Category: Avril


Ile Charron – 30 avril 2016

Il fait beau, je décide d’aller faire un tour au marais de St-Timothée.

A ma grande surprise, il n’y a pas d’oiseaux !! Aucun grand héron malgré que l’endroit est reconnu pour être une héronnière, pas de carouges à épaulettes, aucun canard sur l’eau non plus.

Je reçois un appel de mon frère m’indiquant qu’il y a des grèbes esclavons à l’Ile Charron.

Je quitte donc le marais St-Timothée pour aller à l’Ile Charron finalement.

Je repère les grèbes esclavons, mais je suis contre-jour et ils sont très loin, je ne peux pas les photographier.

Je m’installe à un endroit dans l’espoir qu’ils approchent.

Pendant ce temps, j’ai un bruant à gorge blanche qui mange une feuille non loin de moi. Je me tourne très lentement afin de ne pas le faire fuir.

bruant-a-gorge-blanche-_mg_9568

J’ai également une femelle carouge à épaulettes qui prépare surement son nid.

carouge-a-epaulettes-_mg_9524

Puis dans le haut d’un arbre, j’entends le chant du pic flamboyant.  J’ai le temps de réaliser une photo.  On voit très bien ses plumes jaunes de sa queue.

pic-flamboyant-_mg_9598

Plus le temps passe, plus le soleil tourne de côté.  Avec mes jumelles,  je continue à suivre les grèbes esclavons.  Je me rends compte que de l’endroit où les pêcheurs sont, les grèbes esclavons passent très près d’eux.

Je vais donc à l’endroit où les pêcheurs prennent le sentier pour aller pêcher.

Je n’ai pas le soleil complètement en arrière, mais assez pour me permettre de les photographier.  Comme ils sont près, ça me permet de réaliser mes meilleures photos à vie de cet espèce.

Voici mes trois plus belles photos du grèbe esclavon:

Ma première alors qu’il me regarde dans le bon angle du soleil.

grebe-esclavon-_mg_0005

 

Ma seconde alors qu’il a réussi à prendre un poisson avant de l’avaler.

grebe-esclavon-_mg_0187

Cette dernière alors que j’ai l’éclairage parfait.

grebe-esclavon_mg_0068

C’est un de mes oiseaux préférés.  On peut le voir qu’au printemps ou à l’automne, mais il ne demeure pas dans notre région.

C’est regrettable car j’aurais vraiment aimé voir les petits de cette espèce.  Sans compter que nous aurions plus d’occasion également de les prendre en photo.

Je suis vraiment contente d’avoir attendu le temps nécessaire pour les photographier si près.

C’est mon cadeau de la journée !!!

Je termine donc avec 84 espèces dont 7 lifers.

Publicités

Lors de ma dernière visite, un habitué de l’endroit m’a dit que pour le faisan de colchide, j’aurais plus de chance dans la semaine que la fin de semaine.

C’est pourquoi, j’ai pris congé du travail aujourd’hui pour venir tenter ma chance, surtout que c’est une journée ensoleillée.

Je regarde dans le verger, je ne vois pas le faisan de colchide, je décide alors d’aller dans les sentiers, peut-être le verrais-je.

En arrivant à la première table à pique-nique, où il y a la mangeoire pour les colibris, j’aperçois un grand pic sur les troncs d’arbres par terre.  Je suis contre-jour, je ne peux pas le prendre en photo.

Je me dirige donc dans le sentier à l’arrière, c’est alors que les deux grands pics sont venus se poser non loin de moi, au bas d’un tronc d’arbre.

Ils ont l’air très actifs !!

Je prends donc ces photos, dont l’une où l’on voit la langue du Grand pic qui lui permet de repérer les fourmis charpentières et savoir où faire son trou pour les déguster.

Grand pic _MG_0686

Au repos quelques minutes, après avoir creusé un trou dans ce tronc.

Grand pic _MG_0698

A la première mangeoire, il y a deux bruants à gorge blanche qui mangent au sol.

Voici la photo de l’un d’entre eux.

Bruant à gorge blanche _MG_0805

Je me rend à la seconde mangeoire.

Il y a beaucoup d’oiseaux qui viennent dont le couple de vacher à tête brune.

Voici la femelle en train de se nourrir au sol.

Vacher à tête brune _MG_0840

Voici le mâle qui se régale aussi des graines de tournesol.

