arrête de l’autre côté de la route et je le prends en photo.

Alors qu’il s’est envolé comme s’il voulait attraper un rat.

Cette dernière photo où l’on voit très bien son croupion blanc.

Il est resté là assez longtemps.  L’autre busard St-Martin venait le voir à l’occasion et repartait à la recherche de nourriture ou matériaux pour faire un nid.

Ça finit vraiment bien la journée !!

Je termine avec 53 espèces dont 3 lifers et de merveilleuses observations.

Publicités

Il n’a pas fait beau depuis longtemps, les fins de semaine, c’est toujours nuageux et beaucoup de pluie ou neige.

Je décide d’aller voir dans les champs inondés pour observer et possiblement photographier des espèces que je n’ai jamais vu encore.

Je me dirige donc à St-Paul-de-l’Ile-aux-Noix.

Finalement, il n’y a pas d’oiseaux près dans les champs inondés et malheureusement, je ne peux observer d’autres oiseaux que les bernaches du Canada et canards colverts.

J’ai essayé de faire des photos de quiscales bronzés, mais bon, à moindrement que je m’arrêtais, ils s’envolaient.  Ce sera pour une autre fois.

En refaisant les rangs, à un moment donné, je vois un beau pic flamboyant se nourrissant sur le sol.  Je m’arrête pour le prendre en photo. Un beau mâle avec ses moustaches noires.

Puis finalement, un deuxième vint le rejoindre si bien qu’à la toute fin, ils étaient 4.

J’ai photographié la seule femelle qui se tenait pas trop loin.  La femelle n’a pas les moustaches noires comme un mâle.  C’est ainsi qu’on réussit à bien les différencier.

Un autre photo où on distingue le beau plumage du dos

Cette dernière, près d’un arbre.

Dans cet environnement, il y a aussi des merles d’Amérique.

Bien que j’ai beaucoup de photos du merle d’Amérique, c’est un oiseau que je ne me lasse jamais de photographier, il est si beau, surtout au printemps, sa couleur du dessous rouge brique est plus vive que plus tard dans l’été.

Près de l’eau dans le champ inondé.

Magnifique dans ce décor qu’on retrouve qu’au printemps

De dos pour voir son beau plumage

Dans un autre rang, je vois un pluvier kildir, il est dans une terre très boueuse, c’est ce qu’il aime.  On voit plus son croupion orangé durant cette période de l’année alors que le pluvier recherche une conjointe et vice versa.

A St-Jean-sur Richelieu, dans un petit boisé, je vois une petit-duc maculé dans un nichoir pour un canard branchu.  On les voit souvent dans ces nichoirs.  C’est une forme grise qui s’y trouve actuellement.

C’est la première fois que j’arrive à le photographier avec les yeux légèrement plus grands ouverts que durant la période hivernale.

Je termine donc cette belle journée avec mes amis ailés avec 46 espèces dont 2 lifers.

Durant la nuit, il y a eu accumulation de neige sur les arbres, c’est féerique !!

Je cherche un endroit pour faire de la photo car au lieu de faire des oiseaux, j’avais le goût de faire du paysage afin de montrer cette beauté de la nature qui m’enchantait.

Ensuite, j’ai pensé que ce serait joli des oiseaux sur des branches enneigées, donc, avant que le soleil et le vent se lèvent, je décide de faire des oiseaux et ensuite, du paysage.

Au boisé Langevin, c’est pas loin de chez-moi et habituellement, il y a de beaux oiseaux, je tente ma chance.

En arrivant, sur le sentier du début, il y a un beau cardinal rouge qui est là, c’est ma première photo.

A ma surprise, il ne semble pas y avoir autant de neige sur les branches.  Je pense que les oiseaux ont commencés à l’enlever soit en s’abreuvant, ou à force de se poser sur la branche en question.  On remarque que le cardinal a justement de la neige sur son bec.

Bien entendu, les mésanges à tête noire sont présentes, surtout qu’une mangeoire a été installée sur ce sentier.

J’ai eu le temps de prendre cette photo avant qu’elle puisse aller dans la mangeoire.

Je décide d’aller vers les arbres fruitiers, dans l’espoir d’y trouver quelques oiseaux sur des branches enneigées et avec des fruits.

Surprise !!  Il n’y a presque plus de fruits dans les arbres, j’ai dû manquer l’arrivée des Jaseurs boréals selon moi ou les merles d’Amérique et étourneaux sansonnets les ont tous mangés.

Si bien que du côté où il y avait beaucoup de neige sur les branches, aucun oiseau.

En allant plus loin, j’ai vu un arbre avec plusieurs merles d’Amérique, peu de fruits et comme cet arbre est dégagé, il y a aussi moins de neige sur les branches.

J’ai quand même pu réaliser quelques photos des merles d’Amérique essayant de se nourrir des derniers fruits puisque cette neige les empêche de se nourrir de vers de terre.

Prêt à manger le seul fruit qui reste sur cette branche.

Soit qu’il défend son fruit ou appelle sa conjointe 🙂

Selon les couleurs plus pâles, je pense que c’est sa conjointe ou un immature.

Comme le vent s’est levé, je décide de revenir car j’ai l’impression d’être dans une tempête car la neige sur les branches déclenche de la poudrerie.

En revenant, près de la mangeoire, je vois un chardonneret jaune.  Je n’ai pas eu la chance d’en photographier beaucoup cet hiver, bien qu’ils ont été très présents dans ma cour.

Près d’un pin, ce qui donne un bel environnement, on voit qu’il commence à changer son plumage pour obtenir les couleurs d’été.

Sur une belle branche, bien dégagé

Comme la mangeoire ne lui semblait pas accessible, le voici dans la neige, à la recherche de graines de tournesol.

Pour finaliser cette journée, il y avait aussi un junco ardoisé très intéressé par les graines de tournesol dans la neige.

