Category: mars


Dundee – 27 mars 2016

J’ai lu que les grues du Canada arrivent à Dundee, il y aurait déjà au moins deux couples.

L’an passé, je n’avais pas réussi à les voir, je décide de m’y rendre plus tôt cette année dans l’espoir de les voir enfin.

Il fait un temps superbe, beau soleil et chaud pour un 27 mars.

En chemin vers Dundee, sur une branche d’arbre, je vois une buse à queue rousse.

Elle ne se sent pas en danger, elle me laisse la photographier, assez rare, il doit être trop tôt ou j’ai su respecter sa bulle qui habituellement est très courte.

Voici la photo sur la branche d’un arbre pour bien repérer sa future proie.

Buse à queue rousse_MG_6223

Un peu plus loin, j’ai un pic flamboyant en train de picorer dans le gazon pour trouver des fourmis ou insectes.

Il est trop occupé, il ne s’est pas aperçu de ma présence, faut dire, que je suis demeurée dans l’auto avec un sac de fenêtre pour faire mes photos.

Pic flamboyant_MG_6278

J’arrive à la digue aux aigrettes, prête à faire le tour.

Il y a encore des bruants hudsoniens, ça me fait bizarre de les voir à ce temps-ci de l’année.

Un merle d’Amérique est également présent sur le sentier, le temps de faire quelques photos.

Merle d'Amérique _MG_6315

Sur l’eau, je vois un couple de canard colvert.  La femelle n’arrête pas de manger, tandis que le mâle, je réussis à faire quelques photos.

Canard colvert _MG_6331

Non loin du canard colvert, il y a un couple de bernache du Canada.  Trop mignon, je les photographie ensemble.

Bernache du Canada_MG_6337

Une des bernaches s’est isolée, j’en profite pour la prendre en photo également

Bernache du Canada _MG_6340

J’ai vu les grues du Canada, mais je n’ai réussi aucune belle photo 😦

Le problème pour faire des photos en ce temps-ci de l’année, c’est que l’eau est froide car il restait même un peu de glace par-ci par-là, cependant, le soleil est très chaud ce qui crée une condensation.  Moindrement que l’oiseau est trop loin, un flou automatique est présent sur les photos.

Même avec les jumelles, on se rend compte de ce flou.

Donc, si l’oiseau est trop loin, il est inutile d’essayer de prendre une photo, on sait très bien qu’elle ira à la corbeille, même avec l’objectif que j’ai.

J’ai la chance de photographier une mésange à tête noire, compagne de toutes mes sorties ou presque, sur le fruit d’un sumac vinaigrier.

Mésange à tête noire _MG_6385

Le reste du sentier, j’ai vu d’autres oiseaux, mais sans toutefois essayer de les photographier, à la jumelle, je distingue trop bien le flou de condensation.

Presque à la sortie, j’ai le plaisir de voir un pygargue à tête blanche planer dans le ciel et pas trop haut somme toute.

Voici la photo que j’ai réussi à faire.

Un adulte, je n’ai pas eu cette opportunité souvent dans ma vie.

Pygargue à tête blanche_MG_6506

Je termine donc cette belle journée, plus tôt que j’aurais voulue, heureuse malgré tout d’avoir pu voir les grues du Canada.  Je reviendrai un jour avec moins de condensation!

Pour la fin de mars, j’ai 54 espèces dont 3 lifers.

 

 

 

Publicités

Il fait très beau et pas très froid.  Une excursion au Jardin Botanique de Montréal me tente beaucoup, c’est donc l’endroit où je décide d’aller.

J’arrête au jardin chinois, c’est l’endroit où les mangeoires attirent le plus d’espèces d’oiseaux puisque le chemin est moins passant et beaucoup d’arbres à proximité.

Je vois donc le chardonneret jaune, le roselin familier, tarin des pins ainsi que le cardinal rouge, mais je n’étais pas dans un bon angle pour prendre ces photos, ou encore, ils se sont posés sur la barre rouillée où sont installées les mangeoires.

Cependant, j’ai eu la chance de ma vie, les roselins pourprés (mâle et femelle) sont venus dans l’arbre près de moi !

Ce n’est pas un lifer, mais cependant, mes plus belles photos à vie de cet oiseau !