Vacher à tête brune _MG_1249

Par curiosité, je me dirige vers la grande digue, où cet hiver, il y avait un Petit-duc maculé.  Il n’est plus là, ou tout simplement, il n’a pas sorti sa tête du trou de la cabane pour les branchus.

Cependant, j’ai le bonheur d’avoir un roitelet à couronne rubis non loin que je prends en photo. Sa tâche rouge est cachée, car c’est bien un mâle.

Roitelet à couronne rubis_MG_0883

Sur celle-ci, malgré les ombrages de branches d’arbre plus hautes, on voit très bien sa tâche rouge.

Roitelet à couronne rubis _MG_0861

Je reviens vers la seconde mangeoire.

Pour mon plus grand bonheur, il y a une mésange bicolore qui vient se nourrir.  Faut être très rapide, elle ne reste pas longtemps en place.

Voici la photo sur la branche avant d’aller dans la mangeoire.

Mésange bicolore _MG_0998

La revoici sur une toute petite branche, guettant le moment opportun pour retourner dans la mangeoire.

Mésange bicolore _MG_1008

Puis un pic chevelu est venu sur un arbre.  La pose de l’oiseau ainsi que la lumière du moment m’ont permises de réaliser cette photo.

Pic chevelu _MG_1019

Alors que c’était tranquille à la seconde mangeoire, je suis allée dans le sentier se dirigeant vers la pointe.  J’ai alors vu un Pic flamboyant au bout d’un tronc d’arbre.

Pic flamboyant _MG_1066

J’ai continué ce sentier un bon bout dans l’espoir de voir d’autres oiseaux comme la grive fauve ou encore le troglodyte des forêts, mais non.  Il y a toujours une période sur l’heure du diner où les oiseaux sont absents.  C’est alors l’heure de manger moi aussi, bien que je garde un oeil sur ce qui peut se passer autour de moi.

Je reviens à la seconde mangeoire où les oiseaux recommencent à être actifs.

Je vois encore plusieurs bruants hudsoniens.  Je n’avais jamais vu ces oiseaux si tard au printemps.

Voici la photo sur une branche d’arbre avec des bourgeons.

Bruant hudsonien _MG_1202

Cette photo sur une perche, guettant le temps où il ira se nourrir.

Bruant hudsonien _MG_1275

Il y a bien entendu des Merles d’Amérique.

J’aime beaucoup les prendre en photo.  Ils ont une allure si fière !!!

Le voici alors qu’il sautille sur le gazon.

Merle d'Amérique _MG_1236

Un petit arrêt pour une autre photo où l’on distingue très bien sa couleur orangée sur le dessous.

Merle d'Amérique _MG_1238

Où il y a des mangeoires, il y a aussi des écureuils.

Le voici en train de déguster une graine de tournesol.

Ecureuil gris _MG_1281

Je n’ai pu m’empêcher de prendre cette photo alors que cet écureuil gris est couché près d’un endroit où il y a plusieurs graines de tournesol et se nourrit malgré tout.

Avec sa queue sur le dos, c’est vraiment trop mignon !!

Ecureuil gris _MG_1426

Il y a plusieurs carouges à épaulettes qui viennent également se nourrir à cette mangeoire.

Voici la photo d’un immature de l’an passé, il n’a pas encore toutes ses couleurs.

Carouge à épaulettes _MG_1308

Photo d’un mâle bien dégagé malgré qu’il est dans les broussailles.

Carouge à épaulettes _MG_1335

Tout comme la fin de semaine passée, il y a plusieurs Quiscales bronzés.  Jusqu’à ce moment-ci, je n’ai pas réussi à le photographier dégagé.

Un des Quiscales bronzés a été sur le tronc d’arbre, c’est ma chance, je le prends donc en photo !! Je ne peux espérer l’avoir plus dégagé que cela !

Quiscale bronzé _MG_1321

En retournant vers le marais, soit non loin de la première mangeoire, j’entends le chant du faisan de colchide.

Je me dirige avec le son et je le vois dans le champ avant le marais, parmi quelques chevreuils.

J’attends le temps nécessaire pour réussir à le prendre en photo dégagé malgré le foin du champ où il se trouve.

 

Faisan de Colchide_MG_1589

Il s’est quelque peu approché avec la lumière du soleil ce qui fait ressortir davantage ses belles couleurs.

Il est vraiment magnifique !!!

C’est un cadeau de la vie d’avoir pu enfin l’observer et d’avoir réussi à le photographier.

