Category: 2015


Il fait très beau, mais je n’ai pas le temps d’aller à l’extérieur pour faire de la photo car je suis en pleine préparation pour mon voyage sur la Côte-Nord, donc, je me contente de prendre malgré tout un bol d’air et d’aller photographier les oiseaux dans ma cour.

J’ai toujours quelques écureuils gris qui sont présents…. j’en prends un en photo !

Ecureuil gris_L2A7828

Je veux surtout photographier des roselins familiers, je suis servie !!

J’ai une ou deux familles qui sont revenues dans ma cour depuis 3 ans.  J’en profite donc pour les photographier.

Voici les immatures de cette année

Roselin familier _L2A7840

Voici le mâle avec le beau rouge sur sa tête, sur sa poitrine ainsi que le croupion.

Roselin familier _L2A7872

J’ai la chance de photographier également le cardinal rouge !!

Cardinal rouge_L2A7922

J’ai également des Geais bleus qui viennent dans ma cour, comment ne pas les entendre avec leurs cris.

Geai bleu _L2A7929

C’est un immature.  Au mois d’août, ces Geais bleus perdent toutes les plumes sur leurs têtes, ils ne sont pas très beaux à ce moment-là.

C’est tout le temps que j’ai pour faire de la photo, je dois retourner à mes préparatifs pour partir sur la Côte-Nord, voyage que j’attends depuis 3 ans de faire.

Je termine donc avec 113 espèces dont 9 lifers !

 

Publicités

Encore une journée très chaude et avec une humidité élevée.  Je décide de retourner au Parc Michel Chartrand tôt le matin et faire comme hier, revenir à l’air climatisé en début d’après-midi.

En arrivant, je m’aperçois que les juvéniles Pluviers Kildirs sont actifs. Ils doivent se rendre compte qu’il fera très chaud encore aujourd’hui et ils en profitent pendant que c’est légèrement plus frais.

Je m’installe et je commence à les photographier.

Voici la mère, jamais loin des petits

Pluvier kildir _MG_8367

Voici la photo d’un des juvéniles.  Ils sont vraiment très chétifs.

Pluvier kildir _MG_8399

Ils se dirigent où est l’ombre, je les comprends !!! Pas de photos de famille !

Je suis le chemin où on m’a dit que le Passerin indigo avait été vu.  Je m’installe et j’attends en observant et écoutant les sons autour de moi.

Furtivement, ce Pioui de l’Est est venu l’espace de 2 photos et il est reparti aussi vite, sans aucun bruit et sans son.

Pioui de l'Est _MG_8480

C’est la première fois que je vois un Pioui de l’Est dans ce parc.  C’est également la première fois que je vois un Pioui sans chanter son nom, si bien, que je me demandais si c’était vraiment un Pioui de l’Est ou un Moucherolle des Saules ou des Aulnes.

Mon frère fût le premier à me confirmer qu’il s’agissait bien d’un Pioui de l’Est ainsi qu’une personne sur le site où j’ai demande l’aide à l’identification.

Par la suite, assez loin, j’entends un troglodyte familier.  Il est très en voix lui !!

Je le repère et je prends une photo, malgré la distance.

Troglodyte familier _MG_8454

Aucun signe du Passerin indigo et il commence à faire de plus en plus chaud.  Je vais faire une dernière tournée près des mangeoires.

Pas tellement loin, je vois un Jaseur d’Amérique, je prends alors cette photo.

Jaseur d'Amérique _MG_8513

Dans les chardons, il y a quelques chardonnerets jaunes, dont celui-ci qui a bien voulu coopérer pour cette jolie photo

Chardonneret jaune _MG_8545

Je m’asseois à une table de pique-nique près de la mangeoire, un peu à l’ombre enfin.

Je vois des Merlebleus de l’Est avec leurs petits.

Je photographie un des parents avec un juvénile sur le fil électrique

Merlebleu de l'Est _MG_8601

A ma surprise, sur la table de pique-nique voisine, le Merlebleu de l’Est est dessus, d’où cette photo

Merlebleu de l'Est _MG_8660

Non loin des mangeoires, il y a un vacher à tête brune qui cherche quelque chose à manger.  Il retourne les feuilles comme les bruants font.

C’est un jeune de cette année, il commence à avoir légèrement ses couleurs d’adulte.

Vacher à tête brune _MG_8638

Au pied des mangeoires, il y a plusieurs bruants familiers.

Pas facile de les photographier sur le gazon, l’autofocus prends souvent une brindille d’herbe au lieu du bruant, d’où la majeure partie des photos vont à la poubelle.

Voici une des photos où l’on remarque très bien sa calotte rousse.

Bruant familier _MG_8777

Cette dernière est la photo d’un immature bruant familier, sa calotte n’est pas encore rousse.

Bruant familier _MG_8774

Il arrive près de midi, la chaleur est si intense que j’en ai mal au coeur, je reviens à l’air climatisé, le coeur gros d’abandonner une si belle journée ensoleillée et être en compagnie de mes amis ailés.

