Category: Janvier 2014


Il fait enfin une très belle journée, depuis le début de janvier, les fins de semaine sont grisâtres, peu de neige, mais beaucoup de nuages.

Mais aujourd’hui, le ciel est dégagé, du moins jusqu’à 2 heures environ selon météomédia, c’est la seule journée de cette fin de semaine où il fera beau, je ne peux rester à l’intérieur, je dois en profiter.

Je décide finalement d’aller à Châteauguay, premièrement, pour essayer de voir la troglodyte de Caroline et le pic à ventre roux, et par la suite, à l’Ile St-Bernard pour les différents oiseaux qui s’y retrouvent entre autres, la mésange bicolore qu’on ne voit que l’hiver puisqu’en cette période, ces mésanges ont l’habitude d’être plusieurs ensemble alors que pendant la période estivale, les territoires de chaque mésange représente environ 10km carré.

Au bout de la rue Higgins, dès que j’arrive, j’entend la troglodyte de Caroline chanter. Elle chante si fort, qu’elle me conduit jusqu’à elle. Je m’installe et elle vient dans les arbres sur le bord du sentier.

Troglodyte de Caroline

Il y avait aussi le long du sentier, étant donné que c’est un marais, des roseaux, où elle s’est installé également le temps d’une photo, elle se cache trop facilement à l’intérieur.

Troglodyte de Caroline

En quittant la troglodyte, j’ai aperçu le pic à ventre roux, mais comme il fait beau, et pas froid, il n’est pas revenu aux mangeoires, du moins, le temps que je suis demeuré à l’attendre.

En route pour l’Ile St-Bernard. Comme il fait beau, les oiseaux sont très actifs. Au premier arrêt, beaucoup de pics chevelus et mineurs, sittelle à poitrine blanche, 2 cardinals (femelle et mâle), je suis cependant trop à contre-jour pour me permettre de réussir une belle photo.

Je me dirige donc au deuxième arrêt, plus dégagé, moins dans la forêt et surtout sans être contre-jour.

C’est une tourterelle triste qui m’accueille, elle dort et se réveille à l’occasion toujours sur cette branche.

Tourterelle triste

Je reste jusqu’à la fin de cette merveilleuse  journée à ce deuxième point car il y a beaucoup d’activités et plusieurs oiseaux viennent me voir, le temps de quelques photos 🙂

Le pic mineur est tellement beau, que je n’ai pu m’empêcher de le photographier

Pic mineur

Il y a eu également le pic chevelu (photo à suivre) J’ai pas encore fait mon choix, j’ai trop de belles photos.

Bien entendu, la sittelle à poitrine blanche est très présente et elle me donne des occasions de la photographier à souhait. C’est ma photo préférée !

Sittelle à poitrine blanche

Ensuite, comble de bonheur, la mésange bicolore vient à quelques reprises, nous permettant de réaliser quelques photos. Comme tous les oiseaux cet hiver, peut-être à cause qu’il y a trop de fruits dans la forêt boréale, mais contrairement à ce que je m’attendais, elles ne sont pas nombreuses. J’ai eu la chance d’en voir que 2 seulement, alors qu’habituellement, elles arrivent par groupe de 15 à 20.

C’est malgré tout assez pour me permettre de réaliser de très belles photos.

Mésange bicolore

Je l’ai pris de deux angles différents

Mésange bicolore

Entre la venue des oiseaux, il y a bien sur un animal qui se tient toujours très près, soit l’écureuil.  Je ne peux jamais résister à prendre une belle photo de cet animal, ils sont si photogéniques.

Il me regardait dans l’espoir que je lui donne quelque chose à manger, malheureusement, je n’avais rien pour lui.

Ecureuil gris

J’ai également eu le plaisir de photographier un bruant hudsonnien, qu’on rencontre également plus fréquemment à l’automne ou l’hiver, j’en ai rarement vu pendant la période estivale.

Bruant hudsonnien

Et pour finir cette belle journée, pendant tout l’après-midi, la mésange à tête noire me tournait autour, et se posait sur cette branche, cependant, il me fallait être rapide pour réussir à la prendre en photo car elle ne restait jamais très longtemps, le temps de quelques secondes seulement.

Avec de la patience, à un moment donné, gentiment, elle a accepté de rester quelques minutes, le temps que je réussisse quelques photos.

Mésange à tête noire

Ce fut une très belle journée, et finalement, il y a eu quelques nuages, mais le soleil a réussi à briller jusqu’au moment où il commença à être trop bas, et que j’ai dû quitter car de toute façon, je n’aurais plus eu assez d’éclairage pour réussir de belles photos.