Faisan de Colchide _MG_1595

Je demeure à cet endroit un bout, le temps de bien l’observer, même s’il s’est quelque peu caché et que je ne peux le photographier. Je savoure le moment car c’est un lifer pour moi, il est très coloré et si beau à voir.

Durant la période où je l’observais, un vison est venu semble-t-il pour l’attaquer.  Les deux étaient trop loin pour que je distingue vraiment ce qui se passait.  Le Faisan de colchide s’est défendu et le vison est parti vers le marais.

Par la suite, le Faisan de Colchide s’est enfoncé dans la forêt, si bien que je ne pouvais plus le voir.

Pendant que je suis restée à observer le Faisan de Colchide, j’ai eu la visite d’une mésange bicolore, devant moi, sur un type de quenouille (je ne suis pas très bonne en plante aquatique ou de marais). J’ai eu le temps de prendre deux photos, dont celle-ci.

Mésange bicolore _MG_1559

Je ne regrette aucunement d’être venue à l’Ile St-Bernard aujourd’hui, j’ai été très gâtée.  Le Faisan de Colchide, j’espérais vraiment le voir, j’ai même eu la chance de le photographier complètement dégagé.

Je n’ai jamais eu autant d’espèces à photographier dans une journée dont un lifer en prime !!

Comment ne pas être reconnaissant envers la nature !!

Je suis donc rendue à 83 espèces dont 7 lifers maintenant depuis le début de 2016.

Il fait encore une très belle journée et comme il y a un faisan de colchide présent à l’ile St-Bernard, c’est l’endroit de ma destination aujourd’hui.

En me promenant dans le verger, soit l’endroit où le faisan de colchide a été vu le plus souvent, je vois une belle marmotte.  Je la prends donc en photo.

Marmotte _MG_0332

J’ai cherché un peu partout, je n’entends pas et je ne vois pas non plus le faisan de colchide.  Je décide alors de me promener en empruntant le sentier de l’Ile.

C’est un bruant chanteur qui attire mon attention.  Trop beau, je ne peux pas m’empêcher de le prendre en photo.

Bruant chanteur _MG_0351

Au marais, il n’y a rien.  Première mangeoire, quelques pics viennent à la mangeoire, trop sombre pour prendre une photo.

Je me dirige alors vers la seconde mangeoire.

J’emprunte le petit sentier pour aller au marais, après la toilette sèche.  Il y a quelques parulines à croupion jaune, trop loin pour réussir une photo.

Cependant, il y a également quelques roitelets à couronne rubis.

Je réussis à en photographier un, malgré qu’il bouge davantage qu’une paruline. A regret, je n’ai pu prendre sa tâche rouge sur sa calotte.  Femelle ou tâche rouge cachée ? Je ne suis pas assez experte pour le savoir, car le mâle est reconnu justement par le rouge sur la calotte, mais cette tâche rouge n’est pas toujours visible.

Roitelet à couronne rubis _MG_0415

J’arrive à la seconde mangeoire et à ma grande surprise, il y a encore des bruants hudsoniens !! C’est la première fois que j’en photographie un sans présence de neige et avec des bourgeons dans les arbres.

Bruant hudsonien _MG_0445

Il y a également un couple de cardinal rouge qui fréquente la mangeoire.

Voici la photo de la femelle alors qu’elle attend son tour pour aller manger.

Cardinal rouge _MG_0484

Les pics sont très actifs également à cette mangeoire.

Voici la photo d’un pic chevelu. Beaucoup d’oiseaux cachent de la nourriture dans le trou de l’écorce, les différents pics le savent et se gâtent à souhait.

Pic chevelu _MG_0508

Il y a plusieurs Quiscales bronzés.   J’ai réussi à en photographier un qui est un peu plus dégagé que les autres, ce n’est pas très évident en cette période de l’année car il y a beaucoup de branches. J’ai voulu faire ressortir les beaux reflets, cependant, je n’ai pas l’angle du soleil pour réussir à faire sortir les reflets sur le corps du Quiscale bronzé.

Quiscale bronzé _MG_0526

Il y a également un couple de vacher à tête brune qui vient se nourrir au sol.

Voici le mâle sur un tronc d’arbre

Vacher à tête brune _MG_0470

En revenant, j’ai entendu le faisan de colchide, il a un chant très particulier, mais comme je suis près de l’entrée, il y a des personnes qui sortent ou entrent continuellement, si bien que le faisan de colchide ne s’est finalement pas montré.

Donc, après plusieurs heures d’attente, j’ai également abandonné l’espoir de le voir.  Tout près de la sortie, il y a un roitelet à couronne dorée.