Je termine cette courte journée avec 112 espèces dont 9 lifers

 

On nous annonce une journée très chaude avec une humidité très élevée, je décide donc d’aller tôt faire de la photo, avant que les oiseaux et moi-même, on se cache pour le reste de la journée !!

En entrant dans le parc, je vois des chardonnerets jaunes dans les chardons qui sont en fleurs, je m’installe et j’attends l’occasion de pouvoir les photographier.

En faisant le ménage de mes photos, j’ai vu que j’avais photographié ce chardonneret jaune avec une guêpe, l’histoire ne nous dira jamais si le chardonneret l’a mangé ou s’il s’est enfui comme je l’aurais fait !!

Chardonneret jaune_MG_7957

Voici ma préférée dans les chardons

Chardonneret jaune _MG_7931

Ensuite, j’ai eu le bonheur de voir les petits du pluvier kildir.  Ils commencent déjà à se débrouiller sans leur mère, donc, je n’ai pas eu la chance de réaliser une photo de famille.

A la grandeur que ces petits ont, ils se cachent très bien dans le trèfle.  J’attends mon occasion où ils m’accepteront dans leurs bulles pour réaliser ces photos.

Voici un des pluviers kildirs immatures, il est si chétif

Pluvier kildir _MG_8141

Un second que j’ai photographié également, il semble être le plus jeune

Pluvier kildir _MG_8132

La mère ne se tient pas loin d’eux et leur dit quand se cacher ou se lever

Voici la mère

 

Pluvier kildir _MG_8265

C’est la première fois que j’ai l’occasion de voir les petits du pluvier kildir !

Je me dirige par la suite vers le marais où je vois un carouge à épaulettes qui a dans son bec un insecte.

Carouge à épaulettes_MG_7683

En continuant ma route, c’est un jaseur d’Amérique qui s’installe pour une photo

Jaseur d'Amérique _MG_8217

Je vois un oiseau de proie qui s’approche d’où je suis, après identification, c’est une buse à épaulettes, une première pour moi au Québec.  J’entendais fréquemment le cri des immatures de cet espèce sans être en mesure de reconnaitre le cri de cet oiseau.

Ma photo est prise d’assez haut, cependant, on reconnait très bien la buse à épaulettes.

Buse à épaulettes_MG_7691

Je l’ai vu passer une couple de fois en transportant de la nourriture dont une couleuvre.

Et comme cette buse passe près de l’endroit où se tient les pluviers kildirs, je comprends mieux pourquoi la mère poussait des cris alors que j’étais très loin d’elle et des bébés, elle aussi, savait que les petits n’avaient aucune défense contre cet oiseau de proie, sauf de bien se cacher dans les trèfles.

Il fait trop chaud, je n’arrive plus à demeurer à l’extérieur, c’est la première fois de ma vie que la chaleur m’importune autant.

Je termine cette journée avec 110 espèces dont 9 lifers.

 

 

Je décide de me rendre à l’Ile Bizard, j’aime beaucoup cet endroit !!

A mon arrivée, c’est un canard colvert qui vient le premier pour que je le prenne en photo !!

Le mâle n’a toujours pas sa pigmentation entièrement verte au niveau de la tête

Canard colvert _MG_6782

Un autre canard colvert vient faire son tour aussi avec à peine un peu de vert

Canard colvert _MG_6791

La sterne pierregarin est toujours là, eh oui, je la prends encore en photo !!!

Sterne pierregarin _MG_6856

C’est quand même assez tranquille sur le grand marais. Je suis quasiment à la sortie quand un bruant des marais vient près de moi sur une belle branche d’un arbre.

Bruant des marais _MG_6945

Arrivée au second marais, soit le petit, un moucherolle phébi est sur le bout d’une belle branche, c’est certain que je fais une photo

Moucherolle phébi _MG_7027

Il y a toujours la famille de Tyran tritri, les oisillons ont grandis et il ne semble être que deux maintenant.

Les deux se disputent pour être en haut complètement en pensant surement être plus nourri que l’autre.

Tyran tritri _MG_7059

Malheureusement, les juvéniles ne savent pas bien volés encore. Cette chicane provoque que l’un des deux tombe à l’eau n’étant pas capable de se raccrocher au bout de la branche. Il est alors 10h11 a.m.

Il est malheureusement loin et je ne peux pas l’aider à remonter dans son nid 😦

Les parents s’affolent, un des deux revient surveiller celui qui est resté tandis que l’autre essaie de guider son bébé pour le faire sortir de l’eau.

Tyran tritri _MG_7136

J’ai alors appelé à l’accueil du parc pour leur expliquer ce qui s’est passé afin de trouver un moyen d’aider le petit à l’eau, malheureusement, la réponse fût non, rien ne pouvait être fait, c’est la loi de la nature ! 😦

Au bout d’un certain temps, comme les parents n’ont pas réussi à aider le juvénile à l’eau, ils ont abandonnés et se sont concentrés à nourrir le dernier qui reste au nid.

Tyran tritri _MG_7339

Je suis donc resté là, à encourager le petit juvénile et espérer très fort qu’il s’en sorte vivant. Je lui envoie toutes les ondes positives que je peux.