Il est trop tard pour penser faire du paysage car avec le vent, les branches n’ont plus cette belle neige lors de mon réveil.  Je conserve donc le tout en souvenir.

Je termine cette courte journée avec 43 espèces dont 2 lifers.

Il fait tellement beau ce matin, je cherche un endroit pour aller faire de la photo.

J’apprends la présence d’un canard pilet au Récré-O-Parc à Ville Ste-Catherine, c’est sur que j’y vais, j’espère améliorer les photos que j’ai rarement pu prendre de ce canard.

Arrivée sur place, il dort avec les canards colverts.  Je patiente jusqu’au moment où il aura faim et décidera de bouger davantage.

Pendant ce temps, j’ai un beau merle d’Amérique qui décide de venir manger le fruit d’un sumac vinaigrier.

Sur cette même branche, près du fruit, vraiment trop mignon !! Je ne peux laisser passer cette chance !

Sur l’eau, il y a quelques Bernaches du Canada qui sont déjà arrivées.  Pour mon plus grand bonheur, deux décident de venir sur la glace où se trouve le canard pilet qui dort encore.

Je profite donc de cette proximité pour prendre en photo les Bernaches du Canada.

Lors de sa montée sur la glace.

En position de repos et même, hésitation entre dormir ou non.

C’est donc mes premières photos de Bernache du Canada cette année.

Enfin, le canard pilet commence à se réveiller, fait son nettoyage, pour aller finalement se promener un peu par la suite.

Les deux pattes dans la neige.

Sur l’eau

Avec sa femelle

Debout sur cette glace, où l’on peut très bien distinguer ses pattes.

J’ai réalisé d’autres photos de ce canard pilet, aussi belles les unes que les autres, ce fût difficile de choisir celles que je voulais mettre dans cet article.  Ce sont mes meilleures photos de ce canard depuis très longtemps.

Bien entendu, je ne pouvais quitter sans prendre en photo les canards colverts qui s’y trouvent en très grand nombre.

Marchant sur cette belle neige, ses couleurs ressortent davantage.

Je n’ai pu m’empêcher de prendre ce canard colvert car sa pigmentation verte au niveau de la tête n’était pas complète, si bien, que j’avais l’impression qu’il portait un casque vert.

J’aurais pu demeurer sur les lieux encore longtemps, avec ce beau soleil, j’ai le goût d’aller à un autre endroit pour avoir la chance de voir d’autres oiseaux, c’est pourquoi j’ai mis 1ere partie dans le titre, prochain article, je vais vous présenter ma randonnée de l’après-midi.

Ce matin, je termine donc avec 33 espèces dont toujours 2 lifers.

Cependant, une très belle amélioration de mes photos du Canard pilet !! 🙂

Laval – 14 janvier 2017

C’est nuageux présentement, mais on nous annonce une journée ensoleillée.  Je sais qu’un grèbe jougris a été vu au barrage du moulin à Laval la veille et c’est pourquoi, j’ai le goût d’y aller.  Il fait cependant très froid !

Je m’habille donc en conséquence et je me rends à l’endroit où a été vu ce grèbe jougris qui est un Lifer pour moi car ça fait 3 ans que je le met sur ma liste des oiseaux que je veux voir sans jamais avoir eu cette chance auparavant.

En arrivant, non seulement, il fait très froid, mais en plus, il y a un tel brouillard sur l’eau, qu’il n’est pas possible de faire une belle photo, elles sont toutes floues.

Pendant que j’attends que le soleil se montre et dissipe ce brouillard, j’ai un grand pic qui vient s’installer sur l’arbre à côté de moi. Quel bonheur !

Comme il est trop près, voici le portrait que j’ai pu réaliser de cette femelle.

grand-pic-_mg_0662

Le soleil reste caché sous les nombreux nuages, mais heureusement, le brouillard s’est malgré tout dissipé, j’en profite alors pour réaliser quelques photos du grèbe jougris malgré qu’il n’y a pas de soleil.

Voici enfin mon grèbe jougris tant attendu.

grebe-jougris-_mg_1014

Alors qu’il a réussi à pêcher un poisson en face de moi.

grebe-jougris-_mg_0924

Sur cette photo, il a placé le poisson prêt à l’avaler.

grebe-jougris-_mg_0933

Il y a également un Garrot à oeil d’or.

Sans le soleil, on ne voit pas aussi bien son reflet vert au niveau de sa tête. J’ai malgré tout réussi un peu sur cette photo.

garrot-a-oeil-dor-_mg_1350

Il y a une partie glacée sur cette rivière où dorment les petits fuligules actuellement.  Le garrot à oeil d’or s’est approché de cette partie sans y monter.

garrot-a-oeil-dor-_mg_1177

Vers l’heure du diner, toujours pas de présence du soleil, cependant, le couple de petit fuligule commence à se réveiller pour aller manger.  J’ai remarqué que les petits fuligules laissaient le bec dans l’eau, en nageant, dans l’espoir de trouver de quoi manger, sinon, ils rentrent dans l’eau en s’aidant de leurs pattes pour remonter quelques minutes plus tard.

Voici la photo du mâle, encore là, j’ai un peu de reflet vert au niveau de sa tête.

petit-fuligule-_mg_1300

Le voici dans un autre angle alors qu’il se dirige vers le courant.

petit-fuligule-_mg_1249

Voici la femelle, elle vient tout juste de sortir son bec sans rien ou elle a mangé très rapidement.

petit-fuligule-_mg_1295

Elle est vraiment très jolie, malgré ce manque de lumière et surtout du soleil.

petit-fuligule-_mg_1344

Par la suite, je me dirige non loin, vers le cimetière de Laval.  Une chouette lapone y a été vue récemment, j’espère avoir cette chance moi aussi, bien que d’avoir enfin mon grèbe jougris, ma journée est faite !!!

A la mangeoire 4, un homme vient de donner des graines concassées de blé d’inde. Ce qui attire tous les bruants, d’autres oiseaux et écureuil roux.