Il est très bien caché dans les broussailles.

Roitelet à couronne dorée_MG_0568

Et finalement, pour terminer ma journée, j’ai pris la photo d’un vacher à tête brune sur le fruit d’un sumac vinaigrier.

Vacher à tête brune_MG_0586 copie

C’est dommage pour le faisan de colchide, j’aurai ma chance une autre fois !!

Je termine cette merveilleuse journée avec 81 espèces dont 6 lifers.

Je décide aujourd’hui d’aller au jardin botanique de Montréal.  Durant la semaine, un couple de fuligule à collier est présent, j’espère qu’il le sera encore aujourd’hui.

J’arrive tôt et je me dirige lentement vers les étangs d’eau du jardin, portant attention aux nouveaux chants, il y a plusieurs oiseaux qui sont arrivés soit pour passer l’été avec nous ou d’autres qui ne sont que de passage uniquement.

J’entends le chant du bruant familier, ça faisait longtemps que je ne l’avais pas entendu. Très joli avec son capuchon roux.

Comme tous les bruants, il se tient au sol pour se nourrir, d’où la réalisation de cette photo.

Bruant familier_MG_9418

En continuant, je vois un beau merle d’Amérique au jardin chinois.  Je n’ai pu m’empêcher de le photographier.

Merle d'Amérique _MG_9460

J’ai vu des tarins des pins, ils étaient sur la terre mouillée, je n’ai pas réussi de photos, ils bougeaient trop, faut dire qu’à cette heure-là, il y avait beaucoup d’insectes.

Rendue aux étangs, je vois les fuligules à collier, cependant trop loin pour l’instant, je m’installe et j’attends qu’ils reviennent plus près.

Pendant ce temps, les hirondelles bicolores commencent déjà à choisir leurs cabanes pour y faire leurs nids.

Voici une hirondelle bicolore qui a réservée sa cabane et la défendait si une autre hirondelle essayait de venir la lui prendre.

Hirondelle bicolore _MG_9594

Les fuligules à collier ont commencés à s’approcher.

J’ai fait la sélection de ces 3 photos soit le couple ensemble.

Fuligule à collier _MG_9558

La femelle qui bat des ailes après son nettoyage matinal.

Fuligule à collier _MG_9673

Le mâle dans ses belles couleurs du printemps et ses beaux reflets selon l’angle du soleil. Il est vraiment magnifique avec le roux dans le cou.

Fuligule à collier_MG_9754

Pendant que je photographie les fuligules à collier, un martin-pêcheur d’Amérique passe d’un étang à l’autre et me titille.

Je décide alors de m’installer à un endroit propice au second étang afin de le prendre en photo.

Il était sur la perche, à regret, il l’a quitté aussitôt, si bien que je n’ai pas de photos sur la perche, mais je l’ai en vol, j’ai eu le temps de faire le focus à ce moment-là.

Martin pêcheur_MG_0277

Il réussit à prendre un poisson et il s’est posé sur le toit d’une cabane d’hirondelle afin de le déguster.

Martin pêcheur _MG_9773

Je suis demeurée un moment dans l’attente de revoir le martin-pêcheur plus près, mais non, je n’ai pas eu cette chance.

Durant cette attente, un beau canard colvert mâle est venu sur cet étang, avec la couleur de l’eau et le reflet, je l’ai donc pris en photo.

Canard colvert_MG_9807

J’ai souvent cette chance car malgré que j’attends un oiseau précis, j’ai des belles surprises de la nature, il faut juste rester attentif et ouvert à ce qui nous entoure.

En me promenant dans le bois autour des étangs, il y a beaucoup d’oiseaux comme des bruants à gorge blanches, bruants fauves, cependant, trop à l’ombre pour les photographier.

Parmi ces oiseaux, il y a une grive solitaire.  Les fruits rouges des arbres sont tombés par terre car les jaseurs d’Amérique en ont échappés beaucoup.

Voici donc la photo d’une grive solitaire avec un de ces fruits rouges pour se régaler.

Grive solitaire_MG_9967

Non loin de cette grive, il y a de petits arbustes et petits conifères, c’est dans un de ceux-ci que j’ai eu la chance de prendre cette photo d’un roitelet à couronne rubis.  Difficile à prendre en photo, ils bougent sans cesse, pire que les différentes parulines.

Dans l’angle qu’il était, je n’ai pu prendre le rouge sur sa tête, à regret.