On commence par la femelle, avec sourcil blanc très prononcé ce qui la distingue facilement du roselin familier.

La voici de dos où je peux voir les beaux détails

Roselin pourpre _MG_5437

De devant sur une belle branche, assez dégagée

Roselin pourpre _MG_5428

Voici le mâle, enfin, j’ai ma photo de ce si bel oiseau !!!

De dos, avec les couleurs pourpres de la tête à la queue

Roselin pourpré_MG_5392

De devant, avec sa poitrine non rayée et couleur pourpre

Roselin pourpre _MG_5417

Je suis très contente d’avoir eu cette chance incroyable de les avoir près, bon angle du soleil et assez dégagés pour la majorité.

J’ai continué ma promenade en suivant les autres sentiers.  Sur mon chemin, j’ai rencontré ce beau renard roux.  Impossible de ne pas prendre une photo.

Renard roux _MG_5501

J’ai repéré un endroit où il y avait plein de Jaseurs d’Amérique dans des Genévriers remplis de baies.  Ils ont de quoi se nourrir.

Jaseur d'Amérique _MG_5630

Je prend quelques photos et d’un seul coup, tout s’est vidé.  Je ne peux pas croire le nombre d’oiseaux qu’il y avait  dans ces arbres. Ils étaient facilement 50 sinon plus.

C’est un oiseau de proie qui a passé et les ont fait fuir aussitôt.  Je ne l’ai pas vu personnellement, mais un monsieur m’a dit avoir vu un Epervier brun.

J’ai attendu leur retour. Ce fût long avant que les oiseaux reprennent confiance et reviennent.  Je n’ai pas eu l’opportunité de continuer à les prendre en photo.  Ils sont demeurés très haut dans les branches des arbres matures.

Je suis donc revenu vers la sortie, à l’endroit où il y a plein d’arbres fruitiers. Un monsieur dont je ne me rappelle plus son nom, m’a dit qu’il venait de les prendre en photos à cet endroit.

Sur mon retour, c’est une corneille d’Amérique qui attire mon attention.

Corneille d'Amérique _MG_5689

Aux arbres fruitiers, je retrouve effectivement les Jaseurs d’Amérique mais également des Jaseurs boréaux.

Voici quelques photos des Jaseurs d’Amérique.

De dos parmi les fruits

Jaseur d'Amérique_MG_6080

De côté, prêt à se choisir un des fruits.

Jaseur d'Amérique_MG_5791

Avec un fruit dans son bec

Jaseur d'Amérique_MG_6066

Le Jaseur boréal est arrivé dans ma région très tard à comparer des années précédentes.

Je ne pensais pas les voir à la fin de mars, ce fût toute une surprise !!

Voici mes plus belles photos de ce beau Jaseur boréal

Jaseur boréal_MG_6024

Il n’a que l’embarras du choix au niveau des fruits à prendre.

Jaseur boréal _MG_6138

Mettant bien en évidence ses sous-caudales brun-roussâtre et sa gorge noire qui le diffère très facilement du Jaseur d’Amérique.

Jaseur boréal _MG_6163

Il n’y a pas que les Jaseurs qui aiment ces fruits, le Merle d’Amérique les aime tout autant.

Merle d'Amérique _MG_5929

Le merle d’Amérique va même sur le gazon à la recherche des fruits qui tombent des arbres.

Merle d'Amérique _MG_5898

Il y a un mélange de Jaseurs et de Merles d’Amérique sur le gazon, mais je n’étais pas dans un angle pour pouvoir les prendre en photo, je suis arrivée trop à la fin de la journée.

Heureusement, pour les photos dans les arbres fruitiers, j’ai vraiment une très belle luminosité douce.

Je suis à la fin de la journée, le soleil commence à vouloir se coucher ce qui fait que je ressens de plus en plus le froid m’envahir.

Ce fût une superbe belle journée !!!

Je termine donc avec 51 espèces dont 3 lifers, par contre, avec le bonheur d’avoir enfin une belle photo du roselin pourpré !

 

 

 

 

C’est une très belle journée, je me rend à St-Mathias-sur-Richelieu, au Parc des Voiles car une bernache nonnette a été vue.  J’espère bien la voir car c’est une bernache que je n’ai jamais eu l’opportunité de la voir et photographier.