C’est un bruant à gorge blanche qui vient le premier pour se nourrir.  La majorité des graines ont entrées dans la neige, cependant, les bruants sont capable de les trouver.

Voici une photo du bruant à gorge blanche, il est près du boisé, prêt à y retourner au moindre bruit ou mouvement.

bruant-a-gorge-blanche-_mg_1586

Il a justement une graine à ses pieds, il a voulu repousser un autre bruant qui venait vers lui, d’où son bec ouvert.

bruant-a-gorge-blanche-_mg_1590

Il y a également un bruant chanteur, c’est le deuxième que je vois cet hiver !! Je me demande si nos hivers étant moins froids (sauf cette journée), ils ne commencent pas à rester.

Ses plumes sont gonflées justement pour se garder au chaud.

bruant-chanteur-_mg_1477

Bien entendu, l’écureuil roux a été à l’endroit où la nourriture est resté sur la neige pour se nourrir de blé d’inde aussi.  Il faisait fuir les oiseaux qui voulaient s’en approcher.

ecureuil-roux-_mg_1570

Les bruants hudsoniens étaient très présents.  Ils étaient un peu partout, dans le boisé, sur les mangeoires, en-dessous des mangeoires également.

Il y a une petite butte de neige faite lors du déneigement du stationnement.  J’ai pris un bruant hudsonien sur cette butte.

bruant-hudsonien-_mg_1556

A l’orée du bois

bruant-hudsonien-_mg_1534

Dans les branches des petits arbustes.

bruant-hudsonien-_mg_1520

J’ai vu également quelques juncos ardoisés.

C’est certain que je les ai pris en photo, ils sont vraiment mignons et on les voit que l’hiver dans ma région du moins.

junco-ardoise-_mg_1583

De côté, se dirigeant vers les graines concassées lui aussi.

junco-ardoise-_mg_1584

Enfin, la visite du bruant à couronne blanche !! Le monsieur m’a dit qu’il y en avait 3, mais je n’avais pas encore vu un.

C’est la première fois que je vois un bruant à couronne blanche pendant la saison hivernale !!

Le bruant à couronne blanche que j’ai vu, est venu très rapidement, prendre quelques graines et repartir aussitôt.  Le temps de quelques photos.

Avec une graine dans le bec.

bruant-a-couronne-blanche-_mg_1628

Seconde visite, prêt à prendre une autre graine à ses pattes.

bruant-a-couronne-blanche-_mg_1619

Une tourterelle triste a fait acte de présence durant quelques minutes pour repartir aussitôt.

tourterelle-triste-_mg_1603

Un merle d’Amérique est venu se chercher des fruits qui restaient dans le petit arbuste.  Il n’a également pas demeuré longtemps car il ne restait pas beaucoup de fruits.

merle-damerique-_mg_1624

Ce qui termina ma journée, j’ai le goût d’aller me réchauffer maintenant, sans soleil, le froid est intense et la journée achève puisque je commence à ne plus avoir assez de luminosité.

Ce fût une merveilleuse journée malgré que la température n’a pas été celle qu’on devait avoir, sauf pour le froid, ils ne se sont pas trompés.

Je termine donc avec 18 espèces dont mon premier lifer de 2017 !!  Et tout un lifer, puisque ça fait 3 ans que j’espérais pouvoir le voir et le photographier !!

C’est une très belle journée, j’ai le goût de faire une courte randonnée pour aller photographier des oiseaux.  Il ne fait pas si froid non plus, donc, une très belle journée finalement pour sortir.

Je décide d’aller à l’Ile St-Bernard à Châteauguay.

En m’y rendant, je vois sur le bord de la route, à la fin d’un boisé, une chouette rayée !

C’est ce que j’espérais rencontrer, j’ai eu mon cadeau !!

Elle se faisait dorer au soleil car la nuit a été très froide.  Elle avait d’ailleurs encore du frimas sur sa tête et le haut du corps sur ses plumes.

chouette-rayee-_mg_0134

Sur celle-ci, je l’ai pris dans son environnement, très dégagée, profitant le plus possible des rayons de soleil.

chouette-rayee-_mg_0140

Cette rencontre a retardée un peu ma randonnée finalement, si bien que je suis arrivée un peu tard à l’Ile St-Bernard. Cependant, ça valait la peine, c’est toute une belle rencontre que je viens de faire ! Je suis très heureuse !!!

En me rendant à la première mangeoire, je ne vois aucun oiseau.

Sous la première mangeoire, il y a un bruant chanteur qui se régale des graines de tournesol.  C’est la deuxième fois que je vois un bruant chanteur l’hiver car habituellement, ils s’en vont et ne reviennent qu’au printemps.

Le voici donc en train de se régaler.

bruant-chanteur-_mg_0237

Il y a bien entendu des sittelles à poitrine blanche qui vont se chercher des graines et les cachent dans l’écorce des arbres.

La voici sur le tronc d’un arbre

sittelle-a-poitrine-blanche-_mg_0258

Avec son petit regard, la tête levée vers le haut

sittelle-a-poitrine-blanche-_mg_0319

Ce fut le tour des cardinals rouges à faire leur courte apparition.

Voici le mâle sur la neige dans le sous-bois

cardinal-rouge-_mg_0263

La femelle sur une branche d’arbre guettant le temps opportun pour aller dans la mangeoire.

cardinal-rouge-_mg_0299

Il y a plusieurs tourterelles tristes jonchées un peu partout dans le marais, cependant, elles sont trop loin pour prendre une photo.

Une d’entre elles est venue sur une branche, bien dégagée, me faire une petite visite, d’où la réalisation de cette photo.

Je l’ai souvent prise sur le côté, en avant, mais rarement de dos où l’on voit le beau motif de ses plumes et sa queue pointue.

tourterelle-triste-_mg_0305

Les bruants hudsoniens sont bien présents également.  C’est d’ailleurs l’hiver qu’on a l’occasion de pouvoir les observer à notre guise.