Roitelet à couronne rubis _MG_9992

Je marche dans les bois, non loin des étangs, jusqu’au moment où je vois un grand pic au pied d’un arbre.  Les gens passent à côté de lui, il reste là.

J’approche donc pour le prendre en photo.

Je ne peux le prendre complètement dégagé, c’est le printemps et il y a plein de repousses au sol.  Cette femelle semble très heureuse de ce qu’elle trouve dans cet arbre pour demeurer là.

Grand pic _MG_0078

Voici un portrait de cette femelle.

Je n’ai pas vu de mâles dans les alentours.

Grand pic _MG_0125

Je laisse donc ce grand pic et pour être certaine de ne pas le déranger, je passe par un autre sentier.

Au pied d’un arbre, un oiseau attire mon regard, c’est bel et bien un grimpereau brun !

Je m’installe et je réussis à le prendre en photo, j’étais dans le bon angle de lumière.

Pas facile de le suivre, je suis très contente de l’avoir réussi aussi clair.

Grimpereau brun_MG_0248

J’ai vu beaucoup d’oiseaux, j’ai réussi à photographier une dizaine d’espèces, sans compter les espèces dont les photos ne sont pas bonnes, mais que j’ai tout de même eu l’occasion d’observer comme une paruline à couronne rousse.

Au niveau des jaseurs d’Amérique, je n’ai pu trouver de bons angles du soleil pour les photographier, ils étaient nombreux.

J’ai vu également un renard attaqué une bernache du Canada, ma photo n’a pas aussi bien sortie que je le pensais lors de la prise de vue.  La bernache a su très bien se défendre, le renard est parti dans son coin assez vite.

Le soir, j’ai pu voir les renardeaux, mais je n’avais pas l’objectif pour les prendre en photo, sans compter que l’angle du soleil n’était pas correct. Beaucoup trop d’ombres.

Je termine cette merveilleuse journée avec 78 espèces dont 6 lifers et le coeur rempli de joie.

Belle journée ensoleillée et chaude pour un 17 avril, je commence donc par aller à Baie-du-Febvre car plusieurs canards y sont vus et j’espère les avoir pas trop loin.

Comme c’est contre-jour le matin, par le sentier, je peux marcher jusqu’à l’autre côté des bassins en demeurant derrière la clôture.  Je n’avais jamais remarqué que j’y avais accès, à moins que ce soit temporaire au printemps.

Plusieurs observateurs y sont ainsi que quelques photographes.

Je demeure sans trop bouger dans l’espoir que les canards viennent plus près.

Je réussis à prendre la photo d’un fuligule à tête rouge.

Fuligule à tête rouge_MG_8444

Par la suite, j’ai le bonheur qu’un groupe de petits garrots approche.  Je réussis donc ma première photo de cette espèce. J’aime les reflets de la tête du mâle.

Voici enfin la photo du mâle du Petit garrot (lifer pour moi).

Petit garrot_MG_8408

En revenant, je vois un bruant chanteur sur une quenouille, impossible de ne pas le prendre en photo.

Bruant chanteur_MG_8538

Je reviens à la maison, j’ai des trucs à faire.

Vers 15h00 environ, j’ai l’idée d’aller aux Rapides de Lasalle.  Je sais qu’il y a un harle huppé qui a été vu durant la semaine, mais comme il est déjà tard, je me demande si ça vaut vraiment le coup d’y aller.  Finalement, il fait tellement beau à l’extérieur, je décide d’y aller.

Je ne le regrette pas du tout, loin de là !!!

En arrivant, je vois un couple de canard d’Amérique. Je m’installe donc pour les photographier.

Voici le mâle dans ses belles couleurs du printemps.

Canard d'Amérique_MG_8836

Le revoici avec sa conjointe.

Canard d'Amérique _MG_9071

Il y a quelques bernaches du Canada, dont celle-ci que j’ai photographié.

Bernache du Canada _MG_8861

Il y a une Grande aigrette entre le deuxième et troisième pont.  Elle vient justement d’attraper un poisson.

A cette période de l’année, elle a le lore d’un si beau vert !

Grande Aigrette_MG_8548

En continuant de me promener d’un pont à l’autre, j’aperçois enfin le harle huppé !!!

L’an passé, j’avais eu la femelle avec ses bébés, mais là, j’ai le mâle dans ses si jolies couleurs, reflet vert au niveau de la tête ainsi que la présence de la femelle.

Le mâle est plus actif, se promène beaucoup, pêche également, alors que la femelle est couchée sur un rocher.