Il avance très lentement, ralenti par les nénuphars, malgré qu’il peut se reposer dessus sans caler trop dans l’eau.

A 12h11, il réussi à monter sur une petite branche afin de se laisser sécher et attendre que ses parents puissent le nourrir de nouveau.

Tyran tritri _MG_7196

Lorsqu’il fût un peu plus sec, il réussit à monter jusqu’à la seconde branche.

Un des parents se rendit compte alors que le juvénile est toujours en vie et hors de l’eau.

Il alla attraper des insectes pour le nourrir à nouveau et lui redonner des forces. J’ai poussée un cri de joie de voir qu’enfin un des parents vient s’en occuper !!!!

Tyran tritri _MG_7537

A 13h31, enfin, il est avec un des parents et il peut manger et reprendre des forces !!

Je ne pouvais pas partir durant ces 3 heures, ma concentration était pour envoyer des ondes afin que le juvénile s’en sorte.  Je ne me suis jamais sentie aussi désemparée !! Je ne pouvais rien faire pour l’aider.

Fort heureusement, il va bien, il ne fera surement pas son nid près de l’eau quand il sera parent à son tour cependant !!!

Quel soulagement !!! 🙂

A partir de là, je peux réussir à voir les autres oiseaux, dont une hirondelle à ailes hérissées que je prends en photo

Hirondelle à ailes hérissées _MG_7494

Il fait très chaud avec un taux d’humidité élevé.  Je décide donc d’entrer dans la forêt et me rendre tranquillement au troisième marais.

Trop chaud, c’est très tranquille.  J’attends patiemment, en mangeant enfin un peu. Que d’émotions !!!

C’est alors qu’entre les roseaux, une petite famille de canard branchu arrive

Canard branchu _MG_7655

Sur des branches assez hautes se tient un Pioui de l’Est, que j’ai pu prendre en photo à un moment donné alors qu’il s’est quelque peu approché.

Pioui de l'Est_MG_7696

C’est le tour des bruants à venir, j’ai vu le bruant familier, mais trop contre-jour pour réussir à faire une belle photo.  Par contre, le bruant chanteur s’est gentiment placé dans le bon angle de lumière pour une belle photo.

Bruant chanteur_MG_7760

Je décide de revenir vers la sortie, bien entendu, je repasse par le petit marais.  Les deux juvéniles ne sont plus là. En regardant les parents, j’ai compris qu’ils ont réussi je ne sais trop comment à réunir les deux juvéniles à l’intérieur de la forêt, d’où ils ont continués à les nourrir.

Avec mes jumelles, j’ai bien vu les deux juvéniles ensemble.  Au moins, s’ils se chicanent encore, ils ne seront plus au-dessus de l’eau et risquer ainsi de se noyer.

Je suis soulagée de savoir qu’ils vont bien, je continue vers le grand marais où j’entends un troglodyte des marais. Il n’est pas très loin, donc, avec mon appareil, je réussis à le voir et prendre ainsi une photo.

Troglodyte des marais _MG_7664

Il transporte encore des matériaux pour faire un nid.  Les troglodytes des marais font plusieurs nids afin de ne pas indiquer à ses prédateurs dans lequel les oisillons naîtront.

Très ingénieux, mais ça leur prend plus de temps pour faire tous ces nids.

Je me souviendrai toujours de cette journée remplie d’émotions !!!

Je termine avec 109 espèces dont 8 lifers et surtout, très heureuse que tout se soit si bien terminé pour le juvénile qui est tombé à l’eau !!

J’aime beaucoup les rapides de Lasalle, endroit que je vais régulièrement à chaque année, c’est donc ma destination choisie aujourd’hui.

Il ne fait pas très beau, couche nuageuse, mais on nous annonce du beau temps. J’ai commencé l’année en me disant qu’à moins d’avoir une grosse pluie ou tempête de neige, j’étais pour faire de la photo, donc me voici.

A mon arrivée, c’est un grand héron qui m’accueille !!

Malgré que j’ai plusieurs photos du grand héron, je ne me lasse jamais de le photographier

Sur une branche d’arbre, en train de faire sa toilette

Grand héron _MG_5883

En train de pêcher, il marche très lentement dans l’eau jusqu’à ce qu’il sent un poisson, je peux le regarder des heures et des heures !

Grand héron _MG_6001

Par la suite, c’est un carouge à épaulettes immature qui attire mon attention.  Il est sur le gazon avec son frère ou sa soeur, quémandant la nourriture à leurs parents !

Carouge à épaulettes _MG_5817

Un peu plus loin, je prends ce mâle sur le dessus des herbes… trop cute !

Carouge à épaulettes _MG_5940

C’est enfin la rencontre avec le Harle huppé !!! C’est un « lifer » pour moi, je n’en avais jamais vu.

La femelle est là avec ses bébés, très loin, mais voici tout de même les deux photos que j’ai pu réaliser

Sur la roche, avec deux bébés qu’on distingue bien

Harle huppé _MG_6019

Après s’être promenés et mangés, les voici sur une branche

Harle huppé_MG_6392

Je rencontre une personne qui vient de me dire qu’au début du sentier, il y a des Sternes Caspiennes, je retourne donc sur mes pas pour avoir l’opportunité de les voir.