Le voici un peu de face.

bruant-hudsonien-_mg_0336

Le voici de côté avec ses plumes bien gonflées.

bruant-hudsonien-_mg_0345

Je n’ai pas réussi à prendre en photo le pic mineur, cependant, le pic chevelu s’est laissé prendre en photo pour mon plus grand bonheur. Ses plumes sont également gonflées pourtant, il ne faisait pas si froid.

pic-chevelu-_mg_0351

Puis vint le tour de l’oiseau qui nous accompagne à chaque randonnée hivernale comme estivale soit la mésange à tête noire.

Faut la capter rapidement car elle ne reste pas en place !!

C’est un plaisir à chaque fois cependant de réussir à la photographier.

mesange-a-tete-noire-_mg_0378

Il y a au moins 3 mésanges bicolores qui se tient à cet endroit.

Tout comme la mésange à tête noire, il faut vraiment être très rapide pour réussir à la prendre en photo, surtout, si elle vient pour prendre des graines.

La voici sur des tiges prête à aller manger des graines.  J’ai soit un rayon de soleil plus intense qui a passé sur ses ailes, mais elle est trop belle pour ne pas la partager.

mesange-bicolore-_mg_0406

Au bout d’une branche, nous montrant un autre angle ainsi que son agilité.

mesange-bicolore-_mg_0412

Pour terminer cette merveilleuse journée, j’ai vu un merle d’Amérique dans les arbustes près de la toilette sèche.

Impossible de ne pas le prendre en photo alors qu’il a lui aussi, ses plumes bien gonflées.

merle-damerique-_mg_0427

Je termine donc cette merveilleuse journée avec 11 espèces en 2017.

J’y retournerai bientôt afin de me rendre à la seconde mangeoire au moins !!

Rimouski – 22 mai 2016

Par l’entremise des personnes où je loge ainsi que par ebird, je repère certains endroits que je veux voir pendant mon séjour.

Je commence très tôt le matin par l’Étang Dollar.

Une très belle place pour une randonnée ainsi que la découverte de plusieurs oiseaux.

Sur le marais, pour l’instant, tout est calme, je m’engage donc dans le sentier pour découvrir cet endroit.

Je suis attirée par les nombreux chants d’oiseaux.  En m’approchant de l’endroit, je vois des Viréos mélodieux.

Je m’installe et je commence à faire des photos.

Le voici dans de petits arbustes.

vireo-melodieux-_mg_3695

Un léger regard vers moi.

vireo-melodieux-_mg_3700

Parmi les autres oiseaux qui chantent, il y a bien entendu la paruline jaune ainsi qu’un moucherolle tchébec.

Il y a aussi des Chardonnerets jaunes, que je réussi à prendre en photo.

chardonneret-jaune-_mg_3770

En suivant le marais de l’autre côté, par le sentier, je croise un beau carouge à épaulettes, impossible de ne pas le photographier. Bien dégagé, sur une belle perche, en chantant, que demander de mieux !

carouge-a-epaulettes-_mg_3774

Non loin de là, sur une belle perche, se tient un Moucherolle tchébec.  Il se laisse photographier à souhait.  Je n’aurai jamais une photo si près de cet espèce.

moucherolle-tchebec-_mg_3812

Alors qu’il me regarde quelque peu, les plumes un peu gonflées. Pur bonheur !!!

moucherolle-tchebec-_mg_3779

En continuant, j’observe un pic mineur, très près du sentier, en train de creuser ce qui deviendra son nid avec sa tendre moitié déjà trouvée.

Je prends quelques photos du couple.

Le mâle en train de creuser le trou dans l’arbre.

pic-mineur-_mg_3872

Le voici sur une branche un peu plus haute pendant que la femelle semble vérifier si tout est correct 🙂

pic-mineur-_mg_3887

Je n’ai pas réussi une belle photo de la femelle, elle semblait plus nerveuse.  Je n’ai point insisté, les laissant poursuivre leurs travaux d’agrandissement pour la future famille.

J’entends un chant que je n’ai jamais entendu. Je me dirige lentement vers ce son pour y découvrir une paruline des ruisseaux.  C’est un lifer pour moi, je ne l’avais jamais vu auparavant.

Voici la paruline des ruisseaux sur la branche où elle chante.

paruline-des-ruisseaux-_mg_3935

La voici sur cette même branche, alors qu’elle doit attendre si le sexe opposé lui répondra. Elle est perchée assez haute.

paruline-des-ruisseaux-_mg_3942

Je suis dans le coin des parulines !! C’est maintenant le tour de la paruline flamboyante qui vient assez près pour que je réussisse de belles photos.

On ne voit que le mâle, la femelle se cache, impossible de la voir à ce temps-ci de l’année.  J’avoue ne pas l’avoir vu souvent d’ailleurs.

De dos, sur cette belle branche, très découvert.

paruline-flamboyante-_mg_3979

De face, nous montrant son côté orangé.

paruline-flamboyante-_mg_3976

Je distingue un oiseau dans le sous-bois.  Une Grive fauve !! Elle se fait très discrète, le temps de 3 photos, non dégagée et elle est partie.  Ce ne sera que partie remise.

Aussi bien que les mésanges à tête noire font partie de nos randonnées, le Merle d’Amérique fait partie de presque toutes mes sorties estivales.  Oiseau si beau avec son tuxedo, je ne peux m’empêcher de le prendre en photo.

Le voici avec ses plumes bien gonflées.  Il est si beau dans cette pose que je n’ai pas voulu l’approcher trop près et qu’il s’envole.

merle-damerique-_mg_4015

Je rencontre une paruline à gorge noire !!  Moi qui pensait avoir manqué l’arrivée des parulines, ce n’est pas le cas à Rimouski.  Un autre lifer pour moi !!

