C’est une journée très nuageuse, avec risque de pluie assez élevé.

Ce qui ne m’empêche aucunement de me rendre à Laval, car dans la semaine, j’ai lu qu’il y avait plusieurs grèbes esclavons qui étaient là. C’est un fall-out, terme utilisé pour dire que pendant la migration, ils se posent à un endroit pour se reposer, reprendre des forces afin de continuer leurs routes.

On ne sait jamais combien de temps ça va durer, donc, je veux essayer d’avoir le meilleur temps pour les photographier ou au moins les voir, car à cette période-ci de l’année, ils sont dans leurs beaux plumages.

Avec l’éclairage du matin, contre-jour en plus, je n’arrive à rien pour faire de belles photos.

Il se met à pleuvoir, je rentre dans l’auto à contre-coeur.

Dans l’après-midi, on connait environ un petit 2 heures, sans gros soleil, mais quand même, sans pluie et nuages moins épais.

Je retourne dans l’espoir de réussir de meilleures photos et également, bien les admirer.

En arrivant, j’ai juste le temps de sortir mon appareil, il y a une grèbe pas trop loin, ce qui me donne l’occasion de faire quelques clichés dont celle-ci. C’est dommage que le ciel ne soit pas bleu, on ressent l’effet sur l’eau.

Grèbe esclavon

 

 

 

Dans l’espoir d’avoir d’autres grèbes, je reste un peu à cet endroit.

Finalement, c’est des pics flamboyants qui attirent mon attention. Le mâle et la femelle travaillent à vider un trou dans un arbre immense afin d’y nicher.

Je fais quelques photos, mais de loin afin de ne pas les faire fuir et d’avoir fait tout ce travail inutilement.

Ils sont si occupés à se relayer, que ma présence a passé inaperçue.

Moi qui voulais avoir des photos de pics flamboyants, je suis servie à souhait !!

Voici le mâle

Pic flamboyant

 

Et voici la femelle

Pic flamboyant

 

C’est des pics flamboyants de la forme dorée.

A regret, je ne vois pas d’autres grèbes et la pluie qui recommence.

Je quitte, heureuse d’avoir pu en photographier un avec un meilleur éclairage.

Quand aux pics flamboyants, j’avais déjà réussi en avril une belle photo, mais là, j’ai le couple.  Il me reste qu’à souhaiter un jour, voir la forme rosée.

Je termine donc ma courte journée de photographie avec 37 espèces dont 6 « lifers ».