La différence est évidente, surtout quand on a les deux ensemble, la Sterne Caspienne est beaucoup plus grande, ses pattes sont noires et elle n’a pas de noir au bout de son bec.

Voici les deux photos en vol que j’ai pu prendre, malgré que le soleil est plus ou moins présent.

Sterne caspienne_MG_6111

Celle-ci avec un arrière-plan des arbres

Sterne caspienne _MG_6120

Un autre « lifer » pour moi !!

Je reviens à mon endroit préféré où je peux voir des canards assez près habituellement.

C’est le Canard colvert qui est le premier à vouloir prendre la pause, se promenant tranquillement devant moi

Canard colvert _MG_6495

Un immature qui est tout seul, sans ses parents. Seul son bec orange m’a aidé à l’identifier.  Il a de très petites ailes, il n’est pas très vieux.

Canard colvert _MG_7327

J’ai eu la surprise de voir un canard d’Amérique avec son bébé, c’est la première fois que je vois un petit de ce canard. Sans la mère, je n’aurais jamais pu l’identifier seule.

Canard d'Amérique _MG_6534

Ce fût le tour au canard noir, pas toujours facile de le différencier du canard colvert !!

Son bec nous donne une bonne idée, mais la couleur de son dos beaucoup plus brunâtre que roux nous aide beaucoup !

Canard noir _MG_6528

Une grande aigrette est également venue parmi les canards pour se laisser prendre en photo !!

Sur une branche, à l’affût si un poisson passe par là !

Grande aigrette _MG_7421

Sur celle-ci, après s’être ébouriffée ses plumes !!

Grande aigrette _MG_7457

En revenant vers la sortie, là où se tenait le martin pêcheur, c’est un Tyran tritri que j’ai vu avec plaisir.

Très photogénique, c’est toujours un bonheur de pouvoir le photographier !

Tyran tritri _MG_6673

Vers la fin de la soirée, là où il y a de grosses rapides, les sternes pierregarins s’amusent à pêcher.

Celle-ci pêchait ou du moins, elle essayait et revenait se poser sur cette pierre.  On m’a dit qu’elle a passée sa journée à cet endroit.

Sterne pierregarin _MG_7644

J’ai fini cette journée par les berges de Verdun. J’avais repéré la Sterne caspienne parmi un groupe de goéland.  Malheureusement, le temps de sortir du parc des rapides et me rendre aux berges, la sterne n’est plus là.

J’ai malgré tout pris ce goéland marin après s’être lavé dans l’eau

Goéland marin _MG_6756

Je termine ma journée avec 107 espèces dont 8 lifers !!

Malgré des périodes moins ensoleillées, les oiseaux étaient présents et j’ai pu ajouter 2 nouvelles espèces et voir des bébés que je n’avais jamais observer avant.  La vie est remplie de belles surprises !!

L’Ile Bizard – 27 juin 2015

Encore une belle journée.  Cette fois-ci, ma destination pour la journée est le Parc-nature du Bois-de-l’Ile Bizard.

En commençant la randonnée, sur le grand marais, il n’y a pas beaucoup d’activité.

Pas de sternes, ni de troglodytes, à la toute fin du marais, j’ai la chance d’avoir un bruant des marais

Bruant des marais _MG_5366

Je me dirige alors vers le petit marais.

Je découvre avec joie une famille de Tyran tritri !!

Les parents sont en train de les nourrir, j’ai compté 3 oisillons.  Le nid est au beau milieu de marais, dans un vieux tronc d’arbre.

Voici une des photos où un des parents a de quoi les nourrir.

Tyran tritri_MG_5513

Celle-ci où le parent veille sur ses bébés tandis que l’autre est parti chercher des insectes

Tyran tritri _MG_5441

De l’autre côté du marais, il y a un ouaouaron qui lui aussi se nourrit de libellules

C’est la première fois que j’en photographie un en train d’en manger une. On dirait qu’il a une main et de ses doigts, il dirige la libellule dans sa bouche.

Ouaouaron _MG_7110

Ensuite, il est monté sur une petite branche du marais, complètement à découvert

Ouaouaron _MG_7125

De l’autre côté du marais, j’ai eu l’opportunité de photographier des carouges à épaulettes, pas trop loin.

Voici la photo du mâle

Carouge à épaulettes _MG_5365

Dans une posture assez spéciale pour se tenir sur un tronc d’arbre

Carouge à épaulettes _MG_5523

Cette femelle se tient sur un tronc d’arbre alors qu’habituellement, je la vois plus dans les roseaux, complètement à terre ou sur de la terre.  C’est la première fois que je vois un carouge à épaulettes chercher des insectes sur les troncs d’arbres.

Carouge à épaulettes _MG_7096

J’ai vu cette petite libellule, jusqu’à maintenant, elle a réussi à ne pas se faire attraper par ses nombreux prédateurs.

Libellule _MG_7145

C’est de plus en plus nuageux, je décide de revenir au grand marais, j’espère qu’il y aura plus d’activités, sinon, je serai plus près de la sortie, bien qu’on n’est pas supposé avoir de la pluie aujourd’hui.