Sur place, il y a plein de bernaches du Canada qui dorment et d’autres sont sur l’eau.

J’essaie de trouver cette bernache nonnette parmi toutes les bernaches car jusqu’à maintenant, personne ne l’a aperçue.

Je repère dans le groupe, une bernache de Hutchins.  Elle est identique à la bernarche du Canada sauf qu’elle st plus petite et son bec est plus court également.

Sur cette photo, c’est la première que l’on voit

Bernache de Hutchins_MG_4571

Pendant que je continue mes recherches, à l’extrémité droite du parc, il y a plusieurs grands harles.  J’en profite donc pour faire une photo du groupe.

Grand harle_MG_4665

En revenant, une oie rieuse est vue par plusieurs observateurs et photographes, dont moi.

Fallait vraiment bien observer, car le bec dans les plumes, seule sa tête plus brune et le blanc au-dessus du bec pouvait nous permettre de l’identifier.

Par contre, sa tête levée, son bec orange nous permet de la reconnaître alors facilement.

Voici lorsqu’elle s’est levée alors que plusieurs bernaches du Canada avaient déjà commencées à s’envoler vers un autre lieu, ou tout simplement, allées sur l’eau.

Contrairement à une bernache, les stries noires permettent également de bien l’identifier.

Oie rieuse_MG_4735

Alors que plusieurs bernaches quittent, elle n’ose vraiment pas aller à l’eau, elle se recouche sur la glace.

Oie rieuse _MG_4750

Je n’ai pas vu la bernache nonnette.

Je décide alors de descendre le long du richelieu dans l’espoir de la trouver dans les environs.

Finalement, c’est un groupe de Garrots à oeil d’or que j’aperçois.

Je m’arrête le temps de faire quelques photos.

Le courant étant assez fort à cet endroit, pas facile d’avoir ce garrot dans ces petites vagues. Ce qui n’empêche pas le mâle de faire sa parade nuptiale.

Garrot à oeil d'or_MG_4883

A cet endroit, l’eau est un peu plus calme, je reprends donc une photo du couple

Garrot a oeil d'or _MG_4905

J’ai cherché en vain cette bernache nonnette, je ne l’ai jamais vue.  Ce sera pour une prochaine fois.

Dans l’après-midi, il fait chaud à l’extérieur, mais il y a une condensation entre l’eau froide et le soleil, si bien que si l’oiseau ou le canard que je veux photographier est loin, il est impossible de réaliser une belle photo, il y a un flou automatique dû à cette condensation.

Tous les autres espèces que j’ai alors vu comme les fuligules à collier, pluvier kildir, canard pilet, merle d’Amérique et autres sont notés dans mon feuillet ebird, mais sans photos.

Je termine donc cette merveilleuse journée avec 47 espèces dont 3 lifers.

 

 

Laval – 13 mars 2016

Par une très belle journée, je me suis rendue à Laval où un couple d’Arlequin plongeur a été vu au cours de la semaine.

En 2015, j’avais réussi des photos très proches par la piste cyclable, mais c’était une journée nuageuse, donc, je m’essaie avec une journée ensoleillée.

En arrivant au stationnement, je repère la femelle.  Je m’installe et peu de temps après, je vois le mâle arriver.  Ils se tiennent beaucoup plus loin qu’en 2015 à regret et la luminosité n’est pas à son meilleur présentement.

Le mâle chasse les bernaches et revient plus tard.

Le femelle étant trop loin, je prends la photo du mâle qui s’est quelque peu approché en voulant faire fuir une bernache.

Arlequin plongeur _MG_4418

Malheureusement, lorsque la luminosité fut parfaite, je n’ai pas revu le couple revenir.

C’est la belle période également pour prendre des bernaches en vol, ils arrivent par groupe de plusieurs individus.

Je réalise donc cette photo avec un groupe de 4 bernaches du Canada.

Bernache du Canada _MG_4495

Je prends également la photo d’une des bernaches que l’Arlequin plongeur a fait fuir.

Bernache du Canada _MG_4510

Au loin, il y avait aussi des canards colverts.  J’ai pris la photo d’une femelle qui s’envole.