Quelle belle couleur et quel beau chant.

paruline-a-gorge-noire-_mg_4035

La voici dans du sapinage. Vraiment très belle !!!

paruline-a-gorge-noire-_mg_4040

En continuant le chemin, je me rends compte qu’il monte beaucoup et sincèrement, je n’ai aucune idée de la pente, ainsi que le nombre de kilomètres à parcourir encore.

Pendant que je pense à rebrousser chemin car la pente devant moi est assez à pic, dans les arbres, j’entends une autre paruline.  En regardant avec mes jumelles, je distingue une paruline à collier !!!  Un autre lifer … wow !!

Lors d’une chicane entre deux parulines à collier, j’en ai une qui vient près de l’arbre où je suis, je réussis à saisir le moment.

Voici cette paruline à collier.  J’espère avoir ma chance de mieux la photographier, mais déjà de l’avoir pu l’observer, pris cette pose et l’entendre chanter, c’est un délice pour les yeux et les oreilles.

paruline-a-collier-_mg_4072

Sur le retour, on approche midi, c’est beaucoup plus tranquille.  Au marais, assez loin, se tient de beaux Quiscales bronzés.  J’ai l’objectif pour me permettre de réussir une photo somme toute.

Voici le Quiscale bronzé sur une branche dans le marais.

quiscale-bronze-_mg_4098

Il est temps pour moi aussi d’aller diner.

Deuxième partie de la journée, je suis la route 132 entre Ste-Luce et Pointe-au-Père.

Au Quai de Pointe-au-Père, au large, il y a une macreuse à front blanc.

Ce n’est pas ma meilleure photo et j’espère un jour observer cette espèce plus près, voici quand même la photo que j’ai prise.

macreuse-a-front-blanc-_mg_4364

Sur le rivage, on voit un limicole, c’est un bécasseau minuscule !

Je fais quelques photos car il se laisse photographier.  Je l’ai approché si lentement et il s’est approché également de moi.

Voici le bécasseau minuscule, pris au mois de mai, habituellement, je photographie les limicoles fin août et septembre.

becasseau-minuscule-_mg_4499

Sous un autre angle.  Il a l’air de trouver de quoi se nourrir.

becasseau-minuscule-_mg_4479

A partir de Pointe-au-Père jusqu’à Ste-Luce, il y a plusieurs Bernaches cravants.

Quand je les observe dans ma région, c’est un ou deux pas plus.  Là, j’en ai une bonne trentaine au moins.

Voici une photo alors qu’elle n’est pas très loin du bord, dans les vagues.

bernache-cravant-_mg_4521

Celle-ci alors qu’elle avance, encore plus près que l’autre.  Maintenant, je sais où venir observer cette bernache !!

bernache-cravant-_mg_4566

Pendant le trajet, je voyais des Eiders à duvet, mais trop loin pour bien les photographier.

J’en vois plusieurs sur une pointe.

Je vais voir la personne à qui appartient la pointe dans sa cour afin de lui demander de m’approcher, sans trop pour ne pas les faire fuir, mais réussir des photos plus près. C’est un couple de Mirabel qui me donne la permission, je les remercie encore !!!

Je n’avais jamais eu la chance de les approcher autant, encore moins des mâles.  C’est mes premières photos d’un Eider à duvet mâle, ayant réussi sur la Côte Nord un immature qui est venu sur la plage alors que nous étions dans un brouillard assez dense.

Voici un Eider à duvet mâle sur l’eau.

eider-a-duvet-_mg_4579

Sur la pointe d’un rocher

eider-a-duvet-_mg_4605

Avec sa douce moitié.

eider-a-duvet-_mg_4715

Et cette dernière, debout sur les rochers. La couleur rouge du rocher fait ressortir davantage le Eider à duvet mâle.

eider-a-duvet-_mg_4764

Ce fût une journée magnifique, remplie de belles surprises et d’espèces inattendues.

Après le souper, je suis retournée au Bic pour voir s’il y aurait un beau coucher de soleil cette fois-ci.

Beaucoup plus orangée que la veille, mais avec plus de nuages, j’aurais pu avoir plus de couleurs dans le ciel, je suis aussi à la marée basse.

Voici la photo qui termine si bien une merveilleuse journée.

coucher-de-soleil-bic-_mg_4766-2

La vie est tellement belle quand on sait apprécier les beautés qu’elle nous apporte !

Je finis cette deuxième journée de vacances avec 113 espèces dont 12 lifers.

 

Ile St-Bernard – 14 mai 2016

Plusieurs oiseaux sont arrivés pendant la migration, je décide donc d’aller à l’Ile St-Bernard dans l’espoir de pouvoir photographier le cardinal à poitrine rose.

J’arrive tôt et je commence ma randonnée.

En arrivant, je suis accueillie par un moqueur chat qui chante au haut d’une branche.

moqueur-chat_mg_2105

J’ai passé en-dessous de lui, il est resté sans s’envoler.

En poursuivant ma randonnée, c’est le chant d’une paruline masquée qui m’arrête et j’essaie de la repérer.

Elle est sur une branche d’arbre, si bien placée, je la prends en photo.

paruline-masquee-_mg_2147

Sur une branche, un peu plus près de moi

paruline-masquee_mg_2112

Près de ces mêmes arbres, alors que j’attendais pour photographier une paruline jaune, c’est finalement une Oriole de Baltimore qui s’est très bien placée pour une photo.

oriole-de-baltimore_mg_2225

Elle s’est virée afin de voir son dos.

C’est mes plus belles photos à vie de cet oiseau.

oriole-de-baltimore-_mg_2208

Finalement, c’est la paruline jaune que je réussis à photographier à quelques pieds de l’endroit où j’étais.

paruline-jaune-_mg_2272

J’ai pris une seconde pose que j’aime bien de cette paruline jaune.

paruline-jaune-_mg_2287

Je me suis promenée le long du sentier après la première mangeoire, soit après la toilette sèche, menant au marais.

