Je retourne au Lac Boivin dans l’espoir que les petits du Pic mineur sont assez grands pour sortir la tête du trou et qui sait, réussir une belle photo !

A mon arrivée, je me dirige où j’avais trouvé le nid.  Les parents à tour de rôle apportent de la nourriture, mais les jeunes sont trop petits, ils ne sortent pas encore la tête du nid.

Je me rends compte que le père apporte beaucoup plus de nourritures que la maman !

Je prends quelques photos et je les laisse tranquille.  Je ne veux surtout pas qu’ils abandonnent leurs bébés !

Voici donc une photo alors que le père apportait de la nourriture au nid

Pic mineur

 

Je retourne dans le sentier où j’avais vu la grive fauve la dernière fois.

C’est des canards branchu que je rencontre au même endroit !

Je change d’objectif, je suis trop près d’eux.  J’ai appris à apporter deux objectifs différents lorsque je vais me promener au Lac Boivin. Autant les oiseaux peuvent être loin, autant ils peuvent être bien trop près !! 🙂

Voici la femelle pour commencer

Canard branchu femelle

 

Et bien entendu, le mâle dans toutes ses splendides couleurs

Canard branchu mâle

 

 

Ça fait un peu bizarre de les voir sur le sentier, et non sur l’eau.

Je ne sais pas pourquoi, mais à chaque fois qu’ils annoncent très beau, au Lac Boivin, ça dure toujours qu’une demie-journée.

Comme le ciel devient de plus en plus gris, je reviens donc après 2h15 seulement de promenade, ce qui fait que je n’ai pas beaucoup de photos pour cette journée.

Je termine avec un beau tamia rayé alors qu’il vient de finir d’engloutir une arachide dans le bois.

Tamia rayé

 

A la fin de mai, je finis avec 63 espèces d’oiseaux dont 13 lifers.

Publicités