J’ai vraiment été très chanceuse et heureuse d’avoir eu tous ces oiseaux alors que la température se prêtait très bien à la photographie.  Il y a des jours où je n’ai pas autant d’oiseaux à photographier, j’imagine que le beau temps et surtout une température si douce, les a incités à sortir tout comme moi 🙂

Encore une belle journée en compagnie de mes chers oiseaux, à profiter de cette belle nature.

Publicités

A la recherche de…

Vendredi 3 janvier 2014, mon frère prend congé, nous partons donc à la recherche de quelques harfangs des neiges, soit à Varennes ou à l’aéroport de St-Hubert.

Impossible de songer de faire de la photographie à l’extérieur, dans des sentiers car il fait extrêmement froid, même très bien habillé.  Donc, on décide de faire de la photo en auto.

Nous commençons par l’aéroport de St-Hubert. Nous en voyons trop loin dans le champs.

Finalement, nous en voyons un sur le toit d’une grange. Yeah !!

Je frappe à la porte du propriétaire pour demander la permission de stationner près de sa grange, c’est finalement le voisin qui me répond et il me dit que le propriétaire n’apprécierait pas du tout.

Nous n’insistons pas, et nous repartons continuer la tournée pour revenir vers Varennes et Verchères.

Celui de Varennes n’est pas sur son poteau habituel. Nous essayons de faire quelques photos en gardant une bonne distance, mais non, il ne veut pas coopérer et il s’envole dans le sens inverse qu’il fait habituellement, si bien, que nous n’avons pas la chance de faire une photo.

Nous décidons donc de voir si nous avons la chance de voir le pic à ventre roux de la rue Higgins.

En route pour s’y rendre, sur la 30, à la hauteur de St-Constant, une belle buse à queue rousse s’est laissé prendre en photo.

Elle se prépare à nous quitter

Buse à queue rousse

Merci de nous avoir laissé prendre ces quelques clichés !!

A la rue Higgins, on voit le pic à ventre roux, mais nous ne sommes pas dans le bon angle avec le soleil. On espère qu’il change de côté. Finalement, le froid a raison de nous, et nous quittons pour se réchauffer.

En revenant, les harfangs étaient plus proches, mais nous n’avons plus la clarté voulue pour les photographier, ce sera partie remise, bien que je suis contente des photos que j’ai prise à la fin de 2013 et en début de 2014.

Une autre journée se termine en m’ayant gâtée par cette belle buse à queue rousse.

En ce premier jour de l’an 2014, il fait un soleil splendide, par contre, il fait extrêmement froid.

Je ne peux rester à l’intérieur avec ce soleil, peu importe le froid, il me faut sortir pour prendre des photos.

Nous allons donc à St-Barthélémy, ville reconnue pour avoir des harfangs des neiges, qui sait, j’aurai surement une chance de les photographier, surtout que cet hiver, nous avons une « invasion » d’harfangs, ce qui n’est pas pour me déplaire puisque je les trouve tellement beaux.

En sortant de l’autoroute 40, nous en apercevons déjà un, mais il est haut dans un arbre, je suis convaincue que j’en aura un plus près, je continue donc ma route.

Le premier oiseau que je photographie cette année est finalement une alouette hausse-col, rien de comparable à ce que j’ai fait en décembre 2013, mais tout de même, il était trop beau, et son jaune ressortait davantage, un vrai mâle !

Comme il avait neigé quelque peu, il refaisait des trous dans l’herbe pour trouver de quoi se nourrir.

Alouette hausse-col

Ensuite, dans un petit boisé, ça débordait d’activités, mais trop loin de la route, je n’ai pas pu faire de photos. Il y avait plein de juncos ardoisés, tourterelles tristes (2), geais bleus (5), même un cardinal mâle et bruants hudsonien.

Nous continuons sur la 138 pour essayer de trouver d’autres espèces.

Nous avons alors vu un très petit groupe de perdrix grise. Elles se cachaient dans la neige, surement, pour se cacher ou se tenir au chaud.

Perdrix grise

Celle-ci osa lever au moins sa tête.

Perdrix grise

Nous étions à regret un peu contre-jour, et c’était dans un champs complètement recouvert de neige, pas d’herbage du tout pour qu’elles puissent se camoufler davantage.

Tout au long de la journée, nous avons vu quelques harfangs, mais toujours très haut dans les arbres, et non accessible pour prendre une photo.

Nous sommes attendus pour le souper, nous devons partir.

Nous reprenons donc la route pour revenir à la maison. A notre plus grande surprise, un harfang des neiges nous attends, près de la route, et sur un arbre pas trop haut.

De plus, l’harfang avait ses yeux grands ouverts, quel bonheur !!

Harfang des neiges

Il nous laissa faire quelques photos avant d’aller dans un arbre encore plus beau, et moins haut, où il était encore plus dégagé.

Harfang des neiges

Quelle magnifique fin de journée !

C’est toujours au moment où on s’y attends le moins que la vie nous réserve de belles surprises comme celle-ci !