C’est une Paruline à croupion jaune que j’ai alors pu observer et prendre en photo.

paruline-a-croupion-jaune-_mg_2311

En revenant sur mes pas, je décide d’aller vers la seconde mangeoire.

C’est une Paruline flamboyante que je rencontre.  Elle est assez loin, mais tellement bien placée, j’ai pris la photo d’où j’étais, de crainte de la faire s’envoler plus profond dans la forêt.

paruline-flamboyante_mg_2347

Tout près de la seconde mangeoire, il y a quelques Orioles de Baltimore qui ramassent ce qu’elles peuvent pour faire leurs nids respectifs.

Voici la photo d’une femelle que j’ai pu prendre car elle n’est pas trop loin, avec des matériaux qui va servir pour la confection du nid.

oriole-de-baltimore-_mg_2423

Je passe toujours du temps à la seconde mangeoire, c’est là que je peux photographier ou observer plusieurs oiseaux.

Je suis surprise par la visite du Pic à ventre roux.  Habituellement, je le voyais que l’hiver.  De plus, c’est la femelle qui vient me rendre visite au lieu du mâle.

J’en profite pour réaliser des photos. J’ai souvent eu le mâle, mais c’est la première fois que je peux photographier la femelle d’aussi près.

La photo où l’on voit ses couleurs de devant, surtout son jaune sous le bec.

pic-a-ventre-roux-_mg_2517

Cette photo alors que la femelle a gonflée ses plumes sur sa tête. Quel beau pic !!!

pic-a-ventre-roux-_mg_2475

C’est le tour du Cardinal à poitrine rose de venir tout près des mangeoires.

L’Ile St-Bernard est mon endroit incontournable pour venir y retrouver des espèces que j’affectionne beaucoup.

Voici la photo de la femelle Cardinal à poitrine rose.

cardinal-a-poitrine-rose-_mg_2609

Voici la photo du mâle maintenant montrant sa poitrine rose.

cardinal-a-poitrine-rose-_mg_2994

J’affectionne particulièrement cette photo.

cardinal-a-poitrine-rose_mg_2975

Sur une branche, je vois également un bruant à gorge blanche.  Il vient se nourrir au sol, mais il demeure à distance et à l’ombre.

bruant-a-gorge-blanche-_mg_2758

Sur une branche, à hauteur des yeux, il y a un Vacher à tête brune qui vient se poser.  Trop beau, je le prends en photo !

vacher-a-tete-brune-_mg_2761

En quittant la seconde mangeoire pour aller me promener dans le sentier menant à la Pointe de l’Ile, je vois un Étourneau sansonnet.

La pose qu’il m’a fait, en ébouriffant ses plumes, je la partage avec vous.

Habituellement, je n’aime pas les photos lorsqu’il me regarde ainsi, mais avec les plumes ébouriffées de cette façon, j’avoue que j’ai un faible pour lui !!  🙂

etourneau-sansonnet-_mg_2770

Je m’arrête à l’endroit où quelques personnes ont vues le troglodyte des forêts. Malheureusement, je ne le vois pas et ne l’entends pas non plus.

Cependant, c’est un beau tyran huppé qui n’est pas trop loin dans la forêt.  A ce temps-ci de l’année, les arbres n’ayant pas beaucoup de feuilles, j’ai de la luminosité pour bien le prendre en photo.

tyran-huppe_mg_2794

En poursuivant ma randonnée, le comportement d’un Merle d’Amérique m’arrête.

C’est la première fois que je le vois ainsi.  Ce n’est pas une parade nuptiale, ce Merle d’Amérique est tout seul sur cette perche, je ne vois aucun autre merle près de lui.

merle-damerique-_mg_2845

Je continue sur le même sentier.  Il y a beaucoup d’oiseaux et d’espèces différents.

Sur une branche d’arbre, je vois un bruant chanteur.  Il est vraiment trop mignon, je le prends en photo.

bruant-chanteur-_mg_2863

D’un côté du sentier, il y a de l’eau où je vois des canards branchus.  Ils sont trop loin pour réussir à les photographier, sans compter, qu’il y a beaucoup de petites branches pour bien les cacher.

De l’autre côté, il y a des souches d’arbre.  C’est sur une des souches que je vois un troglodyte familier.  Je m’approche très doucement sans pêter la bulle entre nous.

Le voici en train de chanter.

troglodyte-familier-_mg_2947

Très confortable sur cette souche.

troglodyte-familier-_mg_2931

Il y a un autre troglodyte familier sur une branche, pas très loin d’où je suis.

Il est trop beau, j’ai le temps de quelques photos.

troglodyte-familier-_mg_2891

Je me rends compte qu’il y a de plus en plus de nuages, dans l’après-midi, on nous annonce de la pluie.  Il est temps de revenir.

En revenant vers la seconde mangeoire, un oiseau attire mon regard.  Sans me poser de questions, je le prends en photo, c’est un oiseau que je ne connais pas et je compte sur mes photos pour l’identifier.

Je n’ai pas la mémoire des détails malheureusement, donc, sans photos, je serais incapable d’arriver à identifier un oiseau que j’aurais vu au cours de la journée.

Avec l’aide d’ornithologues et photographes, j’ai appris qu’il s’agissait d’une Paruline bleue femelle, c’est un lifer pour moi !!  Je regrette de ne pas avoir vu le mâle !  Dans mes livres d’identification, je vois que le mâle est très beau.

Voici donc la photo de la femelle Paruline bleue.

paruline-bleue-_mg_2951-cadre-6x4-adobe-balance-blancs

De retour à la seconde mangeoire, je n’ai malheureusement pas le temps de m’y attarder, je reçois des gouttes de pluie.

Dans la forêt, je ne m’étais pas rendue compte que c’était aussi nuageux.

Je ferme mon appareil-photo et je le protège car j’ai encore un bon chemin à faire pour revenir au stationnement.