Voici quelques photos de ce si beau harle huppé.

A côté de sa femelle.

Harle huppé _MG_8657

Avec sa huppe bien en évidence.

Harle huppé _MG_8698

Alors qu’il fait la parade nuptiale pour attirer la femelle, très impressionnant à voir et à entendre.

Harle huppé _MG_8997

Tout simplement, parce que j’aime également cette photo. La couleur de l’eau va très bien avec son cou.

Harle huppé _MG_9088

Il est déjà tard pour un mois d’avril, en revenant, je vois un grand héron, impossible de ne pas demeurer encore pour quelques photos puisque j’ai encore assez de luminosité.

Le voici dans les herbes, prêt si un poisson passe par là.

Grand héron _MG_9317

Il vient de pêcher un poisson, il s’envole pour le manger dans un endroit qui lui convient davantage. J’ai le temps de faire un gros plan, je ne m’attendais pas qu’il m’approche autant !

Grand héron _MG_9262

Avec son bec ouvert, comme s’il voulait appeler les poissons pour les faire venir vers lui.

Grand héron _MG_9364

Ce fut encore une journée superbe, remplie de surprises dont 1 lifer de plus !  D’avoir également pu voir et photographier le mâle harle huppé, c’est une joie inestimable.

Je termine donc avec 71 espèces depuis le début de 2016 dont 6 lifers.

Dundee – 16 avril 2016

Il fait très beau, je décide de retourner à Dundee tôt ce matin afin d’avoir ma chance de voir et photographier les grues du Canada sans le flou de condensation de l’après-midi.

Je commence le sentier de la digue aux aigrettes.

Je vois déjà une bernache du Canada en train de couver semble-t-il car elle ne quitte pas son nid.

Bernache du Canada _MG_7695

J’arrive à une cache où juste en face, une grue du Canada est en train de couver ses deux oeufs.

Non seulement, j’ai mes photos de la grue du Canada, ici, au Québec, c’est également un lifer pour moi puisque la dernière fois, je l’avais vue mais sans pouvoir la photographier.

La voici au nid en train de couver ses oeufs.

Grue du Canada_MG_8074

Lors de l’échange de garde car les deux parents couvent les oeufs à tour de rôle.

Grue du Canada_MG_8136

J’ai réussi à prendre en photo lorsque la grue du Canada chante.

Grue du Canada _MG_7796

Une photo de la grue en train de revenir tranquillement vers le nid.

Grue du Canada_MG_8211

Au retour d’un des parents pour prendre la relève.

Grue du Canada_MG_8205

Et cette dernière alors qu’un parent tourne les oeufs et s’assure d’avoir assez de foin pour les garder au chaud et hors de l’eau.

Grue du Canada _MG_7998

J’ai pris ces photos des grues du Canada à différentes heures de la journée, cependant, je tiens à laisser les photos ensemble pour cet article.

Je me suis rendue à l’observatoire où j’ai entendu des râles de Virginie, sans les voir cependant.

J’ai également pu photographier un pic maculé dans ses couleurs printanières soit un rouge ardent au niveau de la tête et de la gorge.

Pic maculé_MG_7874

Un peu après l’observatoire, j’ai vu trois balbuzards pêcheurs me survoler avec un restant de poisson dans les serres.

Balbuzard pêcheur_MG_7915

Je n’ai pas fait le tour au complet, l’autre partie du sentier est à contre-jour à l’heure qu’il est.  De plus, on commence à voir un flou de condensation pour les oiseaux se trouvant trop loin.

Je reviens sur mes pas d’où j’ai réalisé les photos de la grue du Canada.

Pas tellement loin du nid, dans la petite rivière, je vois passer un grèbe à bec bigarré.

Voici la photo près des herbes, ce qui donne une couleur chaude à l’eau

Grebe a bec bigarre _MG_8091

Celle-ci alors que le grèbe rentrait dans l’eau comme un sous-marin. Il rentre en premier la partie de la gorge et se laisse ainsi caler dans l’eau.

Grebe a bec bigarre _MG_8094

Cette dernière alors qu’il est vraiment très près de moi où l’on distingue un peu son reflet.

Grèbe à bec bigarré_MG_8097

Ce fût encore une magnifique journée !! 🙂

Je la termine avec 65 espèces dont 5 lifers.

 

Quelle belle journée encore, on est vraiment choyé en avril !!

Ma destination, les environs de Stanbridge-Station et possiblement trouver où se trouve le refuge d’oiseau de Philipsburg.