En revenant, c’est un bihoreau gris que j’aperçois dans le marais. J’attends l’occasion où il sera un peu plus à découvert.

Voici l’unique photo que j’ai pu réaliser car il était en mode pêche.

Bihoreau gris_MG_7205

Les canards colverts ont commencés eux aussi à se promener sur l’eau.

A cette période de l’année, la pigmentation du mâle au niveau de la tête est quelque peu spéciale.

Voici la photo où le vert n’est pas complet

Canard colvert _MG_7244

Sur celle-ci, il se cale dans l’eau au niveau du cou. La pigmentation de la tête est vraiment spéciale.

Canard colvert _MG_7241

Sur un tronc, j’aperçois une tortue, mais ce n’est pas les tortues peintes que je suis habituée de voir dans ce marais, la forme est très différente.

Je la prends donc en photo dans l’espoir de l’identifier plus tard.

Selon mes recherches, la seule tortue que nous avons au Québec et qui lui ressemble est la tortue géographique.  J’ai demandé à un ami de son côté ce qu’il en pense et il a également affirmé que selon ses connaissances, c’est bel et bien une tortue géographique.

Le blanc au niveau des lèvres est le premier élément que j’ai pris en considération pour l’identification de cette tortue.

Voici la photo alors qu’elle cache sa tête

Tortue géographique_MG_5584

Alors qu’elle avance sur ce tronc d’abre

Tortue _MG_5770

Cette dernière au repos.

Tortue géographique_MG_5774

Non loin de là, je vois un rat musqué en train de manger les racines des plantes

Rat musqué _MG_5635

Avant de quitter, j’ai eu l’opportunité de revoir les sternes pierregarins.

C’est un très bel oiseau, même si je les ai photographiés déjà, je m’arrête une fois de plus pour les observer et faire quelques photos supplémentaires.

La sterne pierregarin est sur le même tronc d’arbre où se trouvait la tortue géographique, je ne l’ai pas vu plonger à l’eau, cependant la tortue n’y est plus.

Photo de la sterne après avoir ébouriffée ses plumes

Sterne pierregarin _MG_5644

Celle-ci sur un tronc d’arbre qu’il y a dans le marais

Sterne pierregarin _MG_5571

Et cette dernière où la sterne a étirée ses longues ailes

Sterne pierregarin _MG_5744

Je pense que ces sternes n’ont pas trouvées de conjoint, elles ne sont pas en mode pêche non plus.

Encore une très belle journée, malgré que le soleil nous a fait faux bond dans l’après-midi !

Je n’ajoute pas d’espèces en 2015, donc, je demeure à 104 espèces dont 6 lifers.

J’ai cependant ajoutée une tortue géographique que je n’ai vu qu’une fois dans ma vie avant aujourd’hui, de plus, j’ai passé une merveilleuse journée à voir les oisillons du Tyran tritri, le ouaouaron, le carouge à épaulettes avec un comportement que je ne connaissais pas… j’ai encore appris de mes amis ailés !! Ce fut une journée enrichissante!!!

C’est une très belle journée, chaude et humide.  Je décide d’aller à l’Ile St-Bernard puisque la dernière fois, je n’avais pas eu le temps, en une demie-journée, de voir les espèces que je vois habituellement.

En entrant, c’est déjà le miaulement d’un moqueur chat qui attire mon attention, il y en a beaucoup cette année.

Je le repère rapidement et je fais ce joli cliché

Moqueur chat _MG_4832

De l’autre côté du chemin, celui-ci veut également se faire prendre en photo alors qu’il chante, il est cependant quelque peu contre-jour

Moqueur chat _MG_5347

Je poursuis  ma route en direction de la première mangeoire.

J’aperçois sur le chemin, une paruline jaune immature, je fais donc quelques photos ! Elle n’a pas encore tout son plumage d’adulte.

Paruline jaune _MG_4845

Arrivée à la première mangeoire, c’est trop sombre et je ne peux réussir de belles photos, je poursuis donc à la seconde mangeoire.

Sur le chemin, c’est un pic flamboyant qui se régale de fourmis, qui me laisse faire quelques poses avant d’aller plus dans l’ombre.

Pic flamboyant _MG_4887

J’ai appris avec le temps, que les pics flamboyants, ce n’est pas toujours dans les arbres qu’on les retrouve, mais souvent sur une bûche, pleine de fourmis puisque c’est son repas préféré.

A la seconde mangeoire, bien entendu, on peut voir le cardinal à poitrine rose. Très bel oiseau avec sa tâche rosée sur sa poitrine !

Voici le mâle dans tous ses éclats !

Cardinal à poitrine rose _MG_4939

Sur une branche, se tenait un cardinal à poitrine rose immature.  C’était la première fois que je voyais un immature de cet espèce.

Cardinal à poitrine rose _MG_4992

Le voici en train de se faire nourrir par maman !

Cardinal à poitrine rose _MG_4993

Non loin des mangeoires, il y a toujours au moins un raton laveur qui vient faire son tour régulièrement.