C’est la seconde fois cette année que je me fais prendre par la pluie !!

J’ai le temps de rentrer mon équipement à l’abri dans l’auto que la pluie devient très forte… oufffffff.

Quelle magnifique journée, j’ai 16 espèces  d’oiseaux pris en photo sans compter les espèces que j’ai pu observer.

Je me sens vraiment très privilégiée d’avoir pu prendre autant de photos d’espèces différents.

Je termine donc ce 14 mai avec 100 espèces dont 8 lifers maintenant !!

 

Il fait super beau, donc, après le travail, je vais au Parc de la Frayère, à Boucherville, endroit riche en oiseaux et pas très loin de chez-moi.

Alors que les journées allongent, j’ai encore de la luminosité après le travail me permettant ainsi de faire de la photographie d’oiseaux.

Les parulines commencent à arriver lors de la période de migration.

Je réussis donc à photographier la paruline jaune, un beau mâle, sur une branche d’un arbre fruitier.

paruline-jaune_mg_0993

Sur cette même branche encore où l’on distingue son petit bec.

paruline-jaune-_mg_0988

Les merles d’Amérique sont très présents dans ce parc.  Voici la photo alors qu’il est un peu caché parmi les branches d’un arbre très fourni en feuilles, ses plumes toutes gonflées.

merle-damerique-_mg_1007

Alors que je suis sur le quai flottant, je vois un carouge à épaulettes sur la branche d’une quenouille.

Je le prends donc en photo car il est très beau dans ce décor.

carouge-a-epaulettes-_mg_1121

Puis arrive un bihoreau gris sur la motte de terre très près du quai flottant.  Je suis très heureuse de les revoir !! 🙂

J’ai connu ce parc justement par la présence très marquée des bihoreaux gris.

Voici une des photos du bihoreau gris, en mode de pêche.

bihoreau-gris-_mg_1232

Comme il n’a pas réussi à prendre un poisson, il s’est envolé vers le foin où il peut se promener plus facilement.

Il a le cou très étiré sur cette photo.  Il ne peut donc pas être plus grand que présentement.  C’est d’ailleurs la première fois que je le vois ainsi !!

Je ne me doutais pas qu’il avait un si long cou finalement.

bihoreau-gris-_mg_1167

Sur cette dernière, alors qu’il revient en mode pêche.

bihoreau-gris_mg_1149

Je me dirige à un endroit où je peux à l’occasion, observer et photographier des parulines.

Finalement, c’est un viréo mélodieux qui s’y trouve.

Il me laisse un peu de temps pour le photographier.

Le voici, complètement dégagé, sur le haut d’une branche.

vireo-melodieux_mg_1378

Sur une autre branche alors qu’il se trouve plus à hauteur de mes yeux.

vireo-melodieux-_mg_1355

Alors que j’espère réussir à le photographier de dos ou de côté, dans le ciel, je vois un balbuzard pêcheur qui se dirige sur le marais.

Je quitte alors mon endroit pour aller réussir quelques photos du balbuzard pêcheur, l’oiseau de proie qui est le plus facile à photographier à cette période-ci dans ce parc.

Alors qu’il fait du surplace pour prendre le temps de repérer le poisson qu’il veut prendre.

balbuzard-pecheur-_mg_1389

Alors qu’il continue à s’approcher de l’eau, les ailes repliées, son regard continuant de bien fixer où il prendra son poisson.

balbuzard-pecheur-_mg_1391

Après avoir attrapé son poisson et qu’il réussit à sortir de l’eau avec sa proie dans ses serres.

balbuzard-pecheur-_mg_1399

C’est vraiment impressionnant de le voir pêcher ainsi.  Repérant sa proie en faisant du surplace, plongeant à toute allure en rentrant dans l’eau, battant fortement des ailes pour enlever l’eau sur ses ailes et en ressortir avec le poisson dans ses serres. Ce qui lui permet par la suite de prendre de l’altitude et aller porter son poisson dans son nid.

C’est un moment magique de pouvoir observer un tel comportement d’un oiseau.

J’espère toujours qu’il ne prendra pas une proie trop lourde pour l’empêcher de remonter et s’envoler avec.

La lumière diminue rapidement, quelle belle soirée !!!

Je termine donc ces quelques heures de photographie, après le travail, avec 89 espèces dont 7 lifers.

 

Lors de ma dernière visite, un habitué de l’endroit m’a dit que pour le faisan de colchide, j’aurais plus de chance dans la semaine que la fin de semaine.

C’est pourquoi, j’ai pris congé du travail aujourd’hui pour venir tenter ma chance, surtout que c’est une journée ensoleillée.

Je regarde dans le verger, je ne vois pas le faisan de colchide, je décide alors d’aller dans les sentiers, peut-être le verrais-je.

En arrivant à la première table à pique-nique, où il y a la mangeoire pour les colibris, j’aperçois un grand pic sur les troncs d’arbres par terre.  Je suis contre-jour, je ne peux pas le prendre en photo.

Je me dirige donc dans le sentier à l’arrière, c’est alors que les deux grands pics sont venus se poser non loin de moi, au bas d’un tronc d’arbre.

Ils ont l’air très actifs !!

Je prends donc ces photos, dont l’une où l’on voit la langue du Grand pic qui lui permet de repérer les fourmis charpentières et savoir où faire son trou pour les déguster.

Grand pic _MG_0686

Au repos quelques minutes, après avoir creusé un trou dans ce tronc.

Grand pic _MG_0698

A la première mangeoire, il y a deux bruants à gorge blanche qui mangent au sol.

Voici la photo de l’un d’entre eux.

Bruant à gorge blanche _MG_0805

Je me rend à la seconde mangeoire.

Il y a beaucoup d’oiseaux qui viennent dont le couple de vacher à tête brune.

Voici la femelle en train de se nourrir au sol.

Vacher à tête brune _MG_0840

Voici le mâle qui se régale aussi des graines de tournesol.