Je quitte tôt le matin car c’est assez loin de chez-moi.

Près de Stanbridge-Station, je rencontre un groupe de dindons sauvages dont les mâles sont en parades nuptiales.

J’ai l’opportunité d’en photographier un avec mon coussins de fenêtre, en demeurant dans l’auto afin de ne pas les faire fuir.

Voici la photo d’un beau mâle

Dindon sauvage_MG_7322

Je fais lentement les rangs, afin de pouvoir observer ou même photographier quelques oiseaux.

Près d’un lac artificiel, je vois un bruant vespéral que je photographie sur la clôture.  Ça fait longtemps que je voulais en photographier et même en voir un !  C’est un lifer pour moi, j’en reviens pas encore.

J’ai consulté plusieurs livres pour m’assurer de son identification ainsi que l’avis de mon frère tellement il a l’air différent des photos que j’ai vu.  Pourtant tout y est, le type d’habitat, la façon de le rencontrer, le cercle oculaire blanc.

Bruant vespéral_MG_7334

Je vois par la suite un immature d’une buse à queue rousse sur un fil électrique.

J’arrive à faire des photos sans le faire fuir !!

Buse à queue rousse _MG_7367

Je continue ma route, non loin, sur un fil électrique également, il y a une belle Crécerelle d’Amérique.

Elle me laisse le temps de faire quelques photos, mais le « clic » de l’appareil-photo semble la déranger, à regret, elle me quitte vers un autre endroit.

Je ne suis pas si près comme le laisse croire la photo, je l’ai recadrée beaucoup.

Crécerelle d'Amérique_MG_7428

Sur le chemin, je rencontre d’autres oiseaux de proie, cependant, je n’arrive pas à réaliser de belles photos.

J’arrive à ce que je crois être le refuge des oiseaux de Philipsburg, pas très bien annoncé.  Je choisis un des sentiers, j’aurais dû mettre des bottes, il y a beaucoup de boue.

J’aperçois un moucherolle phébi.  Il me donne plusieurs occasions de le photographier, très coopératif.

Voici la photo de ce moucherolle phébi.

Moucherolle phébi_MG_7487

Je rebrousse vite chemin, je ne pense pas être sur les bons sentiers malgré le panneau qui semble bien indiquer ces sentiers.  Je n’ai visiblement pas choisi le bon sentier, ou je ne suis carrément pas à la bonne place.

Selon ce qu’on m’en parlait, on débarquait de l’auto et il y avait un type de belvédère où les oiseaux venaient tout autour.

J’irai un jour avec quelqu’un qui connait bien cet endroit, car pour l’instant, je ne suis pas chaussée pour poursuivre le sentier qui mène semble-t’il au marais.

Sur le chemin du retour, j’ai l’opportunité de voir une buse à queue rousse adulte sur un poteau.  Je m’arrête le temps de prendre quelques photos et la laisser chasser.

Buse à queue rousse _MG_7530

Je passe par l’aéroport de St-Hubert, il n’y a pas d’oiseaux à l’heure qu’il est, mais je vois une moufette rayée.

Pas de crainte, je suis loin d’elle.  Elle ne se sent pas menacée et continue à manger de l’herbe.

Voici la photo que j’ai pris avec les derniers rayons du soleil.

Moufette _MG_7648

Ce fût encore une très belle journée, avec l’observation d’un oiseau que je voulais voir depuis longtemps et qui est sur ma liste de 2016.

Je termine donc avec 61 espèces et un lifer de plus soit 4 lifers depuis le début de 2016.

 

 

 

 

C’est une belle journée qui s’annonce.  Le bruant fauve fréquente toujours ma cour.

Le sol est gelé car les nuits sont encore très fraîches.  Dès que les rayons du soleil fait fondre le gel sur le sol, je revois le bruant fauve revenir puisqu’il peut facilement retourner les feuilles avec ses pattes.

Je donne le temps à mon frère et ma belle-soeur de faire des photos de ce beau bruant fauve dans ma cour avant d’aller à Contrecoeur où la veille, une bécasse d’Amérique a été vue.

En arrivant à Contrecoeur, c’est un Pic chevelu qui attire mon attention, sur un tronc par terre.  Il s’en donne à coeur joie.  Je le prends donc en photo.

Pic chevelu _MG_6902

Un peu plus loin, il y a quelques bernaches du Canada.

J’ai un couple qui n’est pas très loin, je les prends donc en photo.