J’aime beaucoup les ratons laveurs… c’est certain que je vais réaliser quelques photos !

Raton laveur _MG_6984

Je vais faire ensuite la petite digue.  J’avoue qu’avant de partir, ça ne me tentais vraiment pas car avec la chaleur, le retour sera d’autant plus difficile.  C’est environ 5 km de marche et j’avoue que dans les derniers 2.5 km, j’ai rarement la chance de faire des photos et d’observer des oiseaux.

Mais bon, la journée est encore jeune, je me laisse me convaincre d’y aller.

J’ai une Oriole de Baltimore qui est étendue par terre, en train de se faire bronzer au soleil, c’est leur façon de se débarrasser des insectes

Oriole de Baltimore _MG_5041

Elle monte ensuite dans un petit arbuste

Oriole de Baltimore _MG_4898

J’en profite alors pour passer et en me retournant, elle est de nouveau dans le chemin en train de laisser bronzer au soleil !!

La prise de vue n’est pas bonne dans cette direction, je continue donc mon chemin.

Je rencontre alors une grande aigrette qui est en train de pêcher dans très peu d’eau.

Grande aigrette _MG_5047

Oups, il y a une petite averse, venue sans prévenir, je me cache vite sous un arbre. Heureusement, ce fût de courte durée, le soleil brille de nouveau et le ciel bleu revient peu à peu !!!

C’est alors que je vois un bruant chanteur, trop beau, je ne peux m’empêcher de le photographier

Bruant chanteur _MG_6995

J’arrive à la petite digue.  Quelle ne fût pas ma surprise de voir, assez près, un ibis falcinelle !!! C’est un oiseau qu’on rencontre fréquemment en Floride, mais c’est ma seconde fois seulement au Québec.

J’ai pris quelques photos, un peu contre-jour, mais je ne voulais pas le dépasser, pour ne pas risquer qu’il s’envole

Ibis falcinelle_MG_5098

Voici une autre photo où il a pris dans son bec quelque chose pour se nourrir, je ne peux dire quoi au juste.

Ibis falcinelle _MG_5205

En revenant de la petite digue, sur le fameux 2.5 km, je n’ai rien vu !!!  On dirait que c’est une partie du parc que les oiseaux n’aiment pas !

Je fais un saut au petit marais, le soleil est trop bas, je prends tout de même un bihoreau gris prêt à pêcher

Bihoreau gris _MG_5276

Je suis gâtée par les bihoreaux gris cette année… on dirait qu’il y en a plus que les autres années.  Voici une autre photo

Bihoreau gris _MG_5269

L’ombre devient plus présent encore dans ce petit marais, je décide de revenir et sortir du Parc.

Exceptionnellement, le parc nous donne accès à un endroit où il y a eu une famille de moqueur roux.  J’en vois un, je m’approche très doucement afin de pouvoir en photographier un.  Je manque de lumière, mais j’arrive tout de même à réaliser quelques photos dont celle-ci

Moqueur roux _MG_5322

Par la suite, c’est un vacher à tête brune qui est là… à la sortie pour une dernière photo

Vacher à tête brune _MG_6919

En revenant à la maison, dans mes mangeoires, j’ai plusieurs roselins familiers

j’en profite pour faire une photo tandis que le soleil me le permet encore

Roselin familier _MG_4796

Ce qui complète cette belle journée avec 104 espèces dont 6 lifers

Je décide aujourd’hui d’aller aux Rapides de Lasalle. Je devrais être en Gaspésie, mais ils reçoivent durant 2 à 3 jours beaucoup de pluie soit la queue d’un ouragan dont je ne me souviens plus du nom.  Donc, j’ai décidé de faire de la photographie dans ma région !

Quand j’arrive, à la hauteur du deuxième pont, il y a un harle couronné qui se promène tranquillement sur l’eau.

Harle couronné _MG_4039

Ensuit il a commencé à plonger dans l’eau afin de trouver son déjeuner. Il a réussi à prendre un écrevisse !

Harle couronné _MG_3996

Je poursuis mon chemin jusqu’à ce qu’un cri d’oiseau m’arrête.  J’essaie de le trouver et voir de quel oiseau il s’agit.  Je continue de quelques pieds pour me rendre compte que c’est une oriole de Baltimore immature qui appelle ses parents.

Il est au-dessus d’une petite haie, très à vue, je m’éloigne car avec mon objectif, je suis trop près et je fais quelques photos.

Oriole de Baltimore_MG_6659

Voici la seconde photo

Oriole de Baltimore _MG_6706

En continuant mon chemin pour aller à la pointe, mon regard s’arrête sur un oiseau dans une posture spéciale, je place mon appareil photo pour réaliser que c’est un goéland marin qui nage avec un gros poisson dans son bec.

Goéland marin _MG_4136

Il réussit à se rendre sur un petit rocher sortant de l’eau pour pouvoir commencer à le déguster.

Goéland marin _MG_4152

Cependant, sur ce rocher, il y a du courant, si bien que le goéland doit toujours surveiller son poisson pour qu’il ne reparte pas à l’eau.

Avec son bec, il ramène le poisson sur le petit rocher.