Vacher à tête brune _MG_1249

Par curiosité, je me dirige vers la grande digue, où cet hiver, il y avait un Petit-duc maculé.  Il n’est plus là, ou tout simplement, il n’a pas sorti sa tête du trou de la cabane pour les branchus.

Cependant, j’ai le bonheur d’avoir un roitelet à couronne rubis non loin que je prends en photo. Sa tâche rouge est cachée, car c’est bien un mâle.

Roitelet à couronne rubis_MG_0883

Sur celle-ci, malgré les ombrages de branches d’arbre plus hautes, on voit très bien sa tâche rouge.

Roitelet à couronne rubis _MG_0861

Je reviens vers la seconde mangeoire.

Pour mon plus grand bonheur, il y a une mésange bicolore qui vient se nourrir.  Faut être très rapide, elle ne reste pas longtemps en place.

Voici la photo sur la branche avant d’aller dans la mangeoire.

Mésange bicolore _MG_0998

La revoici sur une toute petite branche, guettant le moment opportun pour retourner dans la mangeoire.

Mésange bicolore _MG_1008

Puis un pic chevelu est venu sur un arbre.  La pose de l’oiseau ainsi que la lumière du moment m’ont permises de réaliser cette photo.

Pic chevelu _MG_1019

Alors que c’était tranquille à la seconde mangeoire, je suis allée dans le sentier se dirigeant vers la pointe.  J’ai alors vu un Pic flamboyant au bout d’un tronc d’arbre.

Pic flamboyant _MG_1066

J’ai continué ce sentier un bon bout dans l’espoir de voir d’autres oiseaux comme la grive fauve ou encore le troglodyte des forêts, mais non.  Il y a toujours une période sur l’heure du diner où les oiseaux sont absents.  C’est alors l’heure de manger moi aussi, bien que je garde un oeil sur ce qui peut se passer autour de moi.

Je reviens à la seconde mangeoire où les oiseaux recommencent à être actifs.

Je vois encore plusieurs bruants hudsoniens.  Je n’avais jamais vu ces oiseaux si tard au printemps.

Voici la photo sur une branche d’arbre avec des bourgeons.

Bruant hudsonien _MG_1202

Cette photo sur une perche, guettant le temps où il ira se nourrir.

Bruant hudsonien _MG_1275

Il y a bien entendu des Merles d’Amérique.

J’aime beaucoup les prendre en photo.  Ils ont une allure si fière !!!

Le voici alors qu’il sautille sur le gazon.

Merle d'Amérique _MG_1236

Un petit arrêt pour une autre photo où l’on distingue très bien sa couleur orangée sur le dessous.

Merle d'Amérique _MG_1238

Où il y a des mangeoires, il y a aussi des écureuils.

Le voici en train de déguster une graine de tournesol.

Ecureuil gris _MG_1281

Je n’ai pu m’empêcher de prendre cette photo alors que cet écureuil gris est couché près d’un endroit où il y a plusieurs graines de tournesol et se nourrit malgré tout.

Avec sa queue sur le dos, c’est vraiment trop mignon !!

Ecureuil gris _MG_1426

Il y a plusieurs carouges à épaulettes qui viennent également se nourrir à cette mangeoire.

Voici la photo d’un immature de l’an passé, il n’a pas encore toutes ses couleurs.

Carouge à épaulettes _MG_1308

Photo d’un mâle bien dégagé malgré qu’il est dans les broussailles.

Carouge à épaulettes _MG_1335

Tout comme la fin de semaine passée, il y a plusieurs Quiscales bronzés.  Jusqu’à ce moment-ci, je n’ai pas réussi à le photographier dégagé.

Un des Quiscales bronzés a été sur le tronc d’arbre, c’est ma chance, je le prends donc en photo !! Je ne peux espérer l’avoir plus dégagé que cela !

Quiscale bronzé _MG_1321

En retournant vers le marais, soit non loin de la première mangeoire, j’entends le chant du faisan de colchide.

Je me dirige avec le son et je le vois dans le champ avant le marais, parmi quelques chevreuils.

J’attends le temps nécessaire pour réussir à le prendre en photo dégagé malgré le foin du champ où il se trouve.

 

Faisan de Colchide_MG_1589

Il s’est quelque peu approché avec la lumière du soleil ce qui fait ressortir davantage ses belles couleurs.

Il est vraiment magnifique !!!

C’est un cadeau de la vie d’avoir pu enfin l’observer et d’avoir réussi à le photographier.

Faisan de Colchide _MG_1595

Je demeure à cet endroit un bout, le temps de bien l’observer, même s’il s’est quelque peu caché et que je ne peux le photographier. Je savoure le moment car c’est un lifer pour moi, il est très coloré et si beau à voir.

Durant la période où je l’observais, un vison est venu semble-t-il pour l’attaquer.  Les deux étaient trop loin pour que je distingue vraiment ce qui se passait.  Le Faisan de colchide s’est défendu et le vison est parti vers le marais.

Par la suite, le Faisan de Colchide s’est enfoncé dans la forêt, si bien que je ne pouvais plus le voir.

Pendant que je suis restée à observer le Faisan de Colchide, j’ai eu la visite d’une mésange bicolore, devant moi, sur un type de quenouille (je ne suis pas très bonne en plante aquatique ou de marais). J’ai eu le temps de prendre deux photos, dont celle-ci.

Mésange bicolore _MG_1559

Je ne regrette aucunement d’être venue à l’Ile St-Bernard aujourd’hui, j’ai été très gâtée.  Le Faisan de Colchide, j’espérais vraiment le voir, j’ai même eu la chance de le photographier complètement dégagé.

Je n’ai jamais eu autant d’espèces à photographier dans une journée dont un lifer en prime !!

Comment ne pas être reconnaissant envers la nature !!

Je suis donc rendue à 83 espèces dont 7 lifers maintenant depuis le début de 2016.