Un des deux venant sur le côté de la rive où je me trouve.

Bernache du Canada _MG_6949

Sans raison apparente, les deux ont décidés de s’envoler.

Bernache du Canada _MG_6959

Toujours à la recherche de la bécasse d’Amérique, je vois dans l’eau un rat musqué se nourrissant des racines des plantes aquatiques.

Rat musqué _MG_6940

Malgré mes recherches, je ne retrouve pas la bécasse d’Amérique, qui sait, une autre fois.

Je retourne à la maison et je m’amuse dans ma cour.  Je m’installe, cachée par l’auto, je fais des photos des oiseaux qui fréquentent encore ma cour.

Bien entendu, le bruant fauve est toujours là.  Le voici sur le dessus de ma clôture.

Bruant fauve _MG_6980

Une autre photo sur le sol alors qu’il retourne des feuilles

Bruant fauve _MG_7090

J’ai un bruant chanteur non loin de moi, dans les graines de tournesol sous la mangeoire, j’en profite pour le photographier.

Bruant chanteur _MG_7200

J’ai une visite très rapide encore d’un étourneau sansonnet.  Il vient très rapidement, mais peut-être à cause de tous les carouges à épaulettes, il quitte ma cour.

Etourneau sansonnet _MG_7014

Je me concentre également sur les nombreux juncos ardoisés qui sont toujours très présents.

Voici la photo d’une femelle

Junco ardoisé _MG_7128

Voici la photo du mâle, très facile à reconnaître avec sa couleur noir charbon

Junco ardoisé _MG_7168

Je n’ajoute pas d’espèce aujourd’hui, mais je suis heureuse de cette belle journée.  Pour la bécasse d’Amérique, j’aurai ma chance un jour moi aussi !!

Je termine donc avec 57 espèces dont 3 lifers depuis le début de l’année.

Dans ma cour – 3 avril 2016

Je ne sais pas trop où aller encore aujourd’hui, il fait beau, donc je veux en profiter.  En regardant dans ma cour, je me rends compte que j’ai la visite d’un bruant fauve, je veux donc le prendre en photo avant d’aller ailleurs.

L’automne passé, j’avais demandé à mon copain de ne pas ramasser les dernières feuilles tombées pour espérer avoir ce bruant fauve, c’est réussi !!! 🙂

Je m’installe, cachée par l’auto, je prends des photos de ce bruant fauve.

Bruant fauve _MG_6657

Très facile à le reconnaître avec la couleur fauve de la tête à la queue.

Bruant fauve _MG_6668

Parmi les feuilles, alors qu’avec ses pattes, ils retournent ces feuilles pour trouver de quoi se nourrir.

Bruant fauve _MG_6696

J’ai également la visite très rapide, le temps de 3 photos, d’un sizerin flammé, espèce que je n’avais point vue cet hiver.

Il s’est posé sur ce qu’il restait de neige dans ma cour.

Sizerin flammé_MG_8328

Un groupe de roselins familiers est venu également se nourrir aux mangeoires

Sur cette belle branche de mon lilas

Roselin familier _MG_6553

C’est la première fois que je le vois sur le gazon, à la recherche des graines de tournesol tombées des mangeoires.

Roselin familier _MG_6616

Un cardinal rouge est venu faire son tour, quel bel oiseau !

Cardinal rouge _MG_6568

J’ai encore plusieurs juncos ardoisés qui fréquentent ma cour et par le fait même, mes mangeoires.

Junco ardoisé _MG_6595

Un bruant chanteur est venu également retourner les feuilles pour chercher de quoi se nourrir, mais complètement différent du bruant fauve.

Bruant chanteur _MG_6618

Un étourneau sansonnet est également venu, le temps de quelques photos, au printemps, il a de très jolies couleurs qui varient selon les reflets du soleil sur lui.  J’aime beaucoup essayer faire ressortir le plus de reflets possible.

Etourneau sansonnet _MG_6861

Il est déjà rendu midi, je n’ai eu vu le temps passer puisque j’avais toujours plusieurs oiseaux pour me tenir compagnie.

J’ai eu plusieurs carouges à épaulettes ainsi que des quiscales bronzés, malheureusement, je n’ai pas pu les photographier.

Il est trop tard pour me choisir une destination, j’ai passé une merveilleuse journée dans ma cour à observer tous ces oiseaux et prendre quelques photos.

J’ajoute donc 3 espèces, me donnant ainsi le compte de 57 espèces dont 3 lifers depuis le début de l’année 2016.