Canard colvert _MG_4555

Dans mon attente et espoir de voir revenir l’Arlequin plongeur, une surprise arrive dans le bassin d’eau soit une sarcelle à ailes bleues.

J’ai pris deux photos malgré qu’elle n’était pas très près.

Avec les ailes ouvertes mettant en évidence son miroir bleu

Sarcelle à ailes bleues_MG_4536

Alors qu’elle se trouvait près de la fin de la neige et glace de l’autre côté du bassin.

Sarcelle a ailes bleues _MG_4545

Plus l’après-midi avance, moins j’ai d’espoir que le couple revienne puisque le bassin devient de plus en plus occupé par les bernaches et que lors de la dernière chasse, le mâle a appelé sa femelle pour le suivre.

Je décide de revenir, heureuse d’avoir pu observer encore ce si beau canard qu’on voit si rarement dans ma région.

Je termine donc cette belle journée avec 43 espèces dont 3 lifers.

Il fait beau et comme il n’y a pas eu beaucoup de neige cette année, je décide d’aller aux Rapides de Lasalle dans l’espoir de voir le grand héron possiblement.

Arrivée sur place, je me rends compte qu’effectivement, il ne reste plus beaucoup de glace et neige, ce qui laisse beaucoup de place aux canards, bernaches etc…

A ma surprise, le grand héron n’est pas encore arrivé.

Je commence donc à prendre un couple de canard colvert.

Se promenant tranquillement sur l’eau

Canard colvert _MG_4147

C’est le printemps, il n’y a aucun doute, photo du mâle en train d’accoupler la femelle

Canard colvert _MG_4152

Un peu plus tard alors que le soleil m’a abandonné sur la glace

Canard colvert _MG_4301

Il y a aussi des harles couronnés qui sont arrivés.

Voici la photo de la femelle avec la couronne bien ouverte

Harle couronne _MG_4137

Les photos du mâle sans soleil à regret

Sur l’eau

Harle couronnee _MG_4195

Sur la glace

Harle couronné_MG_4179

Les Goélands à bec cerclé sont présents en grand nombre.

En voici un sur la glace

Goeland à bec cercle _MG_4306

J’ai réussi à prendre cette photo alors qu’un Goéland à bec cerclé venait rejoindre un autre goéland sur la glace.

Goeland à bec cercle _MG_4308

Comme il n’y a plus de soleil et aucun espoir de le revoir, les nuages ont cachés complètement le ciel, je reviens vers le stationnement.

A ce moment-là, un peu loin sur la glace, j’aperçois une sarcelle d’hiver.  Impossible de ne pas faire une photo.

Sarcelle d'hiver _MG_4334

Ce qui termine ma journée avec 40 espèces dont 3 lifers depuis le début de l’année.

Il fait un temps superbe.  Je décide d’aller faire un tour au Parc de la Mauricie pour les becs-croisés.

Sur la route, je croise plusieurs Tarins des pins.  Je décide d’en prendre un en photo.  Ils se tiennent à une distance, mais je réussis à faire une photo pas si pire.

Tarin des pins_MG_4091

Un peu plus loin, une belle gélinotte huppée traverse la route enneigée.  Je réussis à faire une photo alors qu’elle est de l’autre côté du chemin.

Gélinotte huppée_MG_4078

J’arrive à l’endroit où se tiennent les becs-croisés.

Ils se tiennent haut dans les arbres, tout au bout des sapins ou des branches.

Voici le bec-croisé des sapins

Bec-croisé des sapins_MG_4095

Finalement, le bec-croisé bifascié mâle

Bec-croisé bifascié_MG_4100

Je n’ai pas pu faire les sentiers, seulement le chemin, car c’était très glissant pour marcher. Dès que je débarquais de l’auto, il y avait des plaques de glace un peu partout. Selon moi, ils ont dûs recevoir de la pluie verglaçante.

J’ajoute donc 4 espèces dont 3 espèces que je n’ai pas souvent l’occasion de rencontrer et photographier.  Seul le Tarin des pins, je le photographie régulièrement en hiver au Cap Tourmente ou à la forêt Montmorency.

Je termine donc cette superbe journée avec 38 espèces dont 3 lifers.