Goéland marin _MG_4246

Il continue de manger son poisson, mais ce ne fût pas de tout repos.  Sur le petit rocher avec le courant d’eau, le goéland marin craint toujours de perdre son poisson et reste en alerte pour le remonter.

Goéland marin _MG_4205

Il a fait ce manège près de 45 minutes facilement, jusqu’à temps où le poisson fût moins lourd, donc plus facile à transporter à un meilleur endroit.

En revenant vers le premier pont, je vois un chevalier grivelé. Il est resté à se nourrir durant quelques minutes où j’ai pris cette photo.  Facile à reconnaître, car il hoche la queue régulièrement.

Chevalier grivelé _MG_4449

Ce fût le tour du canard d’Amérique de venir assez près pour une belle photo

Canard d'Amérique _MG_4542

Une bernache se promenait également dans la région du pont numéro deux, je n’ai pu faire autrement que de la photographier !

Bernache du Canada_MG_4476

En retournant vers la pointe, j’ai vu enfin une Grande aigrette !!!

Contrairement aux années antérieures, je n’ai pas vu de Grande aigrette au Parc de la frayère, jusqu’à cet instant, je commençais également à penser que je n’en verrais pas ici non plus. Heureusement, elle était là… si élégante, à se laisser photographier à souhait.

Voici mes deux photos préférées

Dans les herbes

Grande aigrette _MG_6535Marchant délicatement dans l’eau, à l’affût d’un poisson qui passera trop près d’elle afin de le déguster.

Grande aigrette _MG_4658

Dans l’eau, je vois un vison d’Amérique qui nage et vient vers la rive où je me trouve, j’ai donc le temps de le photographier dans l’eau, une fois sur la rive, je ne l’ai pas revu !

Vison d'Amérique _MG_4099

A la pointe, j’essaie avec les sternes pierregarins à les photographier en vol, ce qui n’est pas toujours évident.

J’ai jetée beaucoup plus de photos que j’ai pu en conserver, malgré tout, je suis fière d’avoir réussie au moins quelques photos.

Sterne pierregarin _MG_6741

Ainsi que celle-ci, un peu plus basse, près de l’eau

Sterne pierregarin _MG_6749Il y avait également un bruant chanteur dans les arbustes en train de prendre beaucoup d’insectes, c’est clair qu’il a une famille à nourrir !

Bruant chanteur _MG_6790

C’est avec ce bruant que prend fin ma journée de photographie !

Je ne regrette aucunement mon choix d’être restée dans ma région, j’ai pu observer et photographier des oiseaux avec des comportements que je n’ai jamais vu auparavant, comme le goéland et son immense poisson !!

Ce qui me fait maintenant 101 espèces dont 6 lifers pour 2015.

 

Dundee – 24 juin 2015

Depuis longtemps, j’entends parler de Dundee et de la présence des Grues du Canada, c’est donc ma destination pour aujourd’hui.  Il fait beau mais humide, j’espère avoir la chance de les voir.

Je commence dans la région de Dundee car le long d’un chemin, un viréo à gorge jaune a été vu au cours des derniers jours, j’espère qu’il y sera encore malgré que nous sommes un jour de congé.

Je m’arrête près d’un boisé et j’attends.  C’est un viréo aux yeux rouges que je réussis à prendre en photo. Il doit avoir une famille à nourrir car c’est la première fois que je le vois avec un insecte dans le bec.

Viréo aux yeux rouges _MG_3391

Par la suite, c’est le chant de la paruline couronnée qui attire mon attention.  Plus tôt en saison, j’avais eu l’opportunité de la prendre en photo, voici qu’elle vole encore d’un côté à l’autre du chemin.

J’ai encore le loisir de la prendre en photo, un peu différente de la première fois.

On voit très bien ses barres sur le dessus de la tête et sous le menton, ainsi que les gros pois sur le ventre.

Paruline couronnée _MG_3405

Celle-ci, un peu plus de face afin de montrer d’autres détails de cette belle paruline couronnée !

Paruline couronnée _MG_3422

Le défi avec ces parulines couronnées, c’est qu’elles se tiennent à l’ombre alors qu’il fait plein soleil sur les feuilles, pas évident de ne pas les brûler.

Je n’ai finalement pas vu le viréo à gorge jaune, malgré l’attente, donc, je décide d’aller à la digue aux aigrettes pour voir la Grue du Canada.

En arrivant, c’est le Tyran tritri qui se montre très coopérateur et se laisse photographier à souhait. C’est la première fois que je photographie cet oiseau sur les fruits du vinaigrier.

Tyran tritri _MG_3551

J’ai le bonheur de le photographier par la suite sur une branche, endroit qu’il aime bien s’installer pour chasser les insectes et ainsi se nourrir.

Tyran tritri _MG_3594

Je continue à faire le tour, aucune présence jusqu’à maintenant de la Grue du Canada.

J’arrive à l’observatoire. Je monte en haut et droit devant moi, sur une branche d’arbre, se tient un Balbuzard pêcheur avec un gros poisson.

Alors que je commence à le prendre en photo, un autre balbuzard arrive avec son poisson.  Il est cependant en difficulté, il tient son poisson que par une patte et pendant qu’il vole, il essaie de remonter le poisson pour le prendre avec sa deuxième patte. Il a failli frapper avec son poisson le premier Balbuzard pêcheur qui a déjà entamé son poisson !!!

Balbuzard pêcheur_MG_3826

Il continue sa route par la suite pour se percher sur une branche, un peu plus loin de l’autre Balbuzard pêcheur et plus près de moi.

Je l’ai donc en plein vol avec son poisson !

Balbuzard pêcheur_MG_3815

Une fois sur la branche, il essaie de monter le poisson pour commencer à le manger, il doit avoir peu d’expérience car il a laissé tomber son poisson. 😦

Je le prends donc en photo alors qu’il vole en descendant pour essayer de retrouver son si gros poisson.

Balbuzard pêcheur _MG_3883

Finalement, il n’a jamais pu le retrouver, du moins, pas pendant que je suis restée en haut de l’observatoire.

Un troisième Balbuzard pêcheur est arrivé sur une branche, sans poisson.

Balbuzard pêcheur _MG_3864

Je n’avais jamais eu la chance au Québec d’avoir l’opportunité d’observer des Balbuzards pêcheurs aussi longtemps et ce, droit devant moi. Je me sens vraiment chanceuse !!

Je descends et je continue à suivre le sentier.  C’est deux grèbes à bec bigarré immatures que je vois sur l’eau, facile à reconnaître avec les couleurs qu’ils ont lorsqu’ils sont immatures.

Je peux les photographier, mais je n’aperçois pas les parents.

J’espère qu’ils ne sont pas loin car je les trouve encore trop jeunes pour subvenir à leurs besoins !

Grèbe à bec bigarré _MG_3911

Pour finir, c’est un Jaseur d’Amérique que je réussis à prendre en photo, malgré qu’il n’est pas très près, j’arrive à trouver un angle pour le dégager des branches.

Jaseur d'Amérique _MG_3941

Je termine la boucle et je n’ai pas vu la Grue du Canada !  Ce n’est que partie remise, je reviendrai un jour.

Je finis cette journée avec 98 espèces dont 6 lifers.

 

Je ne sais pas trop où aller ce matin, il fait beau, donc finalement, je décide d’aller au marais St-Timothée afin de voir s’il y a des canards près du sentier qui finalement est également une piste cyclable.

Il ne reste plus de grands hérons, sauf un nid, tellement loin, où l’on peut apercevoir deux immatures, mais c’est tout.

Côté canard, rien de près non plus !

En continuant ma randonnée, à hauteur de l’observatoire, je vois un petit blongios traverser de mon côté.  Cependant, il est dans les joncs, si bien que je ne peux pas le voir, jusqu’au moment, où il traverse juste devant moi.  J’attends le moment où il sera plus dégagé pour réussir à le photographier.

Voici alors qu’on le distingue bien sur les joncs ou roseaux (je ne sais pas le vrai terme)

Petit blongios _MG_2814

Ensuite, presque tout dégagé, prêt à pêcher

Petit blongios_MG_2779

C’est tranquille au marais, heureusement, que j’ai eu le bonheur d’observer et photographier ce petit blongios !!!

C’est vrai qu’il est déjà tard, je ne suis pas partie tôt ce matin !

Je décide alors de faire un tour à l’Ile St-Bernard, car ce n’est pas très loin d’où je suis.

Je commence par voir un colibri car ils ont installé des mangeoires pour eux, donc j’ai la chance de photographier une femelle, je n’ai pas vu de mâle cette journée-là.

Voici cette femelle colibri

Colibri _MG_2892

En me rendant à la première mangeoire, c’est une paruline masquée qui attire mon attention. Le mâle ainsi que la femelle cherchent des insectes, puis ils vont dans un nid pour nourrir des bébés près des sapins.

Voici la photo du mâle avec son beau masque noir sur les yeux

Paruline masquée _MG_3037

Voici la femelle sans masque

Paruline masquée _MG_3083

Comme il est tard, je vais au marais, déjà, il y a de l’ombrage puisque le soleil ne passe plus la hauteur des arbres à cet endroit

C’est une tortue peinte sur une roche qui est la première à se faire photographier

Tortue peinte _MG_3138

Par la suite, un grand héron, au fond du marais, est tellement beau dans cette lumière douce, une photo semble impensable !

Grand héron _MG_3259

Ensuite, un bihoreau gris est venu pêcher juste devant moi !

Le voici avec sa prise

Bihoreau gris_MG_3179

Un autre en train de le manger

Bihoreau gris _MG_3181

Dans le haut des arbres, se tient un héron vert.  Je n’ai pas eu la chance de le voir descendre pour venir se nourrir dans le marais, à regret, donc, je n’ai pas pu le prendre en photo.  Ce fût à cet endroit que j’ai aperçu mon premier héron vert il y a bien longtemps !

Petite journée de photographie puisque je suis partie tard de la maison, dans l’hésitation de l’endroit et surtout s’il ferait beau ou non.

Ce qui me fait malgré tout 95 espèces dont 6 lifers !